Accéder au contenu principal

Construire autrement

maison

Ceux qui doutaient encore des conséquences du dérèglement climatique sur leur quotidien, les pensant réservées aux populations de pays lointains, ont radicalement revu leur position cet été. Les épisodes nombreux de températures caniculaires en juillet et en août, l’intensité de la sécheresse qui a mis à sec certaines rivières, la pénurie d’eau qui a frappé certains villages du sud de la France et, surtout, ces spectaculaires incendies qui ont ravagé des milliers d’hectares de forêt ont montré combien nous étions exposés aux conséquences du réchauffement climatique et combien nous étions fragiles et pas aussi bien préparés qu’il le faudrait à ces nouveaux aléas. L’un de ceux-ci pourrait d’ailleurs provoquer des dégâts dont on ne mesure pas encore l’ampleur : les fissures dans les habitations.

Jusqu’à présent, ces déboires concernaient des maisons construites à proximité de mines ou de puits dont le terrain s’affaissait ou bien d’habitations secouées par des explosifs lors de chantiers de construction. Mais cette fois, les fissures pourraient toucher un nombre beaucoup plus important de maisons lorsqu’elles sont construites sur des terrains argileux. Le phénomène de retrait-gonflement des argiles (RGA) – rétractation des sols quand il fait sec, gonflement quand il pleut – a, en effet, été avivé par les sécheresses de cet été. Tant et si bien que des milliers d’habitations subissent des mouvements de terrains qui affectent leurs fondations. Depuis plusieurs semaines, des milliers de propriétaires témoignent de leur désarroi face aux fissures qui lézardent leur façade, aux portes et fenêtres déformées, aux sols soulevés.

Des dégâts pour l’heure évalués entre 1,6 et 2,4 milliards d’euros au régime des catastrophes naturelles selon la fédération France Assureurs, qui s’inquiète. Car non seulement le précédent record de 2003 (2,12 milliards d’euros) sera battu mais les perspectives ne sont pas à l’optimisme puisque l’évolution du réchauffement climatique pourrait conduire à ce que plus d’une maison sur deux (54%) soit concernée par de tels dégâts. Sont ainsi menacées de dommages conséquents 3,3 millions de maisons (16 % du parc) implantées « en zone à risque fort », dans le Sud-Ouest, le Sud-Est, le centre et le nord.

Si depuis 2020 les pouvoirs publics ont revu les normes de constructions et obligent les constructeurs à réaliser une étude des sols avant de lancer tout chantier, le défi de « sauver » les maisons existantes paraît colossal. Il existe bien sûr des solutions pour solidifier les habitations, entre renforcement structurel, régulation hygrométrique ou consolidation des fondations. Mais cela a un coût croissant :  le coût moyen des réparations des maisons endommagées par la sécheresse s’élève aujourd’hui à 17 300 euros…

La nouvelle donne qu’impose le réchauffement du climat, nous appelle plus que jamais à adapter nos politiques d’urbanisme et d’aménagement et nos techniques de construction. À cet égard la publication cette semaine par l’Institut géographique national (IGN) du premier Atlas de cartes de l’anthropocène, cette nouvelle période où l’être humain est devenu la principale force de changement, est une bonne nouvelle pour préparer l’avenir.

(Editoral publié dans La Dépêche du Midi du samedi 1er octobre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en