Accéder au contenu principal

Opération relocalisation

medicament


En mettant à l’épreuve les pays du monde entier, l’épidémie de Covid-19 aura été un révélateur des forces et des faiblesses des uns et des autres. En France, mais aussi dans la plupart des pays européens, cette pandémie historique qui a mis à genoux les économies, a jeté une lumière crue sur ce qu’on peut appeler la face sombre de la mondialisation. Depuis plusieurs décennies, nous avions, en effet, pris l’habitude de sous-traiter ou délocaliser certaines productions industrielles dans des pays socialement moins-disants mais qui permettaient de livrer ce dont nous avions besoin à des coûts extrêmement avantageux et, souvent, en maximisant les profits. Le made in China, made in Vietnam ou made in Bangladesh connaissaient un développement fulgurant, porté un système à flux tendu bien huilé qui avait remplacé les stocks et des transports mondiaux par containers. Un système qui fonctionnait bien… jusqu’à ce qu’arrive le Covid.

Avec des transports et des usines à l’arrêt, le flux a été rompu et nous nous sommes rendu compte combien nous étions dépendants de pays tiers pour la fourniture de multiples matériels comme les masques chirurgicaux et même de médicaments aussi basiques que le paracétamol, mais aussi bien d’autres dont les principes actifs sont fabriqués en Chine ou en Inde – principes qui constituent 80 % de la matière première pharmaceutique mondiale, le façonnage et le conditionnement restant parfois menés en Europe.

La crise du Covid nous a donc ouvert les yeux sur la nécessité de relocaliser ces productions pour atteindre une certaine souveraineté pharmaceutique. De « France relance » à « France 2030 », le gouvernement a fait des relocalisations un axe majeur de sa politique économique. Et cela concerne aussi les médicaments, qui connaissaient d’ailleurs des pénuries avant la crise sanitaire du Covid-19. Le paracétamol, parce qu’il est le médicament le plus vendu en France – 500 millions de doses vendues par an – a été en tête de liste du plan de relocalisation des industries de santé, annoncé par le président de la République en juin 2020, avec l’idée de relocaliser sa production en trois ans.

Reste à savoir ce qu’il faut exactement relocaliser, entre des médicaments anciens et des innovations thérapeutiques, et qui doit en être le pilote. Les médicaments anciens, génériquables (anticancéreux, antibiotiques, corticoïdes, vaccins…) présentent une marge bénéficiaire faible et donc intéressent moins les laboratoires qui en ont largement délocalisé la production, mais ils représentent encore l’essentiel des traitements et les pénuries qui les touchent ont des conséquences directes sur les malades. Au contraire des innovations thérapeutiques très lucratives, qui ne sont pas dans le domaine public et qui font rarement l’objet de pénuries. L’urgence est donc bien de relocaliser les premiers.

Quant à savoir qui doit piloter cette relocalisation, il serait pour le moins paradoxal d’en confier les rênes, comme elle le réclame, à l’industrie pharmaceutique, qui porte la responsabilité d’avoir organisé les délocalisations pour maximiser ses profits. Comme l’a réclamé un collectif de professeurs de médecine, mieux vaut confier cette tâche à un établissement public à but non lucratif organisant des partenariats publics-privés.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du dimanche 30 octobre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en