Accéder au contenu principal

Cote d'alerte

lac de l'arrêt Darré

Ces images ont fait le tour du monde tant elles sont spectaculaires. Cet été, le lac Mead aux États-Unis, un lac artificiel qui s’étire sur 180 kilomètres entre les États du Nevada et de l’Arizona et constitue le plus large réservoir d’eau du pays, a atteint son plus bas niveau historique. Le 18 juillet dernier, le niveau de l’eau mesuré au barrage Dam était, en effet, de 317 mètres… contre 341 mètres en juillet 2000 ; le niveau maximal du lac étant de 372 mètres, seuil atteint pour la dernière fois en 1999 et en 1983. Si le niveau atteint 300 mètres, les turbines hydroélectriques ne pourront plus fonctionner. Une catastrophe car le lac alimente 40 millions d’Américains en eau et en électricité à travers sept États, et aussi le nord du Mexique. Si le niveau est si bas, c’est parce que le lac, dont le remplissage provient pour 10 % des précipitations et pour 90 % de la fonte des glaces des Rocheuses, est victime d’une sécheresse extrême dans la zone et d’un déficit d’enneigement sur le Colorado l’hiver précédent. Autrement dit, le réchauffement du climat va directement impacter les habitants qui auront moins d’eau à disposition.

Cette situation n’est, hélas, pas l’apanage de l’Ouest américain et se retrouve ailleurs dans le monde et notamment en France. Avec une sécheresse historique cet été, du niveau de celles de 1976 et 2003, la France se retrouve, elle aussi, avec des problèmes d’eau. Cet été les images du niveau très bas des gorges du Verdon avaient marqué l’opinion, mais c’est bien tout le réseau hydrologique qui a souffert. Dans le Grand Sud, 50 % des cours d’eau ont été en rupture d’écoulement selon le comité de bassin Adour-Garonne réuni au début du mois pour faire le point sur une situation qui pourrait ne pas s’améliorer. Car la sécheresse perdure cet automne avec les températures clémentes que nous connaissons et les projections sont particulièrement alarmantes.

Selon de nouvelles projections climatiques publiées le 4 octobre dans la revue Earth System Dynamics, le réchauffement climatique pourrait être jusqu’à 50 % plus intense au cours du siècle que ce que montraient les précédentes estimations. La température moyenne en France pourrait être supérieure de 3,8 °C en 2100 par rapport au début du XXe siècle. Et encore ces projections déjà inquiétantes sont celles d’un scénario « intermédiaire » dans lequel les émissions de gaz à effet de serre progresseraient avant de décroître. Dans le cas où les émissions continueraient à augmenter, on atteindrait jusqu’à + 6 °C l’été… Certes ce scénario reste très peu probable, mais il n’est pas impossible.

Mais même avec le scénario « intermédiaire », il faut, d’évidence, se préparer dès à présent aux conséquences d’un déficit d’eau. C’est-à-dire réfléchir à la préservation des ressources et à leur très épineux partage pour éviter un jour une « guerre de l’eau. »

Le 21 octobre, Elisabeth Borne a fait de l’eau l’un des 22 chantiers de « France nation verte », la feuille de route de la planification écologique du gouvernement. Gageons que des décisions vont être rapidement prises, notamment en s’appuyant sur les acteurs locaux, en évitant d’interminables concertations labyrinthiques. Car la cote d’alerte est déjà franchie…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 31 octobre 2022)

Photo : le lac de l'arrêt Darré en Hautes-Pyrénées, photo Pierre Challier

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en