Accéder au contenu principal

La fin d'une époque

timbre

Au cœur de l’été, l’annonce par La Poste de la disparition du célèbre timbre rouge, qui acheminait les lettres en 24 heures, et son remplacement par une lettre électronique, la e-Lettre rouge, ont signé la fin d’une époque et sans doute causé un pincement au cœur de nombreux Français. Car ce petit bout de papier dentelé, héritier du timbre « 1 franc vermillon » lancé en avril 1849, emporte avec lui un pan de l’histoire postale, bien sûr, mais aussi un morceau de l’histoire intime de chacun d’entre nous.

Qu’il soit apposé sur une carte de vœux, sur la carte postale que l’on envoie en vacances aux grands-parents ou sur des lettres personnelles ou professionnelles, le timbre rouge a longtemps rythmé nos communications avant que le téléphone, les textos, les courriels et les échanges par messageries électroniques – WhatsApp, Messenger, Télégram et consorts – ne ringardisent son usage. La crise sanitaire du Covid-19 avec ses confinements a accéléré un peu plus ces mutations, renvoyant les échanges épistolaires aux chefs-d’œuvre de la littérature, des lettres persanes de Montesquieu à « Inconnu à cette adresse » de Kressmann Taylor, des lettres philosophiques de Voltaire aux « Lettres à un jeune poète » de Rainer Maria Rilke en passant par celle de Diderot à Sophie Volland.

Face à la baisse constante du volume de courrier et au colossal déficit du service universel postal – 1,1 milliard d’euros en 2020 – pour lequel l’État va verser une indemnité compensatoire annuelle de 500 à 520 millions d’euros, La Poste a refondu son offre courrier. Si elle est contestée par les syndicats, la logique comptable semble imparable, d’autant plus que le courrier n’est pas la priorité des priorités de La Poste qui investit massivement dans sa numérisation, dans les colis dont le trafic a explosé depuis l’épidémie de Covid-19 marquée par le boom du cybercommerce, dans ses activités bancaires et de nouveaux services comme la téléphonie mobile ou les services à la personne (visites aux personnes âgées, portage de médicaments, etc.).

Pour autant, la fin du timbre rouge, programmée au 1er janvier, laisse un goût amer car elle symbolise, quoi qu’en dise La Poste, le recul d’un service au public ; recul qui vient s’ajouter à d’autres. Les dysfonctionnements dans la livraison du courrier ou des journaux, la fermeture de bureaux de poste en zones rurales ou le réaménagement drastique de leurs horaires d’ouverture désolent nombre de Français qui se sentent délaissés et pour certains abandonnés par une entreprise qui leur tient à cœur de longue date et avec les personnels de laquelle, facteurs en tête, ils entretiennent des liens très forts.

Le recours massif à la numérisation avec des automates ou le renvoi vers internet pour la nouvelle e-Lettre rouge et d’autres services vont peut-être dans le sens de l’histoire, mais ils nécessitent de répondre à tous ces Français, jeunes ou vieux, ruraux ou urbains, qui sont mal à l’aise avec le numérique. L’illectronisme touche en France quelque 13 millions de personnes qui ne sauraient être des citoyens de seconde zone, y compris pour La Poste.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 8 octobre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en