Accéder au contenu principal

Des paroles aux actes

bois


Il y a trois mois, les Français découvraient avec effarement l’extrême fragilité de la forêt française avec des incendies majeurs qui ont ravagé plus de 65 000 hectares. Jusqu’à présent, nous n’avions vu ces images spectaculaires et angoissantes d’immenses flammes dévorant tout sur leur passage qu’en provenance des États-Unis, de l’Australie, de la Turquie ou de la Grèce lorsque ces pays avaient été confrontés à des mégafeux incontrôlables. Cette année, ce sont des paysages connus, la forêt landaise et la dune du Pilat, ou familiers dans l’Aude ou le sud Aveyron en Occitanie qui se sont retrouvés incendiés.

Ces drames, qui ont laissé dans le désarroi des familles et des entreprises qui ont tout perdu, ont déclenché une réelle prise de conscience tant sur l’insuffisance de nos moyens de lutte contre les incendies que dans notre façon de gérer la forêt à l’heure du dérèglement climatique qui provoque sécheresse, pénurie d’eau et températures caniculaires. En déplacement en Gironde Emmanuel Macron a dès lors eu raison de dire que refonder la forêt française relevait d’un « grand chantier national ». Tout remettre à plat ou du moins réfléchir à une meilleure gestion de nos forêts, privées à 75 %, qui couvrent 31 % du territoire et dont certaines dépendent d’un statut remontant au Moyen-Âge.

Mais l’actualité ayant filé, rattrapée par l’intensification de la guerre en Ukraine, la crise énergétique, l’inflation galopante et la pénurie de carburants, le sujet de la forêt est comme sorti des radars, éclipsé par d’autres préoccupations. Il faudrait pourtant transformer rapidement les paroles présidentielles en actes pour faire face aux étés prochains et préparer sans tarder les décennies à venir. Les pistes de réflexion sont d’ailleurs déjà sur la table, exprimées notamment par la mission d’information sénatoriale qui a rendu cet été un édifiant rapport « Feux de forêt et de végétation : prévenir l’embrasement. » Réalisé avant les feux dévastateurs de cet été, ce rapport formule 70 recommandations de court, moyen et long termes. Anticiper l’évolution du risque d’incendie élevé qui pourrait concerner près de 50 % des forêts françaises d’ici 2050, aménager des interfaces forêts-zones urbaines, mieux gérer les espaces forestiers et agricoles, renforcer la sensibilisation du public et mobiliser le monde agricole.

Autant de pistes qui supposent aussi des moyens humains et financiers. Au-delà de la lutte contre les feux pour lesquels ils préconisent entre autres d’atteindre d’ici 2027 l’objectif de 250 000 sapeurs-pompiers volontaires, les sénateurs ont aussi demandé à revenir sur les 500 suppressions supplémentaires de postes, prévues d’ici 2026 à l’Office national des forêts qui, en vingt ans, a perdu 40 % de ses salariés. Dans le projet de loi de finance 2023 actuellement en débat à l’Assemblée nationale, la section « gestion durable de la forêt et développement de la filière bois » bénéficie de 286,4 millions d’euros de crédits de paiement et 278,6 d’autorisations d’engagement soit respectivement +3,7 % et +0,6 % par rapport à 2022.

Est-ce suffisant pour refonder la forêt, financer la reconstitution de forêts plus résilientes après l’incendie, rechercher les meilleures essences pour affronter le réchauffement climatique ou repenser une gestion devenue trop complexe ? Car la forêt de demain se construit aujourd’hui…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 17 octobre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en