Accéder au contenu principal

Révolution(s)

cancer

Le mot révolution est souvent galvaudé, appliqué au moindre produit que sort telle marque de voiture ou de smartphone. Il existe pourtant de vraies révolutions, celles qui changent radicalement le monde, révolutions des peuples contre l’injustice et pour la liberté, comme celles que mènent avec courage les Iraniennes contre l’obscurantisme religieux, révolutions scientifiques qui propulsent l’humanité vers de nouveaux horizons. Après l’inquiétante étude scientifique américaine publiée le 6 septembre dans la revue Nature Reviews Clinical Oncology qui révélait une importante hausse mondiale de quatorze types de cancers chez les moins de 50 ans, les annonces faites ce mois-ci par les fondateurs de BioNTech et les laboratoires Merck et Moderna autour d’un prochain vaccin contre le cancer constituent les prémices d’une révolution médicale et ont, d’ores et déjà, redonné de l’espoir dans cette lutte de longue haleine.

Ugur Sahin et Ozlem Tureci, le couple de scientifiques allemands qui ont cofondé la société de biotechnologie BioNTech, ont même fixé l’horizon 2030 pour qu’un vaccin contre le cancer soit opérationnel. Un vaccin thérapeutique et non plus préventif – comme ceux qui protègent contre des virus responsables du développement de certains cancers comme ceux ou du col de l’utérus – disponible dans moins de dix ans constituera, d’évidence, une étape capitale dans le traitement des tumeurs solides qui concernent 90 % des cancers. Avec les spectaculaires progrès réalisés dans le domaine de l’immunothérapie – thérapies géniques et cellulaires – nous disposerons comme jamais auparavant d’outils performants, puissants, personnalisés même en fonction des patients, pour combattre le cancer. De quoi donner du crédit aux récents propos du président américain Joe Biden qui, en annonçant vouloir réduire la mortalité liée au cancer de 50 % en 25 ans aux États-Unis, s’est dit persuadé que le rêve de « guérir les cancers une bonne fois pour toutes » était à notre portée. C’est de plus en plus vrai.

Ironiquement, l’avancée des scientifiques dans l’élaboration d’un vaccin contre le cancer a été accélérée par une calamité mondiale : la pandémie de Covid-19. Les scientifiques vont, en effet, pouvoir s’appuyer sur toute l’expérience acquise au moment de la mise au point en un temps record des vaccins à ARN messager contre le coronavirus pour endiguer l’épidémie de Covid-19. Des vaccins anti-Covid qui eux-mêmes avaient profité des travaux de longue date menés sur l’ARN messager. Comme un renvoi d’ascenseur du destin qui montre combien la recherche scientifique est importante et doit être correctement financée, et combien les chercheurs, les grands laboratoires et les jeunes sociétés biotech, les autorités sanitaires des États, lorsqu’ils collaborent ensemble, peuvent réaliser des avancées majeures pour le bien de l’humanité.

Un vaccin contre le cancer qui fait quelque 10 millions de morts par an selon l’Organisation mondiale de la santé sera une vraie révolution – pour peu qu’il soit accessible au plus grand nombre – mais pas une fin en soi. Car il reste encore bien des maladies à éradiquer, à commencer par le Virus de l’Immunodéficience Humaine.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 24 octobre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en