Accéder au contenu principal

Déni de réalité

poutine

Vladimir Poutine peut-il perdre la guerre ? Cette question, incongrue au début de l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février, ne cesse de revenir depuis que son armée – que l’on croyait puissante et incomparablement supérieure en hommes et en armements face à celle de son voisin – s’est retrouvée confrontée à une résistance aussi inattendue qu’héroïque des Ukrainiens, galvanisés par leur président-courage, Volodymyr Zelensky, cet acteur comique devenu le symbole des valeurs démocratiques et de la lutte pour la liberté. L’ « opération militaire spéciale » russe devait être une Blitzkrieg permettant de prendre Kiev en quelques jours et de remplacer Zelensky par un gouvernement fantoche à la solde du Kremlin ; elle s’est transformée en un chemin de croix et parfois en une véritable Berezina.

Difficultés logistiques majeures autour de matériels vieillissants, problèmes de sécurisation des communications, pertes humaines : les soldats russes, dont beaucoup inexpérimentés, ont essuyé de nombreux échecs face à une armée ukrainienne fortement aidée par les livraisons d’armes des Occidentaux. Et si l’armée russe a pu conquérir partiellement les territoires de quatre régions, au prix parfois de terribles exactions, elle subit depuis quelques semaines une puissante contre-offensive ukrainienne qui a poussé Poutine dans ses retranchements. En décrétant la mobilisation partielle de 300 000 hommes fin septembre, en précipitant des référendums d’annexion à la Russie de quatre régions dont il ne contrôlait pas la totalité du territoire, et en brandissant une énième fois la menace nucléaire à l’adresse non seulement de l’Ukraine mais aussi des Occidentaux, Vladimir Poutine a clairement choisi une fuite en avant dont personne ne peut prédire l’issue et semble s’enferrer depuis dans une réalité alternative.

L’exil de milliers de Russes qui refusent d’être enrôlés pour aller se battre en Ukraine, les frémissements de l’opinion publique russe qui s’interroge de plus en plus ouvertement sur le bien-fondé de cette guerre condamnée par la communauté internationale, les soutiens habituels du Kremlin qui commencent à douter sur la télévision d’État et parlent désormais bien de « guerre », un mot qui était interdit par le pouvoir, les revers militaires cuisants sur le terrain et les pressions de plus en plus insistantes de la Chine ou de l’Inde qui l’invitent désormais à mettre fin au conflit : rien de tout cela ne semble ébranler Vladimir Poutine qui continue à dérouler son récit d’une Russie agressée et bientôt victorieuse.

Ce déni de réalité et son cortège de mensonges – qui ont poussé mercredi Andreï Kartapolov, président du Comité de Défense de la Douma, à demander à l’armée d’« arrêter de mentir » sur ses défaites – s’expliquent par le fait que Poutine n’a préparé aucun plan B dans son « opération militaire spéciale » et qu’il ne peut admettre une défaite militaire qui signerait pour lui sa propre fin. Dès lors, ce n’est pas tant la question de savoir si Poutine peut perdre la guerre qui compte, mais plutôt qui, dans les hautes sphères du Kremlin où les jusqu’au-boutistes sont nombreux, va pouvoir lui faire admettre cette défaite sans qu’il perde la face…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 7 octobre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en