Accéder au contenu principal

50 ans d'audace

Airbus A300B

Pour célébrer ses cinquante ans d’existence, le groupe Airbus avait choisi la date du 29 mai 1969, celle de l’accord gouvernemental entre Paris et Berlin pour lancer le premier programme de l’avionneur européen, l’A300B. Cette date avait évidemment du sens car elle concrétisait une incroyable ambition européenne en devenir. Moins de vingt-cinq ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la France et l’Allemagne et ensuite le Royaume-Uni et l’Espagne, scellaient une alliance politique et industrielle historique pour que l’Europe ne soit pas absente d’un marché aéronautique alors dominé par les États-Unis. Cinquante ans plus tard, toute la flotte des avions d’Airbus accompagnée par la patrouille de France survolait Toulouse, le 29 mai 2019, pour marquer les débuts de cette aventure aéronautique européenne et les succès enregistrés depuis.

Mais pour tous les passionnés d’aéronautique, pour tous ceux qui – de l’ouvrier à l’ingénieur, du pilote d’essai au pilote de ligne, du personnel au sol à celui navigant – appartiennent à la famille d’Airbus et plus largement à celle de l’aviation, le « vrai » cinquantenaire est peut-être davantage aujourd’hui, car c’est le 28 octobre 1972 que s’est déroulé le premier vol de l’A300B. « Un vol de routine, un vol historique », notera Bernard Ziegler, le directeur des essais qui supervisait le vol du prototype numéro 1 de l’A300B. Sans imaginer peut-être que cet avion allait être le premier d’une incroyable lignée, s’imposant – non sans mal – aux États-Unis par ses qualités de construction et de pilotage, puis partant à la conquête du monde jusqu’en juillet 2007, date à laquelle le dernier exemplaire de l’A300 sortit des chaînes de montage. Entre-temps, Airbus était devenu un géant.

L’histoire de cet avion pionnier, dont on peut voir un exemplaire au musée Aeroscopia de Blagnac, est aujourd’hui riche d’enseignements, pour la France et pour l’Europe. Alors que le monde traverse une crise énergétique majeure exacerbée par la guerre en Ukraine et doit affronter l’immense défi du dérèglement climatique, nous avons plus que jamais besoin de retrouver l’audace de grands projets industriels, le courage d’imaginer de nouveaux horizons, l’aplomb de revendiquer une ambition partagée au niveau européen.

Lorsqu’Airbus est né, quelques mois avant le premier choc pétrolier, la situation internationale n’était pas moins compliquée qu’aujourd’hui, et l’état des connaissances scientifiques et techniques était bien moins avancé. Et pourtant, en dépit de toutes les difficultés et de toutes les Cassandre, des hommes visionnaires ont osé imaginer demain et, comme Saint-Exupéry, ne se sont pas contentés de prévoir l’avenir, mais de le rendre possible.

Aujourd’hui, à l’heure où l’on parle de réindustrialisation et de souveraineté économique, cet esprit pionnier doit nous animer à nouveau pour lancer d’autres « Airbus », dans la voiture électrique, dans la recherche scientifique et médicale, dans le new space ou le métavers, dans l’intelligence artificielle ou la robotique… Voilà la plus belle façon de célébrer les cinquante ans du premier Airbus.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 28 octobre 2022)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en