Accéder au contenu principal

Un Grenelle du Covid

openspace

S’il est bien un aspect de la vie des Français qui a été profondément bousculé par l’épidémie de Covid-19, c’est bien leur travail. Quelle que soit la catégorie socioprofessionnelle à laquelle les actifs appartiennent, le coronavirus a changé tout à la fois la vision que l’on a du travail, la place que celui-ci occupe dans nos vies et dans la société, voire sa finalité même. Trois grands aspects ont été mis au jour par l’épidémie.

Le premier, le plus difficile sans doute pour de très nombreux Français, est l’extrême interdépendance pour ne pas dire la vulnérabilité de certaines activités. La mise à l’arrêt des économies dans le monde à la suite de restrictions sanitaires inédites a conduit des entreprises à recourir massivement au chômage partiel pour lequel notre Etat-providence n’a pas mégoté – le fameux « quoi qu’il en coûte ». Des industries aux commerces en passant par les restaurants, tout un pan de notre économie s’est retrouvée en pause et les salariés et patrons concernés dans une légitime inquiétude pour l’avenir. Cette séquence nous a convaincus qu’il faudrait amoindrir notre dépendance et retrouver une certaine souveraineté économique particulièrement dans l’industrie.

Le second changement majeur provoqué par l’épidémie est le recours au télétravail. Alors que la France accusait dans ce domaine un vrai retard par rapport aux pays de l’Europe du Nord, notamment en raison d’une culture très ancrée du présentéisme, et de nombreuses craintes (manque de productivité, perte de confiance…), le télétravail a su s’imposer dans l’urgence, parfois avec le système D, mais avec un certain succès. Auparavant seuls 7 % des Français pratiquaient le télétravail, ils étaient 33 % pendant le premier confinement. Certains salariés, s’affranchissant des longs temps de trajets domcile-travail quotidiens y ont trouvé assurément un nouvel équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, mais d’autres vivent plus difficilement ce travail à la maison isolé loin des interactions sociales avec leurs collègues. Le cadre réglementaire du télétravail, déjà assoupli en 2015, devra, d’évidence, évoluer ou en tout cas se préciser.

Enfin, le troisième grand bouleversement produit par le Covid a été la redécouverte par les Français de toutes les professions qui ont constitué ce que l’on a appelé « la deuxième ligne ». Caissières, livreurs, facteurs, éboueurs, femmes de ménage… : tous ces métiers jusqu’alors invisibilisés, voire trop souvent méprisés, qui ont pris des risques, avec courage et parfois la peur au ventre, pour faire tenir le pays en assurant le fil de notre quotidien confiné.

Ces trois chapitres, ces trois bouleversements, constituent incontestablement les trois grands dossiers sociaux qui attendent la France à la sortie de la crise sanitaire, à laquelle pourrait succéder une grave crise socio-économique. Il faut collectivement nous y préparer. Le terme de Grenelle a été ces dernières années galvaudé car employé dans de nombreux domaines à la moindre concertation, mais, pour le coup, un Grenelle du Covid pour repenser, réorganiser le travail de demain, aurait plus que jamais du sens.

(Edtorial publié sur ladepecheh.fr le mardi 30 mars 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan