Accéder au contenu principal

La guerre de l'eau

 

eau

Il y a eu le barrage de Sivens dont le projet a été stoppé puis remanié après la mort du jeune écologiste Rémi Fraisse. Il y a maintenant le barrage de Caussade, dont l’autorisation de construction fait l’objet d’un bras de fer juridique à rebondissements. Et il pourrait y avoir encore bien d’autres exemples de ce qu’il faut bien appeler des guerres de l’eau. Certes, on est loin en France des conflits qui peuvent survenir entre Etats lorsque l’eau est non seulement une ressource vitale mais aussi un enjeu de souveraineté géopolitique. Rappelons d’ailleurs que la pénurie d’eau affecte quatre personnes sur dix dans le monde selon la FAO, l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture. Mais les polémiques qui entourent, en France, la construction de nouvelles retenues ou la révision de la répartition des usages illustrent toute la complexité de la gestion de l’eau dans un contexte de changement climatique dont les effets sont de plus en plus visibles. Car le nœud du problème est bien là : comment gérer au mieux nos ressources en eau, fragiles et limitées, alors que les dernières études sur le climat qui nous attend font état à l’avenir d’une multiplication des sécheresses et d’une diminution des précipitations ?

D’un côté, écologistes en tête, on plaide pour un changement aussi radical que les bouleversements climatiques vont être importants dans les prochaines années. L’arrêt de l’irrigation agricole, la création de réserves intouchables pour la biodiversité sont ainsi érigées au rang de priorités des priorités, quitte parfois à oublier que les territoires concernés ne sont pas des déserts et que des populations y vivent et entendent bien y rester.

D’un autre côté, les agriculteurs se retrouvent en première ligne des bouleversements climatiques et font face à la fois à la sécheresse météorologique, c’est-à-dire le déficit de précipitations, mais aussi à la sécheresse agricole avec des sols terriblement asséchés. Pire, les épisodes de sécheresse, d’exceptionnels sont devenus quasi annuels. Dès lors, quoi de plus légitime pour les agriculteurs que de réclamer la construction de barrages ou de retenues collinaires pour passer ces épreuves et préserver leurs cultures ou leurs élevages ?

Peut-on concilier les deux approches, écologiques et agricoles (et industrielle aussi) ? Il va bien falloir pour sortir des affrontements. Aider d’un côté les agriculteurs à s’adapter voire à changer parfois de cultures et les associer aux politiques de gestion de l’eau, comme le fait l’agence de l’eau Adour-Garonne. Le volet agricole du plan de relance veut d’ailleurs adapter notre agriculture aux effets du changement climatique. Et en même temps créer les conditions de préservation de la biodiversité, à l’heure où 2 400 espèces sont menacées d’extinction. Un vrai défi…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 4 mars 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat