Accéder au contenu principal

La guerre de l'eau

 

eau

Il y a eu le barrage de Sivens dont le projet a été stoppé puis remanié après la mort du jeune écologiste Rémi Fraisse. Il y a maintenant le barrage de Caussade, dont l’autorisation de construction fait l’objet d’un bras de fer juridique à rebondissements. Et il pourrait y avoir encore bien d’autres exemples de ce qu’il faut bien appeler des guerres de l’eau. Certes, on est loin en France des conflits qui peuvent survenir entre Etats lorsque l’eau est non seulement une ressource vitale mais aussi un enjeu de souveraineté géopolitique. Rappelons d’ailleurs que la pénurie d’eau affecte quatre personnes sur dix dans le monde selon la FAO, l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture. Mais les polémiques qui entourent, en France, la construction de nouvelles retenues ou la révision de la répartition des usages illustrent toute la complexité de la gestion de l’eau dans un contexte de changement climatique dont les effets sont de plus en plus visibles. Car le nœud du problème est bien là : comment gérer au mieux nos ressources en eau, fragiles et limitées, alors que les dernières études sur le climat qui nous attend font état à l’avenir d’une multiplication des sécheresses et d’une diminution des précipitations ?

D’un côté, écologistes en tête, on plaide pour un changement aussi radical que les bouleversements climatiques vont être importants dans les prochaines années. L’arrêt de l’irrigation agricole, la création de réserves intouchables pour la biodiversité sont ainsi érigées au rang de priorités des priorités, quitte parfois à oublier que les territoires concernés ne sont pas des déserts et que des populations y vivent et entendent bien y rester.

D’un autre côté, les agriculteurs se retrouvent en première ligne des bouleversements climatiques et font face à la fois à la sécheresse météorologique, c’est-à-dire le déficit de précipitations, mais aussi à la sécheresse agricole avec des sols terriblement asséchés. Pire, les épisodes de sécheresse, d’exceptionnels sont devenus quasi annuels. Dès lors, quoi de plus légitime pour les agriculteurs que de réclamer la construction de barrages ou de retenues collinaires pour passer ces épreuves et préserver leurs cultures ou leurs élevages ?

Peut-on concilier les deux approches, écologiques et agricoles (et industrielle aussi) ? Il va bien falloir pour sortir des affrontements. Aider d’un côté les agriculteurs à s’adapter voire à changer parfois de cultures et les associer aux politiques de gestion de l’eau, comme le fait l’agence de l’eau Adour-Garonne. Le volet agricole du plan de relance veut d’ailleurs adapter notre agriculture aux effets du changement climatique. Et en même temps créer les conditions de préservation de la biodiversité, à l’heure où 2 400 espèces sont menacées d’extinction. Un vrai défi…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 4 mars 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan