Accéder au contenu principal

Nouvelle donne

 

euro

Sachons sortir des sentiers battus, des idéologies, nous réinventer – et moi le premier". Ainsi parlait Emmanuel Macron le 13 avril 2020 dans l’une de ses adresses aux Français, alors qu’ils étaient confinés depuis presque un mois. Et effectivement le président de la République, comme la plupart des dirigeants du monde en général et de l’Union européenne en particulier, ont bousculé leurs certitudes pour faire face aux conséquences économiques de l’épidémie de Covid-19, dont on s’accorde aujourd’hui à dire qu’elles sont aussi puissantes que celles des six années de la Seconde Guerre mondiale.

Qui aurait imaginé, en effet, voir des pays libéraux ouvrir à ce point les vannes des aides publiques et lancer des plans de relance massifs comme celui de 1900 milliards de dollars que le nouveau président américain Joe Biden est parvenu à faire voter et qu’il veut encore augmenter avec 3 000 nouveaux milliards ?

Qui aurait imaginé voir les Etats membres de l’Union européenne, divisés entre les pays du Sud et ceux du Nord – les frugaux – mettre de côté les implacables critères de convergence de Maastricht, l’interdiction d’avoir un déficit public annuel supérieur à 3 % du PIB et celle d’avoir une dette publique supérieure à 60 % du PIB ? Qui aurait pensé voir un jour la chancelière allemande Angela Merkel délaisser son intransigeante orthodoxie budgétaire et se rallier à la mutualisation des dettes avec les "coronabonds" ?

Et en France, qui aurait pensé qu’Emmanuel Macron mettrait un coup d’arrêt aux réformes sociales-libérales menées tambour battant depuis le début du quinquennat pour embrasser sans ambages un "quoi qu’il en coûte" très social-démocrate, dont chacun mesure combien il a joué – et joue encore – le rôle d’amortisseur social face à cette épidémie qui n’en finit pas ?

Incontestablement, l’épidémie a bousculé les dogmes, les certitudes et les priorités et elle pourrait faire émerger, sinon une nouvelle économie, du moins une nouvelle ère technologique et industrielle, s’appuyant sur la numérisation, l’intelligence artificielle, l’économie verte et celle de la donnée…

Mais avant cela il va falloir régler le sort de cette colossale corona-dette… ce caillou dans la chaussure qui commence à échauffer les esprits : faut-il la rembourser dès que possible au risque de ruiner la possible croissance prévue à la sortie de l’épidémie – comme cela s’était produit au sortir de la crise financière de 2008 – ou bien ne pas la rembourser en la transformant en dette éternelle ou en la cantonnant, pour permettre le redécollage économique ? La question est aussi complexe que les clivages sont vifs et les raccourcis semblent simples. En France, où la dette a explosé de près de 100 à 120 % du PIB, le sujet, d’économique, est désormais éminemment politique à un an de la présidentielle, avec en corollaire l’épineuse question de savoir qui pourrait ou qui devrait payer la dette, et si un tel remboursement devrait passer par de nouveaux impôts ?

Pour Emmanuel Macron, qui entend bien conserver sa crédibilité économique, la question est d’autant plus importante que la France va prendre la présidence de l’Union européenne en janvier 2022. L’occasion peut-être d’impulser une nouvelle voie, de nouvelles règles pour faire face aux défis de l’après-Covid et à la nouvelle donne internationale.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 26 mars 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan