Accéder au contenu principal

Je est un autre

 

jumeaux

Il y a eu Jacob et Ésaü, Apollon et Artémis, Castor et Pollux, Hypnos et Thanatos, ou encore Rémus et Romulus pour ne citer que quelques jumeaux qui ont irrigué les religions et la mythologie. D’autres ont marqué l’Histoire plus contemporaine comme les hommes politiques polonais Jaroslaw et Lech Kaczynski, les actrices Mary-Kate et Ashley Olsen, les animateurs Igor et Grichka Bogdanoff ou encore dans notre paysage politique Jacques et Bernard Attali ou Jean-Louis et Bernard Debré. Ces jumeaux célèbres provoquent chez nous les mêmes interrogations que celles qui surviennent lorsque l’on croise des bambins au physique identique dans les écoles ou dans nos familles, des camarades au lycée ou des collègues dans une entreprise. La gémellité est incontestablement une inépuisable source de fascination et de questionnement : comment peut-on se sentir unique lorsque l’on grandit avec son double ? La ressemblance physique se double-t-elle d’une similitude psychologique ? Et quels liens se tissent entre deux êtres qui sont le miroir l’un de l’autre ? Ont-ils les mêmes personnalités ou au contraire sont-elles opposées ? Cette gémellité est-elle une force ou un handicap, un atout pour affronter le monde ou une difficulté face au regard des autres, pas toujours bienveillant ? C’est peu dire que nous n’avons pas toutes les réponses à ces questions, et tant mieux car cela laisse aux jumeaux la même part d’inconnu et de découverte dans leur rapport aux autres que n’importe quel individu.

Mais à côté de ces questionnements psychologiques et sociétaux, les jumeaux intéressent aussi la science, d’autant plus qu’une étude publiée ce vendredi dans la revue Human Reproduction explique que le taux de naissances gémellaires n’a jamais été aussi élevé dans le monde : il est passé de 9,1 accouchements pour 1 000 naissances dans les années 80 à 12 dans les années 2010. Plus de 1,6 million de paires de jumeaux naissent ainsi chaque année dans le monde, près d’un bébé sur 40 est un jumeau, indiquent les trois auteurs de l’étude Christiaan Monden, Gilles Pison et Jeroen Smits, qui expliquent ce "jumeau boom" d’une part par l’assistance médicale à la procréation, associée à un risque élevé de naissance multiple et d’autre part à l’âge plus élevé auquel les femmes décident de faire des enfants.

Au-delà du constat purement démographique, les chercheurs soulignent combien cette hausse du nombre de jumeaux soulève des problèmes de santé publique, les enfants jumeaux étant de santé plus fragile, et incite à amender les pratiques médicales de la procréation médicale pour obtenir davantage de grossesses uniques que multiples.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 12 mars 2021)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l