Accéder au contenu principal

L'épidémie sans fin ?

 

virus

En annonçant aux Français le 28 octobre le reconfinement du pays pour faire face à la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19, Emmanuel Macron avait concédé aux Français "je sais la lassitude, cette impression d’un jour sans fin." Il ne croyait hélas pas si bien dire en évoquant le film éponyme où l’acteur Bill Murray revit sans cesse la même journée… Alors que, cahin-caha, les Français se préparent à fêter un Noël totalement inédit, entourant d’infinies précautions leurs réunions familiales et résolvant vaille que vaille le casse-tête d’un réveillon à six adultes maximum, voilà venu d’outre-Manche un bien mauvais "cadeau" qui nous renvoie aux débuts de l’épidémie : une mutation du coronavirus SARS-CoV-2.

L’information aurait pu être anodine car il est courant que les virus mutent et, depuis l’apparition il y a un an à Wuhan de celui qui a fait de 2020 une année infernale, le coronavirus a connu pas moins de 12 000 modifications. Sauf que cette fois, la nouvelle variante serait autrement plus coriace, à tel point que le Royaume-Uni a notifié à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) que cette mutation, désormais "hors de contrôle", pourrait être plus contagieuse que les autres variantes du SARS-CoV-2…

Alors qu’elles se concentraient sur l’arrivée salvatrice des vaccins contre la Covid-19 et la façon d’organiser la très complexe logistique pour servir leurs populations, les capitales européennes – dont certaines sont sous pression d’une potentielle 3e vague – ont renoué ce week-end avec de nouvelles réunions de crise pour endiguer ce virus-bis, dont des cas ont été observés au Danemark et au Pays-Bas. Couper les ponts aériens ou ferroviaires avec une Angleterre par ailleurs embourbée dans la préparation du Brexit sera-t-il suffisant ? On sait que le virus ne connaît pas de frontières et, instruit de notre expérience passée avec le coronavirus, on se gardera bien de garantir que cette variante restera cantonnée outre-Manche. Peut-être est-elle même déjà massivement sur le continent puisque, selon l’OMS, la nouvelle souche britannique "pourrait aussi affecter l’efficacité de certaines méthodes de diagnostic".

On peut même frémir et se demander si elle pourrait résister aux vaccins… nous renvoyant alors à de nouveau confinements-déconfinements selon l’épuisante stratégie du stop-and-go. On n’en est pas encore là et on peut garder espoir. Le film "Un jour sans fin" se termine bien par un happy end…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 21 décembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Amers adieux

Un anniversaire… qui vire aux adieux. Air France, qui fête cette année ses 90 ans, a annoncé hier, à la surprise générale, qu’elle allait quitter en 2026 l’aéroport d’Orly et recentrer ses vols intérieurs sur son hub de Roissy-Charles de Gaulle. En quittant ainsi le deuxième aéroport du pays, la compagnie française tourne la page d’une histoire qui avait commencé en 1952, année de son arrivée à Orly. Histoire partagée depuis par des millions de Français qui, tous, peu ou prou, pour le travail ou les loisirs, ont un jour pris un avion d’Air France pour Paris-Orly, ont parfois confondu Orly-Ouest et Orly-Sud, ont accompagné le développement de la compagnie avec le lancement des Navettes vers Toulouse, Nice, Bordeaux, Marseille puis Montpellier, ont découvert au fil des ans les nouveaux Airbus, apprécié la qualité du service à bord, puis, une fois arrivés, emprunté l’OrlyVal pour rejoindre le centre de Paris ou continuer leur voyage avec une correspondance. Si l’annonce du départ d’Air Fr