Accéder au contenu principal

Le cœur et la raison

 

party

À deux jours de la nuit du réveillon de la Saint-Sylvestre et du passage à la nouvelle année, il faudrait que les Français fassent mentir… Oscar Wilde. L’auteur anglais se plaisait à dire que "le meilleur moyen de se délivrer de la tentation, c’est d’y céder." En cette fin 2020, marquée par des chiffres élevés de contamination au coronavirus, il faudrait, au contraire, tout faire pour ne pas céder à la tentation de faire la fête. Une tentation qui est, on le sait, très forte. Un an après l’apparition de l’épidémie de Covid-19, après deux confinements éprouvants et deux déconfinements compliqués, l’oppressant couvre-feu qui reste en vigueur dès 20 heures, les cafés et restaurants toujours fermés tout comme les cinémas et les salles de spectacle, c’est peu dire qu’on aimerait tous enterrer cette année 2020 avec nos proches autrement qu’en visioconférence, retrouver un peu le sens de la fête sous les cotillons et se redonner du courage pour 2021.

À ce que nous dicte notre cœur, nous devons pourtant opposer la raison face à une situation épidémiologique qui se dégrade à nouveau en France, au point que ce matin, en Conseil de défense, Emmanuel Macron et ses ministres vont évoquer un possible troisième confinement pour endiguer une troisième vague quasi-inéluctable. Israël, l’Autriche ou l’Irlande s’y sont déjà résolues. La France attend encore quelques heures pour voir l’évolution des courbes, et l’exécutif croise les doigts pour que les Français soient raisonnables ce 31 décembre.

Beaucoup le seront et respecteront à la lettre, comme ils le font depuis le début, les consignes sanitaires. Mais d’autres vont braver les recommandations : 25 % des Français entendent fêter le nouvel an selon un sondage Odoxa, ce qui représente près de 13 millions de personnes. Parmi elles, une majorité de jeunes : 50 % des 15-24 ans et 41 % des 25-34 ans veulent fêter en groupe cette nuit-là. Certains n’ont d’ailleurs pas attendu le nouvel an pour se retrouver ces derniers mois dans des fêtes clandestines, parfois dans des lieux désaffectés, souvent dans des lieux privés, appartements ou locations AirBnB ; souvent en petits groupes mais parfois avec plusieurs centaines d’invités informés via les réseaux sociaux. Inconscience, égoïsme diront certains. Mais ces fêtes constituent aussi pour une part de la jeunesse une soupape qui permet de supporter le poids écrasant de l’épidémie, qui a bousculé les études, la vie sociale, les débuts de la vie professionnelle, et parfois précipité les jeunes dans la précarité économique et psychologique. "Oui, c’est dur d’avoir 20 ans en 2020", admettait en octobre Emmanuel Macron, qui va devoir trouver les mots justes pour convaincre les jeunes de préférer la raison au cœur.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mardi 29 décembre 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio