Accéder au contenu principal

Kafka va au ski

La Molina
La station La Molina en Espagne

Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement.

C’est dans ce contexte que le chef de l’Etat puis son Premier ministre ont surpris tout le monde en envisageant de sévir… contre les Français qui voudraient aller skier à l’étranger, faute de pouvoir le faire en France où les stations sont certes ouvertes mais privées de leurs remontées mécaniques. Face à la mésentente européenne sur une fermeture générale de toutes les stations de sports d’hiver durant les vacances de Noël, Emmanuel Macron a donc choisi la méthode forte pour protéger les stations françaises d’une concurrence déloyale… au risque, dans cette précipitation, d’être accusé d’une nouvelle dérive autoritaire et liberticide ou, à tout le moins, d’une ingérence dans la vie des Français au-delà du raisonnable.

Car à côté des aspects purement pratiques – comment seront faits les contrôles, par qui et où ? La tenue vestimentaire ou le matériel sportif seront-ils systématiquement vérifiés ? Quid des chaussures de ski des transfrontaliers qui vont faire leurs courses ou travailler de l’autre côté de la frontière ? Où se feront les quarantaines ? – on peut légitimement s’interroger sur l’intérêt d’une telle mesure. D’une part parce que la majorité des 10 % de Français adeptes de la montagne skient en France et d’autre part parce que lors de sa dernière allocution, Emmanuel Macron en appelait à « l’esprit de responsabilité » des Français, difficilement conciliable avec des mesures infantilisantes.

« La véritable réalité est toujours irréaliste », assurait Franz Kafka.C’est peu dire que certaines décisions apparaissent effectivement kafkaïennes…

(Commentaire publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 4 décembre)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en