Accéder au contenu principal

Libérer, protéger

route


En se retrouvant hier matin à l’Elysée pour un Conseil de défense afin de finaliser les mesures de l’acte II du déconfinement, Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont peut-être eu à l’esprit le slogan de la campagne présidentielle de 2017 : libérer, protéger. Ce mantra, qui devait être l’alpha et l’oméga du quinquennat en matière économique, pouvait, en effet, s’appliquer parfaitement à la situation du pays qui se relève peu à peu de l’épidémie de coronavirus survenue il y a trois mois.

Libérer les Français du rigide – mais nécessaire – carcan des règles sanitaires du déconfinement, il le fallait bien. La multiplication des matchs de foot réunissant des centaines de personnes au mépris des consignes de distanciation physique, l’augmentation de petits attroupements de Français désireux tout simplement de profiter en extérieur des beaux jours et du soleil, l’agglutinement de familles parisiennes sur des trottoirs devant des parcs et jardins fermés – situation totalement ubuesque – mais aussi le nombre de déplacements sanctionnés car au-delà des 100 kilomètres : tout cela a illustré ces derniers jours la montée de l’exaspération, de la fatigue, de l’incompréhension aussi chez les Français qui regardent comment se passe le déconfinement chez nos voisins. Après 55 jours de confinement difficile parfois et 17 jours de déconfinement trop progressif à leurs yeux, les Français ont clairement envie de passer à autre chose, de penser aussi à autre chose.

En annonçant hier toute une série de mesures attendues, sur les fameux 100 kilomètres mais aussi sur la réouverture des cafés et restaurants ou les collèges et lycées, Edouard Philippe a montré qu’il était à l’écoute de ses compatriotes. L’exécutif a aussi démontré là que c’était bien l’instance politique qui prenait les décisions et non pas les experts, dont le rôle ne peut être que de conseiller.

Libérer donc, mais aussi protéger, car la France n’en a pas fini avec l’épidémie. La situation sanitaire s’améliore de jour en jour et on pourrait croire que l’épidémie est passée et qu’il n’y aura pas de deuxième vague. Mais le coronavirus circule toujours, frappe toujours, et tue toujours… Le gouvernement a donc raison d’être prudent et de maintenir encore des règles sanitaires contraignantes dans certains départements sans les stigmatiser pour autant.

Mais la protection qu’il doit aux Français n’est pas seulement sanitaire et, de plus en plus, va être économique. Après le tsunami de l’épidémie, la France va, en effet, devoir affronter le tsunami de la récession. La hausse des chiffres du chômage dévoilée hier, les plans sociaux en cours ou à venir, le risque de faillite qui touche tout le tissu des PME montrent que les temps à venir seront particulièrement difficiles. 86 % des Français s’en inquiètent à raison. Pour le gouvernement, après la crise sanitaire, la priorité va très vite être la crise économique et sociale.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 29 mai 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …