Accéder au contenu principal

Libérer, protéger

route


En se retrouvant hier matin à l’Elysée pour un Conseil de défense afin de finaliser les mesures de l’acte II du déconfinement, Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont peut-être eu à l’esprit le slogan de la campagne présidentielle de 2017 : libérer, protéger. Ce mantra, qui devait être l’alpha et l’oméga du quinquennat en matière économique, pouvait, en effet, s’appliquer parfaitement à la situation du pays qui se relève peu à peu de l’épidémie de coronavirus survenue il y a trois mois.

Libérer les Français du rigide – mais nécessaire – carcan des règles sanitaires du déconfinement, il le fallait bien. La multiplication des matchs de foot réunissant des centaines de personnes au mépris des consignes de distanciation physique, l’augmentation de petits attroupements de Français désireux tout simplement de profiter en extérieur des beaux jours et du soleil, l’agglutinement de familles parisiennes sur des trottoirs devant des parcs et jardins fermés – situation totalement ubuesque – mais aussi le nombre de déplacements sanctionnés car au-delà des 100 kilomètres : tout cela a illustré ces derniers jours la montée de l’exaspération, de la fatigue, de l’incompréhension aussi chez les Français qui regardent comment se passe le déconfinement chez nos voisins. Après 55 jours de confinement difficile parfois et 17 jours de déconfinement trop progressif à leurs yeux, les Français ont clairement envie de passer à autre chose, de penser aussi à autre chose.

En annonçant hier toute une série de mesures attendues, sur les fameux 100 kilomètres mais aussi sur la réouverture des cafés et restaurants ou les collèges et lycées, Edouard Philippe a montré qu’il était à l’écoute de ses compatriotes. L’exécutif a aussi démontré là que c’était bien l’instance politique qui prenait les décisions et non pas les experts, dont le rôle ne peut être que de conseiller.

Libérer donc, mais aussi protéger, car la France n’en a pas fini avec l’épidémie. La situation sanitaire s’améliore de jour en jour et on pourrait croire que l’épidémie est passée et qu’il n’y aura pas de deuxième vague. Mais le coronavirus circule toujours, frappe toujours, et tue toujours… Le gouvernement a donc raison d’être prudent et de maintenir encore des règles sanitaires contraignantes dans certains départements sans les stigmatiser pour autant.

Mais la protection qu’il doit aux Français n’est pas seulement sanitaire et, de plus en plus, va être économique. Après le tsunami de l’épidémie, la France va, en effet, devoir affronter le tsunami de la récession. La hausse des chiffres du chômage dévoilée hier, les plans sociaux en cours ou à venir, le risque de faillite qui touche tout le tissu des PME montrent que les temps à venir seront particulièrement difficiles. 86 % des Français s’en inquiètent à raison. Pour le gouvernement, après la crise sanitaire, la priorité va très vite être la crise économique et sociale.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 29 mai 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…