Accéder au contenu principal

Libérer, protéger

route


En se retrouvant hier matin à l’Elysée pour un Conseil de défense afin de finaliser les mesures de l’acte II du déconfinement, Emmanuel Macron et Edouard Philippe ont peut-être eu à l’esprit le slogan de la campagne présidentielle de 2017 : libérer, protéger. Ce mantra, qui devait être l’alpha et l’oméga du quinquennat en matière économique, pouvait, en effet, s’appliquer parfaitement à la situation du pays qui se relève peu à peu de l’épidémie de coronavirus survenue il y a trois mois.

Libérer les Français du rigide – mais nécessaire – carcan des règles sanitaires du déconfinement, il le fallait bien. La multiplication des matchs de foot réunissant des centaines de personnes au mépris des consignes de distanciation physique, l’augmentation de petits attroupements de Français désireux tout simplement de profiter en extérieur des beaux jours et du soleil, l’agglutinement de familles parisiennes sur des trottoirs devant des parcs et jardins fermés – situation totalement ubuesque – mais aussi le nombre de déplacements sanctionnés car au-delà des 100 kilomètres : tout cela a illustré ces derniers jours la montée de l’exaspération, de la fatigue, de l’incompréhension aussi chez les Français qui regardent comment se passe le déconfinement chez nos voisins. Après 55 jours de confinement difficile parfois et 17 jours de déconfinement trop progressif à leurs yeux, les Français ont clairement envie de passer à autre chose, de penser aussi à autre chose.

En annonçant hier toute une série de mesures attendues, sur les fameux 100 kilomètres mais aussi sur la réouverture des cafés et restaurants ou les collèges et lycées, Edouard Philippe a montré qu’il était à l’écoute de ses compatriotes. L’exécutif a aussi démontré là que c’était bien l’instance politique qui prenait les décisions et non pas les experts, dont le rôle ne peut être que de conseiller.

Libérer donc, mais aussi protéger, car la France n’en a pas fini avec l’épidémie. La situation sanitaire s’améliore de jour en jour et on pourrait croire que l’épidémie est passée et qu’il n’y aura pas de deuxième vague. Mais le coronavirus circule toujours, frappe toujours, et tue toujours… Le gouvernement a donc raison d’être prudent et de maintenir encore des règles sanitaires contraignantes dans certains départements sans les stigmatiser pour autant.

Mais la protection qu’il doit aux Français n’est pas seulement sanitaire et, de plus en plus, va être économique. Après le tsunami de l’épidémie, la France va, en effet, devoir affronter le tsunami de la récession. La hausse des chiffres du chômage dévoilée hier, les plans sociaux en cours ou à venir, le risque de faillite qui touche tout le tissu des PME montrent que les temps à venir seront particulièrement difficiles. 86 % des Français s’en inquiètent à raison. Pour le gouvernement, après la crise sanitaire, la priorité va très vite être la crise économique et sociale.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 29 mai 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio