Accéder au contenu principal

Nouvelle alimentation

bio


L’épidémie du cronavirus, qui n’est pas encore terminée, a, assurément, été le révélateur voire l’accélérateur de nos comportements de consommation. Les produits issus de l’agriculture biologiques en sont le parfait exemple, qui sortent grands gagnants de cette longue période de 55 jours de confinement. Est-ce parce qu’ils ont été contraints de faire plus souvent leurs courses dans des commerces de proximité ? Est-ce parce qu’ils n’ont plus trouvé de produits conventionnels, trop vite épuisés sur les étals ? Est-ce parce que le bio porte en lui la réputation de produits plus respectueux de la nature et meilleurs pour la santé ? Est-ce parce qu’il y a eu une prise de conscience sur l’importance des circuits courts face aux produits venant du bout du monde ? Ou encore est-ce grâce aux nombreuses initiatives de points de collecte ou de livraison à domicile qui ont vu le jour pendant le confinement ? Sans doute un peu de tout cela explique l’incroyable boom du bio ces dernières semaines, mesuré par l’institut Nielsen dans une grande enquête.

Voilà en tout cas une nouvelle qui conforte les ambitions de l’Occitanie, première région bio de France avec ses quelque 9 400 exploitations engagées dans la filière. Voilà aussi matière à réfléchir sur l’agriculture que nous voulons demain et la place qui sera celle du bio.

Car si le bio est de plus en plus plébiscité, il recèle aussi des zones d’ombre sur les labels ou le coût. Le label européen, par exemple, ne certifie pas que tel ou tel produit est dénué de tout pesticide mais que le producteur a mis en œuvre les conditions pour y parvenir. Nuance. Le label AB, bien connu, tolère pour sa part jusqu’à 0,9 % d’OGM… Et que dire des produits cultivés sous une mer de serres de plastique en Espagne ? Bio peut-être, mais pas vraiment écolo… Ensuite, le bio – vaste marché de près de 8 milliards d’euros – n’est pas encore accessible à tous ; le magazine Linéaires, a pointé un surcoût de 75 % entre produits bios et conventionnels.

À cet égard, il convient de souligner que nombre d’agriculteurs conventionnels n’en produisent pas moins d’excellents produits, accessibles à tous, qui peuvent s’insérer dans des circuits courts vertueux et que ceux qui veulent franchir le pas de la transitons vers le bio méritent aide et assistance. L’Europe l’a bien compris, qui vient de lancer un vaste plan "De la ferme à la fourchette". L’occasion de repenser ensemble, agriculteurs et consommateurs, l’alimentation du XXIe siècle.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 25 mai 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à