Accéder au contenu principal

Le retour du couple franco-allemand

macron-merkel


"L’Europe, quel numéro de téléphone ?" La phrase prononcée par l’ancien secrétaire d’Etat américain Henry Kissinger dans les années 1970 pour critiquer le manque de cohésion et de visibilité de l’Union européenne sur la scène internationale est restée célèbre. Et l’Union européenne a maintes fois, depuis, raté le coche pour la démentir et montrer qu’elle n’était pas seulement qu’une alliance économique et pour partie monétaire avec la zone euro et que ce qui la réunissait n’était pas à chaque fois le plus petit dénominateur commun de 27 Etats. Mais depuis lundi, à défaut d’un numéro de téléphone, on pourrait donner à l’ancien ministre de Richard Nixon le lien d’une visioconférence comme celle qu’ont tenue la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron. Car en lançant leur initiative pour que le plan de relance européen, en préparation à Bruxelles, soit doté de 500 milliards d’euros en dépenses budgétaires pour les pays du bloc les plus touchés par l’épidémie de coronavirus, le couple franco-allemand, qu’on disait moribond, fait un spectaculaire retour au-devant de la scène et redore son blason de "moteur" de l’Union européenne.

L’annonce est historique puisque pour la première fois, on va assister à une solidarité inédite entre les économies les plus fortes et celles des régions et des pays les plus touchés par l’épidémie du coronavirus, grâce au recours à une dette commune. Cette proposition franco-allemande n’a pu voir le jour que parce que Berlin a opéré un tournant, l’Allemagne – comme beaucoup de pays du Nord – s’étant jusqu’à présent toujours opposée à l’idée d’émission d’une dette commune, ardemment défendue ces dernières semaines par Paris et les pays du Sud, au nom de la solidarité européenne. Si Angela Merkel a infléchi à ce point sa position – elle préfère parler de "pas en avant" – c’est évidemment en raison de l’ampleur de l’impact que va avoir l’épidémie sur l’économie européenne, qui n’épargnera aucun pays membre – et notamment l’Allemagne exportatrice – et en raison du risque de voir l’Union confrontée à une crise sociale majeure. Mais si la chancelière a changé d’avis après 15 ans au pouvoir, c’est aussi parce qu’elle a estimé que l’UE était menacée dans ses fondements par le jugement de la cour constitutionnelle de Karlsruhe, qui a exigé le 5 mai dernier de la Banque centrale européenne (BCE) qu’elle justifie ses achats d’emprunts d’Etat de la zone euro pour que l’Allemagne continue d’y participer via la Bundesbank. Cette cour s’attaquait là à un principe clé de l’Europe : la primauté du droit européen sur les droits nationaux…

L’initiative franco-allemande, qui donne à Macron et Merkel un certain leadership, a un autre avantage que celui de contourner les résistances des pays Nordiques "égoïstes" : elle coupe l’herbe sous le pied de tous les populistes et souverainistes. Non seulement elle ne remet pas en cause la souveraineté des Etats, mais elle montre en plus que l’Union est capable d’agir pour tous, massivement et de façon solidaire, redonnant ainsi toute sa force à sa devise "Unis dans la diversité."

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 21 mai 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…