Accéder au contenu principal

Le retour du couple franco-allemand

macron-merkel


"L’Europe, quel numéro de téléphone ?" La phrase prononcée par l’ancien secrétaire d’Etat américain Henry Kissinger dans les années 1970 pour critiquer le manque de cohésion et de visibilité de l’Union européenne sur la scène internationale est restée célèbre. Et l’Union européenne a maintes fois, depuis, raté le coche pour la démentir et montrer qu’elle n’était pas seulement qu’une alliance économique et pour partie monétaire avec la zone euro et que ce qui la réunissait n’était pas à chaque fois le plus petit dénominateur commun de 27 Etats. Mais depuis lundi, à défaut d’un numéro de téléphone, on pourrait donner à l’ancien ministre de Richard Nixon le lien d’une visioconférence comme celle qu’ont tenue la chancelière allemande Angela Merkel et le président français Emmanuel Macron. Car en lançant leur initiative pour que le plan de relance européen, en préparation à Bruxelles, soit doté de 500 milliards d’euros en dépenses budgétaires pour les pays du bloc les plus touchés par l’épidémie de coronavirus, le couple franco-allemand, qu’on disait moribond, fait un spectaculaire retour au-devant de la scène et redore son blason de "moteur" de l’Union européenne.

L’annonce est historique puisque pour la première fois, on va assister à une solidarité inédite entre les économies les plus fortes et celles des régions et des pays les plus touchés par l’épidémie du coronavirus, grâce au recours à une dette commune. Cette proposition franco-allemande n’a pu voir le jour que parce que Berlin a opéré un tournant, l’Allemagne – comme beaucoup de pays du Nord – s’étant jusqu’à présent toujours opposée à l’idée d’émission d’une dette commune, ardemment défendue ces dernières semaines par Paris et les pays du Sud, au nom de la solidarité européenne. Si Angela Merkel a infléchi à ce point sa position – elle préfère parler de "pas en avant" – c’est évidemment en raison de l’ampleur de l’impact que va avoir l’épidémie sur l’économie européenne, qui n’épargnera aucun pays membre – et notamment l’Allemagne exportatrice – et en raison du risque de voir l’Union confrontée à une crise sociale majeure. Mais si la chancelière a changé d’avis après 15 ans au pouvoir, c’est aussi parce qu’elle a estimé que l’UE était menacée dans ses fondements par le jugement de la cour constitutionnelle de Karlsruhe, qui a exigé le 5 mai dernier de la Banque centrale européenne (BCE) qu’elle justifie ses achats d’emprunts d’Etat de la zone euro pour que l’Allemagne continue d’y participer via la Bundesbank. Cette cour s’attaquait là à un principe clé de l’Europe : la primauté du droit européen sur les droits nationaux…

L’initiative franco-allemande, qui donne à Macron et Merkel un certain leadership, a un autre avantage que celui de contourner les résistances des pays Nordiques "égoïstes" : elle coupe l’herbe sous le pied de tous les populistes et souverainistes. Non seulement elle ne remet pas en cause la souveraineté des Etats, mais elle montre en plus que l’Union est capable d’agir pour tous, massivement et de façon solidaire, redonnant ainsi toute sa force à sa devise "Unis dans la diversité."

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 21 mai 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en