Accéder au contenu principal

De l'union à l'ouverture

conseilministres


Ce n’est bien sûr pas la première fois que surgit dans le débat public l’idée d’un gouvernement d’union nationale. Et la crise aussi historique qu’inédite du coronavirus, qui met la classe politique face à ses responsabilités pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, est sans aucun doute un facteur clé dans la réapparition de cette demande qui séduit toujours autant une large majorité de Français, 70 % selon le dernier sondage Ifop. Dans l’inconscient collectif de la nation figure toujours, en effet, le souvenir du gouvernement d’union nationale qui sortit de la seconde Guerre mondiale. Autour du Général de Gaulle, droite et gauche jusqu’aux communistes avaient déployé le programme du Conseil national de la Résistance dont les réalisations - Sécurité sociale en tête - marquent encore les Français dans leur vie la plus quotidienne.

Emmanuel Macron, qui avait appelé dès le 12 mars dans sa première allocution solennelle aux Français à une « France unie », avait aussi expliqué que « les prochaines semaines et les prochains mois nécessiteront des décisions de rupture ». Le 16 mars, le Président ajoutait que « le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant », pour finir le 13 avril par expliquer qu’« avec toutes les composantes de notre Nation, [il tacherait] de dessiner ce chemin qui rend possible. » Et de conclure par un « nous retrouverons les Jours heureux » en référence directe à l’intitulé du programme du Conseil national de la Résistance…
Mais pour Emmanuel Macron, il y a loin de la coupe aux lèvres et l’idée d’un gouvernement d’union nationale - si tant est qu’elle soit effectivement la sienne - semble chimérique et, si elle se réalisait, dangereuse.

Chimérique, parce qu’à deux ans de l’élection présidentielle, les oppositions n’entendent pas se faire phagocyter par une solidarité gouvernementale à laquelle elles seraient tenues et qui, de fait, ouvrirait un boulevard à Emmanuel Macron pour 2022. Par ailleurs, au contraire de l’Allemagne ou des démocraties scandinaves, la France n’a pas la culture du compromis entre partis qui permet l’émergence de grandes coalitions de gouvernement autour d’un programme commun minimal ; et Emmanuel Macron n’a pas la légitimité fédératrice du Général de Gaulle. Enfin, la République en Marche, aujourd’hui majorité présidentielle, s’est bâtie sur le dépassement du clivage droite gauche. Expliquer aujourd’hui qu’il faudrait un gouvernement d’union reviendrait à dire que le parti présidentiel n’a pas joué son rôle de creuset.

Dangereuse ensuite. L’idée de créer un gouvernement d’union nationale avec tous les partis à l’exception du Rassemblement national placerait de fait ce dernier en position d’unique opposant et donc potentiellement d’unique alternative ; et abaisserait le débat démocratique.
Dès lors, s’il est quasiment acquis que la seconde partie du quinquennat, celle du monde d’après l’épidémie, se fera avec un nouveau gouvernement, il s’agira plus sûrement d’un gouvernement de large ouverture que d’un gouvernement d’union nationale.

(Commentaire publié dans La Dépêche du Midi du mardi 5 mai 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Moine-soldat

Dans le marathon de l’examen de la réforme des retraites à l’Assemblée nationale, le calendrier a marqué une pause ce jeudi à l’occasion de la niche parlementaire du Parti socialiste. Une pause mise à profit par le gouvernement pour aller sur le terrain défendre une réforme toujours massivement rejetée par 7 Français sur 10. À l’avant-veille de la quatrième journée de manifestation appelée par l’intersyndicale, Elisabeth Borne et Gérald Darmanin se sont ainsi rendus hier à Neuville-en-Ferrain, dans le Nord, Olivier Dussopt à Toulouse, où il a notamment rencontré six lecteurs de La Dépêche du Midi au siège de notre journal pour répondre à leurs questions et leurs inquiétudes. Celui qui enchaîne à un rythme soutenu les interviews dans les matinales et défend depuis lundi son texte devant une Assemblée nationale survoltée s’est montré tel qu’en lui-même : un moine-soldat de la macronie. Moine, parce que le ministre connaît sur le bout des doigts le catéchisme de la réforme, son dogme du r

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a