Accéder au contenu principal

De l'union à l'ouverture

conseilministres


Ce n’est bien sûr pas la première fois que surgit dans le débat public l’idée d’un gouvernement d’union nationale. Et la crise aussi historique qu’inédite du coronavirus, qui met la classe politique face à ses responsabilités pour lutter contre l’épidémie de Covid-19, est sans aucun doute un facteur clé dans la réapparition de cette demande qui séduit toujours autant une large majorité de Français, 70 % selon le dernier sondage Ifop. Dans l’inconscient collectif de la nation figure toujours, en effet, le souvenir du gouvernement d’union nationale qui sortit de la seconde Guerre mondiale. Autour du Général de Gaulle, droite et gauche jusqu’aux communistes avaient déployé le programme du Conseil national de la Résistance dont les réalisations - Sécurité sociale en tête - marquent encore les Français dans leur vie la plus quotidienne.

Emmanuel Macron, qui avait appelé dès le 12 mars dans sa première allocution solennelle aux Français à une « France unie », avait aussi expliqué que « les prochaines semaines et les prochains mois nécessiteront des décisions de rupture ». Le 16 mars, le Président ajoutait que « le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant », pour finir le 13 avril par expliquer qu’« avec toutes les composantes de notre Nation, [il tacherait] de dessiner ce chemin qui rend possible. » Et de conclure par un « nous retrouverons les Jours heureux » en référence directe à l’intitulé du programme du Conseil national de la Résistance…
Mais pour Emmanuel Macron, il y a loin de la coupe aux lèvres et l’idée d’un gouvernement d’union nationale - si tant est qu’elle soit effectivement la sienne - semble chimérique et, si elle se réalisait, dangereuse.

Chimérique, parce qu’à deux ans de l’élection présidentielle, les oppositions n’entendent pas se faire phagocyter par une solidarité gouvernementale à laquelle elles seraient tenues et qui, de fait, ouvrirait un boulevard à Emmanuel Macron pour 2022. Par ailleurs, au contraire de l’Allemagne ou des démocraties scandinaves, la France n’a pas la culture du compromis entre partis qui permet l’émergence de grandes coalitions de gouvernement autour d’un programme commun minimal ; et Emmanuel Macron n’a pas la légitimité fédératrice du Général de Gaulle. Enfin, la République en Marche, aujourd’hui majorité présidentielle, s’est bâtie sur le dépassement du clivage droite gauche. Expliquer aujourd’hui qu’il faudrait un gouvernement d’union reviendrait à dire que le parti présidentiel n’a pas joué son rôle de creuset.

Dangereuse ensuite. L’idée de créer un gouvernement d’union nationale avec tous les partis à l’exception du Rassemblement national placerait de fait ce dernier en position d’unique opposant et donc potentiellement d’unique alternative ; et abaisserait le débat démocratique.
Dès lors, s’il est quasiment acquis que la seconde partie du quinquennat, celle du monde d’après l’épidémie, se fera avec un nouveau gouvernement, il s’agira plus sûrement d’un gouvernement de large ouverture que d’un gouvernement d’union nationale.

(Commentaire publié dans La Dépêche du Midi du mardi 5 mai 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…