Accéder au contenu principal

Question de confiance

carte


Voilà un pataquès dont le gouvernement se serait bien passé. Alors que le Premier ministre semblait avoir repris la main sur la communication gouvernementale en présentant, mardi devant l’Assemblée nationale, la stratégie nationale de déconfinement, et tandis qu’Edouard Philippe expliquait aux députés que nous saurions le 7 mai par une carte quels départements pourraient être déconfinés (zone verte) ou maintenus confinés (zone rouge) après le 11 mai, voilà que le ministre de la Santé Olivier Véran et le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, ont présenté ce jeudi une carte d’étape avec… une nouvelle couleur orange intermédiaire, amenée à évoluer. Mais à cette première surprise s’est ajoutée celle de voir des départements – le Lot, le Cher et la Haute-Corse – placés en rouge contre toute attente.

Les Agences régionales de Santé (ARS) ont eu beau reconnaître des "doutes" voire des "erreurs" dans la remontée des statistiques pour expliquer ce bug, le mal était fait. Et à l’heure où les Français se projettent dans l’après 11-mai, les élus des départements concernés sont montés au créneau – à raison – pour dénoncer "l’erreur de l’année" à même de doucher les espoirs de déconfinement et rajouter à l’angoisse des populations, peu ou prou accusées d’être les mauvais élèves dans le respect du confinement…

Cette fâcheuse erreur de communication est, hélas, la dernière en date d’une série bien trop longue. Sur les masques, inutiles puis indispensables, sur les tests, sans objet puis incontournables, sur le déconfinement, tour à tour par région, puis national, puis départemental, sur les écoles rouvertes puis fermées, sur les déplacements entre départements, dont on comprend mal s’ils seront autorisés ou interdits entre ceux de couleurs différentes, etc. Ce jeudi, on a même vu la vente de muguet autorisée pour les fleuristes puis à nouveau interdite en moins de deux heures…

Certes, face à cette pandémie totalement inédite, il est normal que le gouvernement tâtonne comme d’ailleurs tâtonnent les scientifiques chargés de le conseiller. Édouard Philippe n’a ainsi pas eu tort de fustiger les commentateurs "ayant une vision parfaitement claire de ce qu’il aurait fallu faire selon eux à chaque instant". Et on pourrait même ajouter que, devant la complexité de la situation, il n’est pas illogique que l’on fasse preuve d’indulgence et de patience. Mais tout de même, l’accumulation d’annonces qui ont ensuite été démenties, les propos à l’emporte-pièce de certains ministres inconséquents, les multiples contradictions et atermoiements de l’exécutif et une communication erratique et zigzagante dont on se demande si elle est pilotée, interrogent légitimement les Français et amoindrissent leur confiance dans le gouvernement.

Or la confiance est pourtant bien LA clé pour la réussite du déconfinement. Il reste neuf jours au gouvernement, par les actes autant que par la parole, pour la gagner.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 2 mai 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en