Accéder au contenu principal

Question de confiance

carte


Voilà un pataquès dont le gouvernement se serait bien passé. Alors que le Premier ministre semblait avoir repris la main sur la communication gouvernementale en présentant, mardi devant l’Assemblée nationale, la stratégie nationale de déconfinement, et tandis qu’Edouard Philippe expliquait aux députés que nous saurions le 7 mai par une carte quels départements pourraient être déconfinés (zone verte) ou maintenus confinés (zone rouge) après le 11 mai, voilà que le ministre de la Santé Olivier Véran et le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, ont présenté ce jeudi une carte d’étape avec… une nouvelle couleur orange intermédiaire, amenée à évoluer. Mais à cette première surprise s’est ajoutée celle de voir des départements – le Lot, le Cher et la Haute-Corse – placés en rouge contre toute attente.

Les Agences régionales de Santé (ARS) ont eu beau reconnaître des "doutes" voire des "erreurs" dans la remontée des statistiques pour expliquer ce bug, le mal était fait. Et à l’heure où les Français se projettent dans l’après 11-mai, les élus des départements concernés sont montés au créneau – à raison – pour dénoncer "l’erreur de l’année" à même de doucher les espoirs de déconfinement et rajouter à l’angoisse des populations, peu ou prou accusées d’être les mauvais élèves dans le respect du confinement…

Cette fâcheuse erreur de communication est, hélas, la dernière en date d’une série bien trop longue. Sur les masques, inutiles puis indispensables, sur les tests, sans objet puis incontournables, sur le déconfinement, tour à tour par région, puis national, puis départemental, sur les écoles rouvertes puis fermées, sur les déplacements entre départements, dont on comprend mal s’ils seront autorisés ou interdits entre ceux de couleurs différentes, etc. Ce jeudi, on a même vu la vente de muguet autorisée pour les fleuristes puis à nouveau interdite en moins de deux heures…

Certes, face à cette pandémie totalement inédite, il est normal que le gouvernement tâtonne comme d’ailleurs tâtonnent les scientifiques chargés de le conseiller. Édouard Philippe n’a ainsi pas eu tort de fustiger les commentateurs "ayant une vision parfaitement claire de ce qu’il aurait fallu faire selon eux à chaque instant". Et on pourrait même ajouter que, devant la complexité de la situation, il n’est pas illogique que l’on fasse preuve d’indulgence et de patience. Mais tout de même, l’accumulation d’annonces qui ont ensuite été démenties, les propos à l’emporte-pièce de certains ministres inconséquents, les multiples contradictions et atermoiements de l’exécutif et une communication erratique et zigzagante dont on se demande si elle est pilotée, interrogent légitimement les Français et amoindrissent leur confiance dans le gouvernement.

Or la confiance est pourtant bien LA clé pour la réussite du déconfinement. Il reste neuf jours au gouvernement, par les actes autant que par la parole, pour la gagner.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 2 mai 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t