Accéder au contenu principal

L’enfer de Matignon

matignon


Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête d’une écurie à visée élyséenne ou à tout le moins d’un puissant cercle de fidèles dans leur camp, Edouard Philipppe, ce transfuge de la droite en Macronie, est resté un solitaire, sérieux voire austère, dans la lignée de son mentor Alain Juppé. À la tête d’un gouvernement d’experts dépourvu de poids lourds politiques, il est apparu en 2017 comme le bras droit idéal d’Emmanuel Macron, au grand dam de l’aile gauche de la République en Marche. Quasi inconnu du grand public lorsqu’il fut choisi, Edouard Philippe s’est coulé dans le poste, non sans bonheur d’ailleurs. Mais c’était avant de connaître ce que ses prédécesseurs appellent l’enfer de Matignon...

Depuis le début de l’épidémie, Edouard Philippe doit corriger les gaffes de communication à répétition de nombre ses ministres et subir l’omniprésence du président de la République qui lui laisse de moins en moins de marges de manœuvre. L’intervention d’Emmanuel Macron lundi, à peine quelques minutes après la présentation du plan de déconfinement par Edouard Philippe au Sénat, comme s’il s’agissait de corriger un simple "collaborateur", n’aura échappé à personne. Cette petite humiliation sur l’air du "je décide, il exécute" était sans doute aussi cruelle que dispensable. Mais ainsi va la politique…

L’idylle politique entre le Président et le Premier ministre a fini par s’assombrir et la feuille de papier à cigarette qui, assuraient leurs entourages, ne pouvait séparer les deux hommes, a fini par s’épaissir au point que, désormais, la question de l’avenir d’Edouard Philippe à Matignon se pose.

Officiellement tout va bien et la question d’un changement gouvernemental est incongrue assure-t-on avec force à Matignon comme à l’Elysée. Et pourtant, comme le disait François Mitterrand, "poser une question qui ne se pose pas est la plus sûre façon de prouver qu’elle se pose"… On dira qu’Edouard Philippe subit là la simple logique des institutions de la Ve République qui veut que, quels que soient les résultats obtenus, le Premier ministre soit le fusible du Président. Comme ses prédécesseurs mais sans doute plus qu’eux. Car pour esquisser le monde d’après, aux antipodes politiques du "nouveau monde" social-libéral d’avant, Emmanuel Macron n’aura d’autres choix que de se séparer de son Premier ministre. À moins que…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du 6 mai 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en