Accéder au contenu principal

Libérés sous conditions

covid


Dans le calendrier républicain, le 7 mai correspondait au 18e jour du mois de Floréal, consacré à la corbeille d’or, cette fleur symbole de tranquillité. Une chose que les Français, pour nombre d’entre eux, se languissent de retrouver, confinés à domicile depuis plus de 50 jours pour endiguer la propagation d’un coronavirus mortel qui a mis le pays à l’arrêt. Hier, en présentant enfin le détail du plan de déconfinement du gouvernement, qui commencera bien lundi 11 mai pour une majorité des Français, le Premier ministre Edouard Philippe a assurément apporté cette dose de tranquillité qui faisait défaut, en tout cas une lueur d’espoir bienvenue, une "bonne nouvelle" pour retrouver un peu de la vie d’avant. Le Premier ministre a aussi mis fin au supplice chinois de ces derniers jours, enduré tant par l’exécutif que par les Français.

Pour le gouvernement, le rendez-vous du 7 mai était, en effet, celui qu’il ne fallait pas rater. Après des semaines pendant lesquelles les couacs de communication et les approximations se sont multipliés, ou les pistes de travail non encore arbitrées ont fuité de la bouche même de ministres pressés et où le président de la République, Emmanuel Macron, a été omniprésent au point de parfois corriger dans l’heure – pour ne pas dire désavouer – les mots de son Premier ministre, il était temps de retrouver un peu de cohérence et de clarté. Sur le chemin de crête étroit qu’il avait défini, avec de chaque côté les pentes vertigineuses de la reprise de l’épidémie et de l’ "écroulement" de l’économie, Edouard Philippe s’est montré carré hier aux côtés de ministres qui sont bien restés dans leur couloir. Pour le coup, cette conférence de presse, qui a déroulé de façon plus précise les règles de l’après-11 mai, a été plutôt réussie.

La fin du supplice était aussi celle des Français, rivés chaque soir au dévoilement de l’angoissante carte de l’activité épidémique du Covid-19, scrutant ces zones orange tampon desquelles chaque département pouvait basculer vers le vert ou le rouge. À l’approche du 11 mai, et notamment du casse-tête de la reprise scolaire, chacun s’interrogeait aussi sur ce qui serait permis ou interdit de faire dans ce jour d’après aussi espéré que redouté.

Nous voilà donc fixés, libérés… mais sous conditions, et aussi toujours un peu séparés puisque les quatre régions rouges représentent tout de même 40 % de la population française. Car lundi, tout ne redeviendra bien sûr pas comme avant. L’étau du confinement se desserre, mais, en regard, la vigilance doit se resserrer. "Lundi prochain sera le premier jour d’une phase nouvelle, d’un redémarrage de la vie sociale, ce ne sera pas une vie totalement normale. Elle demandera de la part de chacun des Françaises et des Français de la discipline et de la responsabilité", a prévenu Edouard Philippe. Car le coronavirus circule encore et, selon différentes modélisations, une seconde vague de l’épidémie pourrait frapper de plein fouet des hôpitaux fragilisés par deux mois de lutte.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du 8 mai 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…