Accéder au contenu principal

Les damnés du Covid

hotel


Au moment du confinement, Emmanuel Macron avait su trouver les mots justes pour rendre hommage à ceux qui étaient en première ligne, les soignants que les Français applaudissaient chaque soir à 20 heures à leur fenêtre. Puis, le chef de l’Etat avait salué ceux qui tenaient la deuxième ligne, c’est-à-dire tous ces métiers jusqu’alors invisibilisés, voire trop souvent méprisés – caissières, livreurs, facteurs, éboueurs, femmes de ménage… – mais qui ont pris des risques pour faire tenir le pays en assurant le fil de notre quotidien confiné. Enfin, le Président s’était dit fier de tous ceux qui constituaient la troisième ligne, c’est-à-dire tous les Français dans leur ensemble, qui ont fait preuve d’un civisme et d’une discipline exemplaires pour respecter les consignes – éprouvantes parfois – du confinement.

Entre les lignes, pourtant, une catégorie de nos compatriotes s’est sentie oubliée, et alors que le déconfinement est désormais bien engagé, elle lance un SOS pour son avenir. Ce cri d’alarme, qui doit être non seulement écouté mais entendu, est celui des quelque deux millions de saisonniers qui subissent une double peine.

Les saisons d’hiver ont été écourtées en raison du confinement et les saisons d’été ne peuvent toujours pas débuter. Dans ce no man’s land, les saisonniers sont donc contraints d’utiliser les droits Pôle emploi qui habituellement leur permettent de vivre entre deux saisons. Parfois remerciés au moment du confinement, certains n’ont pas eu droit au chômage partiel et beaucoup se sont retrouvés sans revenus et donc dans l’impossibilité d’acquérir ces droits qui leur permettraient d’être indemnisés par l’assurance chômage des saisonniers. D’autant qu’une nouvelle loi entrée en vigueur en novembre a durci les conditions d’obtention des droits. Ubuesque et dramatique…

Si des contrats ont pu être maintenus dans l’agriculture, les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration ou des loisirs restent dans le flou et dans l’attente des décisions du gouvernement pour les réouvertures. En avril dernier, Pôle emploi n’a enregistré que 3 800 nouvelles offres d’emploi saisonnier, un chiffre en recul de 71 % par rapport à l’an passé qui en dit long sur la précarité qui menace les saisonniers.

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a indiqué lundi qu’il fallait "prendre une mesure spécifique" pour les saisonniers, renvoyant à une "réflexion" avec les partenaires sociaux. Vu la crise sociale que vivent les saisonniers, il est urgent de passer à l’action en reprenant peut-être le "quoi qu’il en coûte" qu’Emmanuel Macron avait su invoquer pour sauver les entreprises…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 22 mai 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…