Accéder au contenu principal

Les damnés du Covid

hotel


Au moment du confinement, Emmanuel Macron avait su trouver les mots justes pour rendre hommage à ceux qui étaient en première ligne, les soignants que les Français applaudissaient chaque soir à 20 heures à leur fenêtre. Puis, le chef de l’Etat avait salué ceux qui tenaient la deuxième ligne, c’est-à-dire tous ces métiers jusqu’alors invisibilisés, voire trop souvent méprisés – caissières, livreurs, facteurs, éboueurs, femmes de ménage… – mais qui ont pris des risques pour faire tenir le pays en assurant le fil de notre quotidien confiné. Enfin, le Président s’était dit fier de tous ceux qui constituaient la troisième ligne, c’est-à-dire tous les Français dans leur ensemble, qui ont fait preuve d’un civisme et d’une discipline exemplaires pour respecter les consignes – éprouvantes parfois – du confinement.

Entre les lignes, pourtant, une catégorie de nos compatriotes s’est sentie oubliée, et alors que le déconfinement est désormais bien engagé, elle lance un SOS pour son avenir. Ce cri d’alarme, qui doit être non seulement écouté mais entendu, est celui des quelque deux millions de saisonniers qui subissent une double peine.

Les saisons d’hiver ont été écourtées en raison du confinement et les saisons d’été ne peuvent toujours pas débuter. Dans ce no man’s land, les saisonniers sont donc contraints d’utiliser les droits Pôle emploi qui habituellement leur permettent de vivre entre deux saisons. Parfois remerciés au moment du confinement, certains n’ont pas eu droit au chômage partiel et beaucoup se sont retrouvés sans revenus et donc dans l’impossibilité d’acquérir ces droits qui leur permettraient d’être indemnisés par l’assurance chômage des saisonniers. D’autant qu’une nouvelle loi entrée en vigueur en novembre a durci les conditions d’obtention des droits. Ubuesque et dramatique…

Si des contrats ont pu être maintenus dans l’agriculture, les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration ou des loisirs restent dans le flou et dans l’attente des décisions du gouvernement pour les réouvertures. En avril dernier, Pôle emploi n’a enregistré que 3 800 nouvelles offres d’emploi saisonnier, un chiffre en recul de 71 % par rapport à l’an passé qui en dit long sur la précarité qui menace les saisonniers.

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a indiqué lundi qu’il fallait "prendre une mesure spécifique" pour les saisonniers, renvoyant à une "réflexion" avec les partenaires sociaux. Vu la crise sociale que vivent les saisonniers, il est urgent de passer à l’action en reprenant peut-être le "quoi qu’il en coûte" qu’Emmanuel Macron avait su invoquer pour sauver les entreprises…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 22 mai 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en