Accéder au contenu principal

Les damnés du Covid

hotel


Au moment du confinement, Emmanuel Macron avait su trouver les mots justes pour rendre hommage à ceux qui étaient en première ligne, les soignants que les Français applaudissaient chaque soir à 20 heures à leur fenêtre. Puis, le chef de l’Etat avait salué ceux qui tenaient la deuxième ligne, c’est-à-dire tous ces métiers jusqu’alors invisibilisés, voire trop souvent méprisés – caissières, livreurs, facteurs, éboueurs, femmes de ménage… – mais qui ont pris des risques pour faire tenir le pays en assurant le fil de notre quotidien confiné. Enfin, le Président s’était dit fier de tous ceux qui constituaient la troisième ligne, c’est-à-dire tous les Français dans leur ensemble, qui ont fait preuve d’un civisme et d’une discipline exemplaires pour respecter les consignes – éprouvantes parfois – du confinement.

Entre les lignes, pourtant, une catégorie de nos compatriotes s’est sentie oubliée, et alors que le déconfinement est désormais bien engagé, elle lance un SOS pour son avenir. Ce cri d’alarme, qui doit être non seulement écouté mais entendu, est celui des quelque deux millions de saisonniers qui subissent une double peine.

Les saisons d’hiver ont été écourtées en raison du confinement et les saisons d’été ne peuvent toujours pas débuter. Dans ce no man’s land, les saisonniers sont donc contraints d’utiliser les droits Pôle emploi qui habituellement leur permettent de vivre entre deux saisons. Parfois remerciés au moment du confinement, certains n’ont pas eu droit au chômage partiel et beaucoup se sont retrouvés sans revenus et donc dans l’impossibilité d’acquérir ces droits qui leur permettraient d’être indemnisés par l’assurance chômage des saisonniers. D’autant qu’une nouvelle loi entrée en vigueur en novembre a durci les conditions d’obtention des droits. Ubuesque et dramatique…

Si des contrats ont pu être maintenus dans l’agriculture, les secteurs de l’hôtellerie, de la restauration ou des loisirs restent dans le flou et dans l’attente des décisions du gouvernement pour les réouvertures. En avril dernier, Pôle emploi n’a enregistré que 3 800 nouvelles offres d’emploi saisonnier, un chiffre en recul de 71 % par rapport à l’an passé qui en dit long sur la précarité qui menace les saisonniers.

La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a indiqué lundi qu’il fallait "prendre une mesure spécifique" pour les saisonniers, renvoyant à une "réflexion" avec les partenaires sociaux. Vu la crise sociale que vivent les saisonniers, il est urgent de passer à l’action en reprenant peut-être le "quoi qu’il en coûte" qu’Emmanuel Macron avait su invoquer pour sauver les entreprises…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 22 mai 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t