Accéder au contenu principal

L'année charnière

macron


Un an après l’émergence du mouvement des Gilets jaunes, Emmanuel Macron passe le cap d’une nouvelle année en pleine crise sociale avec la controversée et inextricable réforme des retraites, qui a dépassé en longueur le conflit de référence de 1995. Cette année 2020 est pour le chef de l’Etat plus capitale sans doute que les autres, une année charnière car elle correspond au mitan de son quinquennat, ce moment où l’on a normalement déjà accompli beaucoup dans la foulée de la victoire et où l’on doit, déjà, dessiner les perspectives qui permettront une nouvelle candidature à la prochaine présidentielle.

Les prédécesseurs d’Emmanuel Macron sont tous passés par là, avec, pour deux d’entre eux, Nicolas Sarkozy et François Hollande, d’immenses désillusions ; le premier ne parvenant pas à se faire réélire, le second à n’être même pas en mesure d’être à nouveau candidat…

Emmanuel Macron, qui n’aime rien tant regarder les leçons que l’on peut tirer de l’Histoire que se distinguer radicalement de ses prédécesseurs, l’a bien compris et y a d’ailleurs fait directement référence lors de ses vœux. "D’habitude, c’est le moment du mandat où on renonce à agir avec vigueur, pour ne surtout plus mécontenter personne à l’approche des futures échéances électorales – municipales, sénatoriales, départementales, régionales puis présidentielles. Nous n’avons pas le droit de céder à cette fatalité. C’est l’inverse qui doit se produire", estime Emmanuel Macron qui ne sera pas le "roi fainéant" que Nicolas Sarkozy évoquait cruellement en parlant de Jacques Chirac.

Reste à savoir quelle orientation veut donner le chef de l’Etat pour la seconde partie de son quinquennat, cet acte II qui devait, avait-il promis, être marqué par davantage d’écoute, de concertation, pour ne pas dire de bienveillance. Cette bienveillance qui fut son mantra durant sa campagne présidentielle et que sa majorité – notamment l’aile gauche – le presse aujourd’hui de vite retrouver. Car la réforme des retraites – bien que déjà riche de dérogations pour certaines professions – montre exactement l’inverse. Elle braque bien plus que les seuls opposants mais aussi les alliés potentiels comme la CFDT ; elle génère, à force de couacs de communication, de l’angoisse chez les Français ; et enfin elle alimente un peu plus cet anti-macronisme, parfois aussi primaire que haineux, qui de frein devient blocage.

Dès lors, si Emmanuel Macron – qui est attendu sur de nouveaux chantiers comme la bioéthique, la dépendance, l’environnement, la laïcité, etc. – veut surmonter les blocages et retrouver la confiance de ses concitoyens, il devra admettre que réformer, ce n’est pas passer en force et que, comme le disait son mentor Paul Ricoeur, "ce qui arrive est toujours autre chose que ce que nous avions attendu…"

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 6 janvier 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan