Accéder au contenu principal

La nuit du tycoon

ghosn


Dans la nuit du 20 au 21 juin 1791, Louis XVI, Marie-Antoinette et leur famille fuient Paris pour rejoindre le bastion royaliste de Montmédy, à partir duquel le monarque espérait lancer une contre-révolution. On sait ce qu’il advint et l’entreprise fut stoppée net à Varennes-en-Argonne. Ettore Scola en fit un excellent film "La nuit de Varennes".

Deux siècles plus tard, c’est à la fuite du roi déchu de l’automobile mondiale que nous assistons, médusés. Au nez et à la barbe des autorités japonaises qui l’avaient assigné à résidence après un long séjour en prison dans des conditions très difficiles, voilà que l’ancien PDG de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, réussit une spectaculaire "grande évasion" vers sa patrie de cœur, le Liban, où il est considéré comme un héros et où il ne risque pas l’extradition vers le pays du Soleil levant qui, jadis, l’adulait pareillement.

De Beyrouth, Carlos Ghosn espère ainsi conduire, non pas une contre-révolution, mais en tout cas une contre-attaque en règle contre un système judiciaire japonais qu’il estime de son propre chef partial.

Dès lors, les deux hypothèses qui nourrissent cette rocambolesque affaire depuis l’arrestation du PDG fin novembre 2018 vont à nouveau s’affronter.

Soit Carlos Ghosn est coupable de malversations financières et de fraude fiscale comme le disent les procureurs japonais. Sera ainsi mis au jour tout le système qu’avait mis en place l’ex-PDG dont l’avidité et la folie des grandeurs ont été couvertes, en France comme au Japon, aussi longtemps que ce brillant polytechnicien faisait fructifier le groupe qu’il dirigeait d’une main de fer.

Soit Carlos Ghosn est innocent de ce dont on l’accuse. Et il apparaîtra comme la victime d’un sombre complot ourdi par ses anciens collaborateurs qui fermaient les yeux sur son luxueux train de vie pour mieux lui porter l’estocade le moment venu, c’est-à-dire lorsqu’il a appelé de ses vœux une nouvelle étape dans la fusion Renault-Nissan qui aurait lésé les Japonais.

Dans un cas comme dans l’autre, l’affaire Ghosn ne va pas redorer le blason du capitalisme international, qui semble s’affranchir de toutes les règles démocratiques, fiscales ou judiciaires, pour ne pas dire de la décence la plus élémentaire. Le destin hors normes de Carlos Ghosn fera peut-être un jour l’objet d’un film, film historique ou farce cynique, à l’image de l’un des films d’Ettore Scola, "Les nouveaux monstres."

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 1er janvier 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à