Accéder au contenu principal

Besoin de clarté

"Mal nommer les choses, c’est participer au malheur du monde" disait Albert Camus. Mais il n’est pas toujours aisé de bien nommer les choses, et c’est tout l’enjeu de cette notion complexe de "radicalisation" – et son corollaire de "déradicalisation" – lorsqu’on l’applique à l’islam, à des jihadistes confirmés ou apprentis. Car deux écoles, pour le coup radicalement en désaccord, ont développé leur analyse du phénomène, récemment ravivé par la publication de deux livres. D’un côté, l’école de Gilles Kepel, qui estime que le jihadisme procède d’une "radicalisation de l’islam". Cette radicalisation passe par des figures tutélaires salafistes, des réseaux, des filières comme celle de Toulouse, des quartiers comme celui des Izards. Cette option est largement défendue par le livre d’Hugo Micheron "Le Jihadisme français : quartiers, Syrie, prison" (Ed. Gallimard). Le chercheur que nous avions récemment interviewé montre d’ailleurs combien les prisons françaises sont devenues des espaces de structuration, voire d’amplification de ce militantisme jihadiste.

De l’autre côté, on a la thèse d’Olivier Roy, qui estime, lui, que le jihadisme procède d’une "islamisation de la radicalité", c’est-à-dire que certains choisissent l’islam pour exprimer leur radicalité. Cette thèse est soutenue dans le dernier livre collectif dirigé par Bernard Rougier "Les Territoires conquis de l’islamisme" (Ed. PUF) qui veut montrer que la désagrégation des liens sociaux et politiques dans certains quartiers de banlieues constitue le terreau de la radicalisation islamiste.

Adhésion à une idéologie religieuse dans ses aspects les plus rigoristes ou révolte face à un environnement social donné, les deux pour s’orienter vers le jihad ? La guerre d’idées et la querelle d’analyses sont évidemment loin d’être réglées. Elles mettent aussi en exergue l’épineux dossier de la place de l’islam en France et sa compatibilité avec les principes de la République, qui constituent pour l’Etat, depuis plusieurs années, un vrai casse-tête. Un casse-tête qui, comme un aimant, attire toutes les polémiques et les outrances, celles de ceux qui crient à l’islamophobie à la moindre critique de la religion musulmane comme celles de l’extrême droite, qui fustige les prétendus dénis et naïveté des gouvernements successifs qui, pourtant, ont multiplié ces dernières années les lois pour lutter contre le terrorisme et les dispositifs pour endiguer la radicalisation dans et hors les prisons. Au centre, faut-il le rappeler, une large majorité de citoyens musulmans veulent vivre tranquillement leur foi comme doit le leur garantir l’Etat et la loi de 1905 de séparation des Eglises et de l’Etat.

La radicalisation, quelle que soit la version de la définition qu’on en prendra, sera, on s’en doute, un thème du débat public dans les mois, les années qui viennent. Emmanuel Macron a promis d’embrasser tous ces sujets, assurant vouloir "dire sans diviser", mais refusant de faire un grand discours sur la laïcité, au prétexte qu’il l’aurait fait "40 fois". La 41e sera-t-elle celle de la clarté que les Français attendent quant à la vision présidentielle de la laïcité ?

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 30 janvier 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t