Accéder au contenu principal

En quête de bonheur

Rodez, première au palmarès des villes où il fait bon vivre, catégorie 20 à 50 000 habitants.


Assisterait-on à la revanche des villes moyennes ? À la riposte des bourgs ? Au sursaut des petits villages contre ces grandes métropoles dont le pouvoir d’attraction se fait parfois au détriment des territoires qui les entourent ? En tout cas le palmarès des "villes et villages où il fait bon vivre", dévoilé dimanche dernier par la toute jeune association éponyme présidée par le communicant Thierry Saussez, fera chaud au cœur des élus locaux comme des habitants de ces 1 814 communes distinguées.

On pourra toujours arguer que ce baromètre n’a pas la rigueur scientifique de nos économistes et statisticiens, mais en se construisant sur pas moins de 180 critères parfois très terre à terre dans huit grandes catégories, ce palmarès met le doigt sur quelque chose de diffus et forcément difficilement mesurable : la qualité de vie là où l’on habite. Ce palmarès fait d’ailleurs penser à l’indice du bonheur national brut, imaginé au Bouthan dans les années 70, pour s’affranchir du seul Produit national brut. Ce BNB s’est prolongé par l’indice du Bonheur intérieur brut, un indicateur de l’OCDE agrégeant onze thématiques (logement, emploi, santé, sécurité, éducation, environnement…) et qui établit, justement, un classement des pays où il fait "bon vivre".

Le palmarès des "villes et villages où il fait bon vivre" atténue également le regard très sombre qui avait été porté par des géographes comme Christophe Guilluy sur cette France périphérique délaissée, en souffrance socio-économique ; cette France qui est également celle des ronds-points des Gilets jaunes. Certes, les difficultés de ces territoires à l’heure où la France vit une forte métropolisation sont toujours là, mais le palmarès contrebalance la froideur des indicateurs par la chaleur de la réalité dans laquelle les villes moyennes et les villages se battent pour rester dans la course et proposer à leurs habitants un environnement agréable pour la vie personnelle et professionnelle de chacun.

Le palmarès met également le doigt sur quelque chose qui sera forcément au cœur des prochaines élections municipales : le besoin de proximité. S’il fait bon vivre dans sa ville et son village, c’est évidemment parce que tout ce dont on a besoin est tout près, de l’école à la maternité, de la boulangerie au parc, du plombier au pharmacien. Dans un monde globalisé, cette proximité est aujourd’hui précieuse et inspire même… les grandes métropoles. Ainsi, Carlos Moreno, professeur à l’université Paris-I et spécialiste de la "ville intelligente", a développé le concept de "ville du quart d’heure". C’est-à-dire définir au sein des grandes métropoles des zones où les habitants ont accès en 15 minutes à six fonctions clés (habitat, travail, approvisionnement, bien-être, éducation et loisirs) pour être heureux. Les élus des grandes villes – d’Anne Hidalgo à Jean-Luc Moudenc – s’intéressent au concept, qui montre combien nos villes et villages peuvent être des modèles inspirants.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 24 janvier 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan