Accéder au contenu principal

En quête de bonheur

Rodez, première au palmarès des villes où il fait bon vivre, catégorie 20 à 50 000 habitants.


Assisterait-on à la revanche des villes moyennes ? À la riposte des bourgs ? Au sursaut des petits villages contre ces grandes métropoles dont le pouvoir d’attraction se fait parfois au détriment des territoires qui les entourent ? En tout cas le palmarès des "villes et villages où il fait bon vivre", dévoilé dimanche dernier par la toute jeune association éponyme présidée par le communicant Thierry Saussez, fera chaud au cœur des élus locaux comme des habitants de ces 1 814 communes distinguées.

On pourra toujours arguer que ce baromètre n’a pas la rigueur scientifique de nos économistes et statisticiens, mais en se construisant sur pas moins de 180 critères parfois très terre à terre dans huit grandes catégories, ce palmarès met le doigt sur quelque chose de diffus et forcément difficilement mesurable : la qualité de vie là où l’on habite. Ce palmarès fait d’ailleurs penser à l’indice du bonheur national brut, imaginé au Bouthan dans les années 70, pour s’affranchir du seul Produit national brut. Ce BNB s’est prolongé par l’indice du Bonheur intérieur brut, un indicateur de l’OCDE agrégeant onze thématiques (logement, emploi, santé, sécurité, éducation, environnement…) et qui établit, justement, un classement des pays où il fait "bon vivre".

Le palmarès des "villes et villages où il fait bon vivre" atténue également le regard très sombre qui avait été porté par des géographes comme Christophe Guilluy sur cette France périphérique délaissée, en souffrance socio-économique ; cette France qui est également celle des ronds-points des Gilets jaunes. Certes, les difficultés de ces territoires à l’heure où la France vit une forte métropolisation sont toujours là, mais le palmarès contrebalance la froideur des indicateurs par la chaleur de la réalité dans laquelle les villes moyennes et les villages se battent pour rester dans la course et proposer à leurs habitants un environnement agréable pour la vie personnelle et professionnelle de chacun.

Le palmarès met également le doigt sur quelque chose qui sera forcément au cœur des prochaines élections municipales : le besoin de proximité. S’il fait bon vivre dans sa ville et son village, c’est évidemment parce que tout ce dont on a besoin est tout près, de l’école à la maternité, de la boulangerie au parc, du plombier au pharmacien. Dans un monde globalisé, cette proximité est aujourd’hui précieuse et inspire même… les grandes métropoles. Ainsi, Carlos Moreno, professeur à l’université Paris-I et spécialiste de la "ville intelligente", a développé le concept de "ville du quart d’heure". C’est-à-dire définir au sein des grandes métropoles des zones où les habitants ont accès en 15 minutes à six fonctions clés (habitat, travail, approvisionnement, bien-être, éducation et loisirs) pour être heureux. Les élus des grandes villes – d’Anne Hidalgo à Jean-Luc Moudenc – s’intéressent au concept, qui montre combien nos villes et villages peuvent être des modèles inspirants.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 24 janvier 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …