Accéder au contenu principal

Savoir-faire savoir

madeinfrance


Lorsqu’en octobre 2012, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif de François Hollande, endosse une marinière Armor Lux et brandit un robot ménager Moulinex sur fond de drapeau tricolore en Une du Parisien Magazine, afin de vanter le "Made in France", beaucoup se gaussent et dénoncent un coup de com’. Il est vrai que le turbulent Montebourg n’a jamais rechigné tout au long de sa carrière aux envolées lyriques ni aux buzz médiatiques ; il s’était d’ailleurs transformé en VRP de la Renault Zoe électrique devant les caméras de BFMTV. Et pourtant, derrière cette Une qui fera beaucoup causer, il y avait, d’évidence, un engagement sincère, politique et personnel. Politique puisqu’il s’agissait d’engager une stratégie de reconquête industrielle en valorisant et en soutenant les productions françaises. Personnelle ensuite, puisqu’une fois retiré de la politique active, Arnaud Montebourg s’est investi dans la production de miel et d’amandes avec sa marque Bleu Blanc Ruche.

Il est heureux de voir que cette "Bataille du made in France" que Montebourg a lancée a été poursuivie par son successeur devenu chef de l’Etat, Emmanuel Macron. En accueillant aujourd’hui sous les ors de l’Elysée des produits fabriqués en France, il ne s’agit pas de verser dans le chauvinisme franchouillard, le nationalisme détestable ou le protectionnisme étriqué, mais bien, avec ce patriotisme économique, de faire savoir l’existence de savoir-faire dont la France peut s’enorgueillir. Des savoir-faire qui répondent aujourd’hui à des enjeux capitaux. Enjeux économiques bien sûr avec le maintien d’emplois industriels dans notre pays, notamment dans des territoires en difficulté, et avec l’ambition d’attirer des investisseurs étrangers qui veulent miser sur la qualité à la française. Enjeux écologiques ensuite. À l’heure où les conséquences du réchauffement climatique se font de plus en plus ressentir, peut-on continuer à faire fabriquer au bout du monde par des salariés sous-payés des produits dont la qualité médiocre leur donnera une très faible durée de vie ? Il devient urgent de revoir nos modes de consommation en favorisant des circuits plus courts pour réduire notre empreinte carbone, et en donnant évidemment les moyens à chacun de pouvoir compenser à l’achat le surcoût des produits made in France.

Défendre la marque "fabriqué en France" doit ainsi être l’affaire de tous. Celle de l’état et des collectivités pour impulser les bonnes politiques et soutenir les entreprises. Celle des acteurs de la société civile, à l’instar de la Fondation du Groupe La Dépêche, qui a lancé en 2010 "Métiers d’Occitanie", à la fois base documentaire et outil d’orientation pour les élèves. Et celle, bien sûr, des consommateurs que nous sommes tous.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 18 janvier 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio