Accéder au contenu principal

Savoir-faire savoir

madeinfrance


Lorsqu’en octobre 2012, Arnaud Montebourg, ministre du Redressement productif de François Hollande, endosse une marinière Armor Lux et brandit un robot ménager Moulinex sur fond de drapeau tricolore en Une du Parisien Magazine, afin de vanter le "Made in France", beaucoup se gaussent et dénoncent un coup de com’. Il est vrai que le turbulent Montebourg n’a jamais rechigné tout au long de sa carrière aux envolées lyriques ni aux buzz médiatiques ; il s’était d’ailleurs transformé en VRP de la Renault Zoe électrique devant les caméras de BFMTV. Et pourtant, derrière cette Une qui fera beaucoup causer, il y avait, d’évidence, un engagement sincère, politique et personnel. Politique puisqu’il s’agissait d’engager une stratégie de reconquête industrielle en valorisant et en soutenant les productions françaises. Personnelle ensuite, puisqu’une fois retiré de la politique active, Arnaud Montebourg s’est investi dans la production de miel et d’amandes avec sa marque Bleu Blanc Ruche.

Il est heureux de voir que cette "Bataille du made in France" que Montebourg a lancée a été poursuivie par son successeur devenu chef de l’Etat, Emmanuel Macron. En accueillant aujourd’hui sous les ors de l’Elysée des produits fabriqués en France, il ne s’agit pas de verser dans le chauvinisme franchouillard, le nationalisme détestable ou le protectionnisme étriqué, mais bien, avec ce patriotisme économique, de faire savoir l’existence de savoir-faire dont la France peut s’enorgueillir. Des savoir-faire qui répondent aujourd’hui à des enjeux capitaux. Enjeux économiques bien sûr avec le maintien d’emplois industriels dans notre pays, notamment dans des territoires en difficulté, et avec l’ambition d’attirer des investisseurs étrangers qui veulent miser sur la qualité à la française. Enjeux écologiques ensuite. À l’heure où les conséquences du réchauffement climatique se font de plus en plus ressentir, peut-on continuer à faire fabriquer au bout du monde par des salariés sous-payés des produits dont la qualité médiocre leur donnera une très faible durée de vie ? Il devient urgent de revoir nos modes de consommation en favorisant des circuits plus courts pour réduire notre empreinte carbone, et en donnant évidemment les moyens à chacun de pouvoir compenser à l’achat le surcoût des produits made in France.

Défendre la marque "fabriqué en France" doit ainsi être l’affaire de tous. Celle de l’état et des collectivités pour impulser les bonnes politiques et soutenir les entreprises. Celle des acteurs de la société civile, à l’instar de la Fondation du Groupe La Dépêche, qui a lancé en 2010 "Métiers d’Occitanie", à la fois base documentaire et outil d’orientation pour les élèves. Et celle, bien sûr, des consommateurs que nous sommes tous.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 18 janvier 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…