Accéder au contenu principal

L'amour vachette

vachette


La nostalgie, c’est le bonheur d’être triste" disait Victor Hugo. Mais à la télévision, la nostalgie, c’est surtout l’occasion de réaliser, souvent à moindre coût, de très jolis succès d’audience en revisitant les émissions phares du passé. Et plus particulièrement celles d’un "âge d’or" où Netflix et Youtube n’existaient pas encore et où la télé régnait en maîtresse dans les foyers pour divertir les familles réunies ensemble au salon… Cette télé-nostalgie a même sa propre émission, "Les enfants de la télé", qui se plaît à diffuser et re-re-diffuser les extraits cultes des shows de Maritie et Gilbert Carpentier, de Midi Première ou de Monsieur Cinéma. Pas étonnant dès lors que les producteurs veuillent surfer sur l’effet "vintage" pour ressusciter les émissions cultes des années 70, 80 ou 90. Les exemples ne manquent pas : relancer "Avis de recherche", renouveler "La carte aux trésors", rebooster "Burger Quiz", ranimer "C’est mon choix"… N’en jetez plus. Certaines renouent avec leurs succès d’audimat d’antan, d’autres font un petit tour et puis s’en vont.

Mais ces nouvelles versions doivent parfois être maniées avec précaution. La future édition d’"Intervilles", dont Nagui a annoncé mi-décembre le retour cette année, après 11 ans d’absence, avec le groupe Banijay à la manœuvre, pourrait l’apprendre à ses dépens. Car "Intervilles" n’est pas une émission comme les autres. Elle fait quasiment partie du patrimoine télévisuel français pour ne pas dire du patrimoine tout court. Lancée en 1962 par Guy Lux, cette émission bon enfant qui oppose deux villes ou villages dans de multiples jeux mêlant "la tête et les jambes" a toujours maintenu au fil des ans une épreuve-reine : celle des vachettes, inspirée des courses landaises. Une épreuve qui ne devrait pas être au programme des jeux cette année, le producteur Nagui, ardent défenseur de la cause et du bien-être animals, s’y étant semble-t-il opposé. "Il n’y aura plus de vachettes !" a d’ailleurs confirmé Olivier Minne qui présentera l’émission avec Valérie Bègue et Bruno Guillon.

Il n’en fallait pas plus pour déclencher la colère des aficionados d’"Intervilles", dans les Landes comme dans le Gers. Sur l’air du "Ce n’est plus Intervilles s’il n’y a plus de vachettes", les groupes Facebook, les tribunes et pétitions se sont multipliés pour dénoncer cet "Intervilles" aseptisé, passé au tamis du débat sur la condition animale comme si une course landaise – dont la tradition est ancrée de longue date dans le Sud-Ouest – était du même registre que les animaux de cirque en souffrance ou la corrida… Pour l’heure, Nagui s’est contenté d’un mystérieux "la vachette oui, les animaux non." Tout n’est donc pas perdu…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 17 janvier 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette… Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la t