Accéder au contenu principal

Maîtriser la peur

virus


Ce n’est pas la première fois que le monde est confronté à une pandémie massive. Ces vingt dernières années, deux épidémies mortelles de coronavirus ont ainsi durement touché l’Asie et le Moyen-Orient, causant la mort de quelque 1 600 personnes. Si autrefois ce type d’épidémie pouvait rester circonscrit à une petite zone ou, comme la peste noire, se diffuser lentement en Europe, de nos jours, avec des moyens de transport accessibles au plus grand nombre, la dissémination d’un virus peut se faire rapidement, en quelques semaines. L’épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) survenue en 2002 et 2003 en Chine – et dont l’actuel nouveau coronavirus serait proche – avait ainsi infecté plus de 8 000 personnes dans 26 pays, avec un taux de mortalité proche de 10 %.

Si pour l’heure, on n’est qu’au début d’une potentielle crise sanitaire mondiale, il est bien normal que les événements de ces derniers jours inspirent dans les populations une légitime peur. Une peur qui grossit parfois de façon exagérée ou disproportionnée à coups de rumeurs ou de fake news relayées sur les réseaux sociaux.

"Dans ce moment de panique, je n’ai peur que de ceux qui ont peur", relevait en son temps Victor Hugo. Mais pour peu que l’on garde raison, cette peur peut devenir aussi une arme pour résoudre les crises ; et la gestion de ces crises une vraie leçon de collaboration internationale. Ainsi, à l’heure où certains dirigeants ne rêvent l’avenir de leur pays que bunkérisés derrière leurs frontières, une crise sanitaire comme celle que nous vivons montre que le multilatéralisme, la solidarité entre nations, l’entraide entre chercheurs, la coordination de mesures prophylactiques décidées et acceptées par tous, ça marche.

Preuve en est l’attitude de la Chine. Il y a quinze ans pour l’épidémie de SRAS, elle avait pratiqué une certaine rétention d’informations quant à la réalité des infections, faisant ainsi perdre près de trois mois à la communauté internationale pour s’attaquer au virus. Cette fois, le pays s’est montré plus réactif et plus transparent en reconnaissant l’existence de la crise sanitaire en seulement trois semaines.

Si la circulation de la bonne information et la prise de bonnes décisions politiques sont capitales pour surmonter une crise sanitaire mondiale, la communauté internationale devrait aussi s’interroger plus globalement sur les raisons pour lesquelles apparaissent de nouveaux virus ou réapparaissent d’anciennes maladies qu’on croyait éradiquées. Poser ces questions, c’est s’intéresser à la façon dont l’Homme se retrouve en contact avec des espèces animales réservoirs de virus. Cette proximité-là découle essentiellement des nouvelles activités humaines comme la déforestation, les rassemblements de population, la mondialisation des échanges, le tourisme, et plus généralement le réchauffement climatique qui bouleverse les écosystèmes et sur lesquels l’Homme a sa part de responsabilité.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 23 janvier 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio