Accéder au contenu principal

Maîtriser la peur

virus


Ce n’est pas la première fois que le monde est confronté à une pandémie massive. Ces vingt dernières années, deux épidémies mortelles de coronavirus ont ainsi durement touché l’Asie et le Moyen-Orient, causant la mort de quelque 1 600 personnes. Si autrefois ce type d’épidémie pouvait rester circonscrit à une petite zone ou, comme la peste noire, se diffuser lentement en Europe, de nos jours, avec des moyens de transport accessibles au plus grand nombre, la dissémination d’un virus peut se faire rapidement, en quelques semaines. L’épidémie de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) survenue en 2002 et 2003 en Chine – et dont l’actuel nouveau coronavirus serait proche – avait ainsi infecté plus de 8 000 personnes dans 26 pays, avec un taux de mortalité proche de 10 %.

Si pour l’heure, on n’est qu’au début d’une potentielle crise sanitaire mondiale, il est bien normal que les événements de ces derniers jours inspirent dans les populations une légitime peur. Une peur qui grossit parfois de façon exagérée ou disproportionnée à coups de rumeurs ou de fake news relayées sur les réseaux sociaux.

"Dans ce moment de panique, je n’ai peur que de ceux qui ont peur", relevait en son temps Victor Hugo. Mais pour peu que l’on garde raison, cette peur peut devenir aussi une arme pour résoudre les crises ; et la gestion de ces crises une vraie leçon de collaboration internationale. Ainsi, à l’heure où certains dirigeants ne rêvent l’avenir de leur pays que bunkérisés derrière leurs frontières, une crise sanitaire comme celle que nous vivons montre que le multilatéralisme, la solidarité entre nations, l’entraide entre chercheurs, la coordination de mesures prophylactiques décidées et acceptées par tous, ça marche.

Preuve en est l’attitude de la Chine. Il y a quinze ans pour l’épidémie de SRAS, elle avait pratiqué une certaine rétention d’informations quant à la réalité des infections, faisant ainsi perdre près de trois mois à la communauté internationale pour s’attaquer au virus. Cette fois, le pays s’est montré plus réactif et plus transparent en reconnaissant l’existence de la crise sanitaire en seulement trois semaines.

Si la circulation de la bonne information et la prise de bonnes décisions politiques sont capitales pour surmonter une crise sanitaire mondiale, la communauté internationale devrait aussi s’interroger plus globalement sur les raisons pour lesquelles apparaissent de nouveaux virus ou réapparaissent d’anciennes maladies qu’on croyait éradiquées. Poser ces questions, c’est s’intéresser à la façon dont l’Homme se retrouve en contact avec des espèces animales réservoirs de virus. Cette proximité-là découle essentiellement des nouvelles activités humaines comme la déforestation, les rassemblements de population, la mondialisation des échanges, le tourisme, et plus généralement le réchauffement climatique qui bouleverse les écosystèmes et sur lesquels l’Homme a sa part de responsabilité.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 23 janvier 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan