Accéder au contenu principal

Avec modération

alcool


Au pays qui a fait de la gastronomie et du vin, deux éléments de son patrimoine reconnu dans le monde entier, peut-on imaginer se passer complètement d’alcool durant un mois ? Posée quelques jours avant les réveillons de Noël et du Nouvel an, deux fêtes forcément très arrosées, cette question presque provocatrice n’a pas manqué de susciter le type de débats enflammés dont nous sommes coutumiers, mais aussi une polémique au sommet de l’Etat.

D’un côté, les professionnels du vin, qui dénoncent régulièrement les restrictions à la consommation, bataillent depuis presque 30 ans contre la loi Evin réglementant la publicité, et hurlent à la dictature hygiéniste ou puritaine quand on évoque cette opération "Janvier sans alcool". Défendant une filière qui représente des milliers d’emplois, ils mettent aussi en avant le côté culturel du vin à la table des Français. Difficile de leur donner tort sur ce point. Au pays de Rabelais, de Bocuse ou de Daguin, imaginerait-on un repas festif sans une goutte d’alcool ? Ce serait sans doute comme un été sans soleil.

De l’autre côté, le collectif d’associations qui promeut ce "Janvier sans alcool" – né au Royaume-Uni en 2013 et aujourd’hui présent dans 14 pays – réfute vouloir parvenir à la prohibition des vins et spiritueux. Ces associations souhaitent qu’après les fêtes chacun puisse faire le point sur sa propre consommation, de façon ludique en relevant ce défi de trente jours.

Entre ces deux camps difficilement conciliables, on aurait attendu de l’Etat qu’il fasse un intelligent "en même temps". Reconnaître bien sûr l’apport culturel incontestable du vin, mais admettre aussi que l’alcool est une question de santé publique majeure en France qui mérite une campagne d’information comme "Janvier sans alcool". Au lieu de cela, à force d’atermoiements, l’Etat s’est défaussé, renonçant à porter l’opération et laissant même accroire l’idée qu’Emmanuel Macron, qui se targue de boire du vin midi et soir, y avait mis son veto…

Au-delà de ce "Janvier sans alcool", afin d’éviter les fake news et les idées préconçues, il serait sans doute bon que chacun consulte simplement les chiffres de la consommation d’alcool en France et les conséquences de celle-ci. Si elle a énormément baissé en 80 ans et s’est stabilisée, la consommation des Français reste parmi les importantes au monde et l’alcool tue en France 41 000 personnes chaque année. Et parmi les principales victimes, les gros buveurs mais aussi les jeunes.

On sait depuis longtemps qu’il faut "consommer avec modération". Quand il s’agit de défendre le bonheur de boire un bon vin et de lutter contre les addictions, il serait bon qu’on arrive à débattre avec modération.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 4 janvier 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …