Accéder au contenu principal

Avec modération

alcool


Au pays qui a fait de la gastronomie et du vin, deux éléments de son patrimoine reconnu dans le monde entier, peut-on imaginer se passer complètement d’alcool durant un mois ? Posée quelques jours avant les réveillons de Noël et du Nouvel an, deux fêtes forcément très arrosées, cette question presque provocatrice n’a pas manqué de susciter le type de débats enflammés dont nous sommes coutumiers, mais aussi une polémique au sommet de l’Etat.

D’un côté, les professionnels du vin, qui dénoncent régulièrement les restrictions à la consommation, bataillent depuis presque 30 ans contre la loi Evin réglementant la publicité, et hurlent à la dictature hygiéniste ou puritaine quand on évoque cette opération "Janvier sans alcool". Défendant une filière qui représente des milliers d’emplois, ils mettent aussi en avant le côté culturel du vin à la table des Français. Difficile de leur donner tort sur ce point. Au pays de Rabelais, de Bocuse ou de Daguin, imaginerait-on un repas festif sans une goutte d’alcool ? Ce serait sans doute comme un été sans soleil.

De l’autre côté, le collectif d’associations qui promeut ce "Janvier sans alcool" – né au Royaume-Uni en 2013 et aujourd’hui présent dans 14 pays – réfute vouloir parvenir à la prohibition des vins et spiritueux. Ces associations souhaitent qu’après les fêtes chacun puisse faire le point sur sa propre consommation, de façon ludique en relevant ce défi de trente jours.

Entre ces deux camps difficilement conciliables, on aurait attendu de l’Etat qu’il fasse un intelligent "en même temps". Reconnaître bien sûr l’apport culturel incontestable du vin, mais admettre aussi que l’alcool est une question de santé publique majeure en France qui mérite une campagne d’information comme "Janvier sans alcool". Au lieu de cela, à force d’atermoiements, l’Etat s’est défaussé, renonçant à porter l’opération et laissant même accroire l’idée qu’Emmanuel Macron, qui se targue de boire du vin midi et soir, y avait mis son veto…

Au-delà de ce "Janvier sans alcool", afin d’éviter les fake news et les idées préconçues, il serait sans doute bon que chacun consulte simplement les chiffres de la consommation d’alcool en France et les conséquences de celle-ci. Si elle a énormément baissé en 80 ans et s’est stabilisée, la consommation des Français reste parmi les importantes au monde et l’alcool tue en France 41 000 personnes chaque année. Et parmi les principales victimes, les gros buveurs mais aussi les jeunes.

On sait depuis longtemps qu’il faut "consommer avec modération". Quand il s’agit de défendre le bonheur de boire un bon vin et de lutter contre les addictions, il serait bon qu’on arrive à débattre avec modération.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 4 janvier 2020)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…