Accéder au contenu principal

Symboles

radar
Un radar tourelle. Photo radars-auto.com

Depuis l’arrivée en 2003 des premiers radars automatiques de contrôle de la vitesse sur les routes françaises, jusqu’aux derniers radars tourelles utraperfectionnés en passant par les radars chantiers, tronçons, de feux rouges ou mobiles, sans doute pas une semaine n’est passée sans une polémique à leur sujet. Que ce soit leur emplacement, le dépassement de vitesse qu’ils sanctionnent, fût-il de quelques kilomètres par heure, leur signalement en amont aux automobilistes, sans compter l’antienne habituelle de « pompe à fric » pour l’Etat : tout y est passé. Depuis quelques mois, les critiques – que chaque automobiliste flashé a sans doute un jour formulées avec plus ou moins de mauvaise foi – ont dépassé les mots pour se traduire en actes délictueux de destruction. Peinture ici, incendie là, tronçonnage ailleurs : les radars, perçus comme autant de bandits manchots, ont été victimes de la colère et de la bêtise de quelques-uns, au final très coûteuses pour l’Etat quand il s’agit de remplacer les cabines abîmées.

De fait, le radar est aujourd’hui un objet doublement symbolique.

Sur le plan de la sécurité routière, un symbole d’efficacité puisqu’il a permis de faire chuter la mortalité sur les routes qui était inadmissible dans un pays comme la France. D’aucuns peuvent toujours objecter que cette baisse serait de toute façon intervenue grâce à la diminution du trafic routier, à l’évolution des infrastructures, à l’efficacité accrue des services de secours ou encore à l’amélioration technologique des véhicules, beaucoup plus sûrs qu’autrefois. C’est vrai, mais la mise en place des radars a incontestablement modifié, en mieux, le comportement des conducteurs français, qui ont fini par lever le pied. Qui pourrait s’en plaindre alors que la vitesse reste un facteur aggravant de l’accidentologie ?

Le second symbole derrière les radars, beaucoup plus politique, s’est pleinement révélé lors de la décision du gouvernement, en 2018, d’abaisser de 90 à 80 km/h la limitation de vitesse sur certaines routes secondaires. Cette décision « venue d’en haut » – comprendre de Paris – et imposée sans concertation a suscité l’incompréhension et la colère de territoires ruraux en souffrance, où l’absence d’offre de transports en commun suffisante ne permet pas de se passer de sa voiture. Les radars sont devenus dès lors les symboles de cet oukase parisien déconnecté des réalités du terrain et les boucs émissaires de réelles difficultés socio-économiques.

Pour le gouvernement, il convient évidemment d’endiguer les destructions de radars, mais il convient sans doute aussi d’articuler une politique de sécurité routière qui soit davantage à l’écoute des territoires pour que les radars retrouvent leur statut d’outil au service de tous pour sauver des vies.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 28 décembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Moine-soldat

Dans le marathon de l’examen de la réforme des retraites à l’Assemblée nationale, le calendrier a marqué une pause ce jeudi à l’occasion de la niche parlementaire du Parti socialiste. Une pause mise à profit par le gouvernement pour aller sur le terrain défendre une réforme toujours massivement rejetée par 7 Français sur 10. À l’avant-veille de la quatrième journée de manifestation appelée par l’intersyndicale, Elisabeth Borne et Gérald Darmanin se sont ainsi rendus hier à Neuville-en-Ferrain, dans le Nord, Olivier Dussopt à Toulouse, où il a notamment rencontré six lecteurs de La Dépêche du Midi au siège de notre journal pour répondre à leurs questions et leurs inquiétudes. Celui qui enchaîne à un rythme soutenu les interviews dans les matinales et défend depuis lundi son texte devant une Assemblée nationale survoltée s’est montré tel qu’en lui-même : un moine-soldat de la macronie. Moine, parce que le ministre connaît sur le bout des doigts le catéchisme de la réforme, son dogme du r

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a