Accéder au contenu principal

Symboles

radar
Un radar tourelle. Photo radars-auto.com

Depuis l’arrivée en 2003 des premiers radars automatiques de contrôle de la vitesse sur les routes françaises, jusqu’aux derniers radars tourelles utraperfectionnés en passant par les radars chantiers, tronçons, de feux rouges ou mobiles, sans doute pas une semaine n’est passée sans une polémique à leur sujet. Que ce soit leur emplacement, le dépassement de vitesse qu’ils sanctionnent, fût-il de quelques kilomètres par heure, leur signalement en amont aux automobilistes, sans compter l’antienne habituelle de « pompe à fric » pour l’Etat : tout y est passé. Depuis quelques mois, les critiques – que chaque automobiliste flashé a sans doute un jour formulées avec plus ou moins de mauvaise foi – ont dépassé les mots pour se traduire en actes délictueux de destruction. Peinture ici, incendie là, tronçonnage ailleurs : les radars, perçus comme autant de bandits manchots, ont été victimes de la colère et de la bêtise de quelques-uns, au final très coûteuses pour l’Etat quand il s’agit de remplacer les cabines abîmées.

De fait, le radar est aujourd’hui un objet doublement symbolique.

Sur le plan de la sécurité routière, un symbole d’efficacité puisqu’il a permis de faire chuter la mortalité sur les routes qui était inadmissible dans un pays comme la France. D’aucuns peuvent toujours objecter que cette baisse serait de toute façon intervenue grâce à la diminution du trafic routier, à l’évolution des infrastructures, à l’efficacité accrue des services de secours ou encore à l’amélioration technologique des véhicules, beaucoup plus sûrs qu’autrefois. C’est vrai, mais la mise en place des radars a incontestablement modifié, en mieux, le comportement des conducteurs français, qui ont fini par lever le pied. Qui pourrait s’en plaindre alors que la vitesse reste un facteur aggravant de l’accidentologie ?

Le second symbole derrière les radars, beaucoup plus politique, s’est pleinement révélé lors de la décision du gouvernement, en 2018, d’abaisser de 90 à 80 km/h la limitation de vitesse sur certaines routes secondaires. Cette décision « venue d’en haut » – comprendre de Paris – et imposée sans concertation a suscité l’incompréhension et la colère de territoires ruraux en souffrance, où l’absence d’offre de transports en commun suffisante ne permet pas de se passer de sa voiture. Les radars sont devenus dès lors les symboles de cet oukase parisien déconnecté des réalités du terrain et les boucs émissaires de réelles difficultés socio-économiques.

Pour le gouvernement, il convient évidemment d’endiguer les destructions de radars, mais il convient sans doute aussi d’articuler une politique de sécurité routière qui soit davantage à l’écoute des territoires pour que les radars retrouvent leur statut d’outil au service de tous pour sauver des vies.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 28 décembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan