Accéder au contenu principal

Histoires d'eau



L’histoire, dit-on, est un éternel recommencement. Les inondations aussi serait-on tenté de dire après l’épisode de crues qui vient de frapper le sud-ouest. Car depuis des siècles, les rivières et les fleuves sortent de leur lit, causant des morts, des milliers de sinistrés, des dégâts considérables. Et posent aux hommes les mêmes questions sur la meilleure façon de se prémunir de ces calamités. « Contre le retour de telles abominations, l’homme est-il désarmé ? Ne peut-on point, ne doit-on point entreprendre au plus tôt de vastes travaux de défense ? », s’interrogeait déjà, en 1930, Maurice Pardé, hydrologue et géographe, professeur à l’université de Grenoble, dans un article de la Revue de Géographie Alpine consacré à « La crue catastrophique de mars 1930 dans le sud-ouest de la France. »

Presque 90 ans plus tard, on voit que les mêmes questions surgissent sur le reboisement, la possibilité de construire réservoirs ou digues, la nécessité de bâtir des « édifices plus solides et des ponts plus hauts ». Maurice Pardé évoquait même la question cruciale de l’annonce des crues et soulignait que « beaucoup de riverains ont aussi commis l’imprudence, bien chèrement payée, de ne pas ajouter foi aux pronostics alarmants »… Il expliquait aussi l’importance des études hydrométéorologiques et des moyens financiers qu’il fallait dégager.

Mais depuis, la science hydrologique, balbutiante au début du XXe siècle, a largement montré son efficacité. Nos connaissances de ces phénomènes se sont considérablement agrandies… au moins autant que l’aménagement urbain et l’artificialisation des terres. En 2019, face à un réchauffement climatique qui intensifie plus qu’il ne multiplie les catastrophes météorologiques, il devient urgent de nous adapter sans attendre : adapter nos modes de vie, nos territoires, nos constructions. Pour cela, une vaste réflexion doit nous amener à revoir les modalités d’aménagement sans entraver le développement socio-économique, stabiliser des zones à risques existantes en tenant compte des particularités locales, et informer et sensibiliser toujours mieux les populations. Il y aura toujours des inondations mais, contrairement à 1930, nous avons davantage de moyens d’y répondre. Il faut que la volonté, notamment politique, suive.

(Commentaire publié dans La Dépêche du Midi du mardi 17 décembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …