Accéder au contenu principal

La partition d'Edouard Philippe

philippe


Les Français parviennent-ils à suivre le tempo de la réforme des retraites ? La partition, qui avait mis plus de deux ans à sortir sous la baguette du haut-commissaire Jean-Paul Delevoye, s’était soldée au cœur de l’été par une belle cacophonie de l’exécutif lorsque le chef d’orchestre Emmanuel Macron avait retoqué l’âge-pivot… avant que celui-ci ne soit réintroduit par le premier violon Edouard Philippe – au nom de la réforme paramétrique financière qui, selon lui, est indispensable avant la réforme systémique…

Dès lors, depuis la rentrée, le gouvernement, qui refusait de dévoiler les mesures de sa partition, a multiplié les fausses notes et les volte-face dans ses laborieuses explications, au point de casser les oreilles des partenaires sociaux. En mode Allegro, la CGT de Philippe Martinez a sonné la mobilisation le 5 décembre pour le retrait pur et simple du texte, avant même que celui-ci ne soit détaillé. Plutôt Moderato, la CFDT de Laurent Berger s’est résolue à rejoindre l’opposition pour réclamer le retrait de l’âge-pivot dès lors que sa présence a été confirmée le 11 décembre.

Trois journées de mobilisation plus tard qui ont vu des centaines de milliers de Français dans la rue, Edouard Philippe a rouvert les négociations, promettant d’améliorer le texte et espérant obtenir une trêve à Noël. À l’Allegro du premier mouvement a ainsi succédé cette semaine l’Adagio de la symphonie des retraites.

Pour l’heure, Edouard Philippe joue habilement, au point que certains redoutent même qu’il n’interprête dans cette affaire sa propre petite musique. Avec une tonalité un peu différente de celle du président de la République, un peu plus à droite pour conserver l’oreille de son ancienne famille politique, aphone depuis 2017, et – qui sait ? – obtenir peut-être un jour son soutien pour d’autres ambitions…

Ferme sur le maintien de l’âge-pivot – pourtant un casus belli pour Laurent Berger – Edouard Philippe s’est ainsi montré ouvert sur plusieurs chantiers qui concernent la pénibilité, les transitions, et quelques autres garanties. Adepte de la stratégie de l’usure, le Premier ministre, qui veut d’évidence tenir la note, est parvenu à fissurer le mouvement syndical en décrochant l’UNSA, très implantée dans les transports. Si un retour à la normale est illusoire car techniquement impossible, plus de trains circuleront dans les jours à venir. Et Edouard Philippe fait le pari que le front de la contestation s’essoufflera d’ici la rentrée de janvier.

Le pari est tout de même risqué car depuis le début, l’opposition des Français à la réforme est constante et massive, et les concessions de l’exécutif sont en l’état bien minimes. Tout se jouera donc en janvier. On verra alors si pour son troisième mouvement, la symphonie amendée des retraites suscitera un tempo Moderato ou Allegro chez ses opposants, si elle sera pathétique ou fantastique. Une chose est sûre, on est encore très loin du point d’orgue…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 21 décembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…