Accéder au contenu principal

La partition d'Edouard Philippe

philippe


Les Français parviennent-ils à suivre le tempo de la réforme des retraites ? La partition, qui avait mis plus de deux ans à sortir sous la baguette du haut-commissaire Jean-Paul Delevoye, s’était soldée au cœur de l’été par une belle cacophonie de l’exécutif lorsque le chef d’orchestre Emmanuel Macron avait retoqué l’âge-pivot… avant que celui-ci ne soit réintroduit par le premier violon Edouard Philippe – au nom de la réforme paramétrique financière qui, selon lui, est indispensable avant la réforme systémique…

Dès lors, depuis la rentrée, le gouvernement, qui refusait de dévoiler les mesures de sa partition, a multiplié les fausses notes et les volte-face dans ses laborieuses explications, au point de casser les oreilles des partenaires sociaux. En mode Allegro, la CGT de Philippe Martinez a sonné la mobilisation le 5 décembre pour le retrait pur et simple du texte, avant même que celui-ci ne soit détaillé. Plutôt Moderato, la CFDT de Laurent Berger s’est résolue à rejoindre l’opposition pour réclamer le retrait de l’âge-pivot dès lors que sa présence a été confirmée le 11 décembre.

Trois journées de mobilisation plus tard qui ont vu des centaines de milliers de Français dans la rue, Edouard Philippe a rouvert les négociations, promettant d’améliorer le texte et espérant obtenir une trêve à Noël. À l’Allegro du premier mouvement a ainsi succédé cette semaine l’Adagio de la symphonie des retraites.

Pour l’heure, Edouard Philippe joue habilement, au point que certains redoutent même qu’il n’interprête dans cette affaire sa propre petite musique. Avec une tonalité un peu différente de celle du président de la République, un peu plus à droite pour conserver l’oreille de son ancienne famille politique, aphone depuis 2017, et – qui sait ? – obtenir peut-être un jour son soutien pour d’autres ambitions…

Ferme sur le maintien de l’âge-pivot – pourtant un casus belli pour Laurent Berger – Edouard Philippe s’est ainsi montré ouvert sur plusieurs chantiers qui concernent la pénibilité, les transitions, et quelques autres garanties. Adepte de la stratégie de l’usure, le Premier ministre, qui veut d’évidence tenir la note, est parvenu à fissurer le mouvement syndical en décrochant l’UNSA, très implantée dans les transports. Si un retour à la normale est illusoire car techniquement impossible, plus de trains circuleront dans les jours à venir. Et Edouard Philippe fait le pari que le front de la contestation s’essoufflera d’ici la rentrée de janvier.

Le pari est tout de même risqué car depuis le début, l’opposition des Français à la réforme est constante et massive, et les concessions de l’exécutif sont en l’état bien minimes. Tout se jouera donc en janvier. On verra alors si pour son troisième mouvement, la symphonie amendée des retraites suscitera un tempo Moderato ou Allegro chez ses opposants, si elle sera pathétique ou fantastique. Une chose est sûre, on est encore très loin du point d’orgue…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 21 décembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Amers adieux

Un anniversaire… qui vire aux adieux. Air France, qui fête cette année ses 90 ans, a annoncé hier, à la surprise générale, qu’elle allait quitter en 2026 l’aéroport d’Orly et recentrer ses vols intérieurs sur son hub de Roissy-Charles de Gaulle. En quittant ainsi le deuxième aéroport du pays, la compagnie française tourne la page d’une histoire qui avait commencé en 1952, année de son arrivée à Orly. Histoire partagée depuis par des millions de Français qui, tous, peu ou prou, pour le travail ou les loisirs, ont un jour pris un avion d’Air France pour Paris-Orly, ont parfois confondu Orly-Ouest et Orly-Sud, ont accompagné le développement de la compagnie avec le lancement des Navettes vers Toulouse, Nice, Bordeaux, Marseille puis Montpellier, ont découvert au fil des ans les nouveaux Airbus, apprécié la qualité du service à bord, puis, une fois arrivés, emprunté l’OrlyVal pour rejoindre le centre de Paris ou continuer leur voyage avec une correspondance. Si l’annonce du départ d’Air Fr