Accéder au contenu principal

Un butor à Washington

trump
Gage Skidmore from Peoria, AZ, United States of America


Un monde s’effondre devant nos yeux. Un vertige." Dans la nuit du 8 au 9 novembre 2016, l’ambassadeur de France aux États-Unis, Gérard Araud, s’affranchissait de son devoir de réserve pour livrer son sentiment devant la victoire stupéfiante du milliardaire républicain Donald Trump sur la favorite démocrate Hillary Clinton. Depuis, c’est bien une présidence vertigineuse à laquelle assistent le monde et les Américains, plus divisés que jamais trois ans après l’arrivée de Trump à la Maison Blanche. Sur la forme comme sur le fond, le butor de Washington a redéfini tout ce que l’on connaissait de la démocratie et de ses règles dans la première puissance économique mondiale.

Sur la forme, on retient les innombrables outrances, les éructations, les colères, les approximations, les fake news et le culot monstre de Donald Trump. Commentateur de sa propre présidence, l’ancienne star bling-bling de la téléréalité est sans filtre. Que ce soit sur son compte Twitter devenu son principal canal de communication à coups de messages en lettres majuscules postés à toute heure du jour ou de la nuit. Que ce soit aussi en meeting, lors de conférences de presse avec ses homologues ou lors des sommets internationaux, où il est capable de se moquer d’un handicapé, fustiger un dirigeant étranger, insulter une femme, surtout si elle est démocrate, ou s’en prendre à la presse "ennemie du peuple".

Sur le fond, Donald Trump fait plus que détricoter les réalisations de son prédécesseur Barack Obama, il redéfinit les priorités du pays à la seule aune de son slogan de campagne, le très protectionniste et nationaliste "Make America great again" (rendons sa grandeur à l’Amérique). Israël, Syrie, Corée du Nord, Otan, conflit commercial avec la Chine, climat, immigration, etc. : Trump a multiplié les volte-face, pris des décisions à l’emporte-pièce et, surtout, est devenu l’opposant le plus résolu au multilatéralisme porté pendant des années par les Etats-Unis sur la scène internationale, entraînant dans son sillage les populistes du monde entier.

Arrivé par effraction chez les Républicains, Trump a réussi à faire taire toutes les oppositions en dépit des casseroles qui se sont accumulées depuis 2016, et, surtout, à maintenir un très solide socle électoral. Galvanisé par cette base, le président Trump ne supporte dès lors aucune règle, aucun usage, aucune entrave sur son chemin, fussent-ils constitutionnels. D’où sa colère contre la procédure de destitution lancée par les démocrates du Congrès… mais dont il pourrait faire une force pour sa réélection.

Face au rocher Trump, les démocrates – à l’instar des gauches européennes face aux populistes – ne savent quel chemin choisir : virer à gauche toute pour se différencier clairement ou choisir une voie plus centriste pour essayer de reconquérir les modérés ? Lourde responsabilité. Mais la prochaine présidentielle se jouera, comme souvent, sur deux plans : l’économie, qui reste bonne, et le système électoral où le basculement d’Etats clés pèse davantage que le nombre de voix… Dès lors un second mandat Trump est plausible. Nouveau vertige…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 19 décembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio