Accéder au contenu principal

Un butor à Washington

trump
Gage Skidmore from Peoria, AZ, United States of America


Un monde s’effondre devant nos yeux. Un vertige." Dans la nuit du 8 au 9 novembre 2016, l’ambassadeur de France aux États-Unis, Gérard Araud, s’affranchissait de son devoir de réserve pour livrer son sentiment devant la victoire stupéfiante du milliardaire républicain Donald Trump sur la favorite démocrate Hillary Clinton. Depuis, c’est bien une présidence vertigineuse à laquelle assistent le monde et les Américains, plus divisés que jamais trois ans après l’arrivée de Trump à la Maison Blanche. Sur la forme comme sur le fond, le butor de Washington a redéfini tout ce que l’on connaissait de la démocratie et de ses règles dans la première puissance économique mondiale.

Sur la forme, on retient les innombrables outrances, les éructations, les colères, les approximations, les fake news et le culot monstre de Donald Trump. Commentateur de sa propre présidence, l’ancienne star bling-bling de la téléréalité est sans filtre. Que ce soit sur son compte Twitter devenu son principal canal de communication à coups de messages en lettres majuscules postés à toute heure du jour ou de la nuit. Que ce soit aussi en meeting, lors de conférences de presse avec ses homologues ou lors des sommets internationaux, où il est capable de se moquer d’un handicapé, fustiger un dirigeant étranger, insulter une femme, surtout si elle est démocrate, ou s’en prendre à la presse "ennemie du peuple".

Sur le fond, Donald Trump fait plus que détricoter les réalisations de son prédécesseur Barack Obama, il redéfinit les priorités du pays à la seule aune de son slogan de campagne, le très protectionniste et nationaliste "Make America great again" (rendons sa grandeur à l’Amérique). Israël, Syrie, Corée du Nord, Otan, conflit commercial avec la Chine, climat, immigration, etc. : Trump a multiplié les volte-face, pris des décisions à l’emporte-pièce et, surtout, est devenu l’opposant le plus résolu au multilatéralisme porté pendant des années par les Etats-Unis sur la scène internationale, entraînant dans son sillage les populistes du monde entier.

Arrivé par effraction chez les Républicains, Trump a réussi à faire taire toutes les oppositions en dépit des casseroles qui se sont accumulées depuis 2016, et, surtout, à maintenir un très solide socle électoral. Galvanisé par cette base, le président Trump ne supporte dès lors aucune règle, aucun usage, aucune entrave sur son chemin, fussent-ils constitutionnels. D’où sa colère contre la procédure de destitution lancée par les démocrates du Congrès… mais dont il pourrait faire une force pour sa réélection.

Face au rocher Trump, les démocrates – à l’instar des gauches européennes face aux populistes – ne savent quel chemin choisir : virer à gauche toute pour se différencier clairement ou choisir une voie plus centriste pour essayer de reconquérir les modérés ? Lourde responsabilité. Mais la prochaine présidentielle se jouera, comme souvent, sur deux plans : l’économie, qui reste bonne, et le système électoral où le basculement d’Etats clés pèse davantage que le nombre de voix… Dès lors un second mandat Trump est plausible. Nouveau vertige…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 19 décembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…