Accéder au contenu principal

Un butor à Washington

trump
Gage Skidmore from Peoria, AZ, United States of America


Un monde s’effondre devant nos yeux. Un vertige." Dans la nuit du 8 au 9 novembre 2016, l’ambassadeur de France aux États-Unis, Gérard Araud, s’affranchissait de son devoir de réserve pour livrer son sentiment devant la victoire stupéfiante du milliardaire républicain Donald Trump sur la favorite démocrate Hillary Clinton. Depuis, c’est bien une présidence vertigineuse à laquelle assistent le monde et les Américains, plus divisés que jamais trois ans après l’arrivée de Trump à la Maison Blanche. Sur la forme comme sur le fond, le butor de Washington a redéfini tout ce que l’on connaissait de la démocratie et de ses règles dans la première puissance économique mondiale.

Sur la forme, on retient les innombrables outrances, les éructations, les colères, les approximations, les fake news et le culot monstre de Donald Trump. Commentateur de sa propre présidence, l’ancienne star bling-bling de la téléréalité est sans filtre. Que ce soit sur son compte Twitter devenu son principal canal de communication à coups de messages en lettres majuscules postés à toute heure du jour ou de la nuit. Que ce soit aussi en meeting, lors de conférences de presse avec ses homologues ou lors des sommets internationaux, où il est capable de se moquer d’un handicapé, fustiger un dirigeant étranger, insulter une femme, surtout si elle est démocrate, ou s’en prendre à la presse "ennemie du peuple".

Sur le fond, Donald Trump fait plus que détricoter les réalisations de son prédécesseur Barack Obama, il redéfinit les priorités du pays à la seule aune de son slogan de campagne, le très protectionniste et nationaliste "Make America great again" (rendons sa grandeur à l’Amérique). Israël, Syrie, Corée du Nord, Otan, conflit commercial avec la Chine, climat, immigration, etc. : Trump a multiplié les volte-face, pris des décisions à l’emporte-pièce et, surtout, est devenu l’opposant le plus résolu au multilatéralisme porté pendant des années par les Etats-Unis sur la scène internationale, entraînant dans son sillage les populistes du monde entier.

Arrivé par effraction chez les Républicains, Trump a réussi à faire taire toutes les oppositions en dépit des casseroles qui se sont accumulées depuis 2016, et, surtout, à maintenir un très solide socle électoral. Galvanisé par cette base, le président Trump ne supporte dès lors aucune règle, aucun usage, aucune entrave sur son chemin, fussent-ils constitutionnels. D’où sa colère contre la procédure de destitution lancée par les démocrates du Congrès… mais dont il pourrait faire une force pour sa réélection.

Face au rocher Trump, les démocrates – à l’instar des gauches européennes face aux populistes – ne savent quel chemin choisir : virer à gauche toute pour se différencier clairement ou choisir une voie plus centriste pour essayer de reconquérir les modérés ? Lourde responsabilité. Mais la prochaine présidentielle se jouera, comme souvent, sur deux plans : l’économie, qui reste bonne, et le système électoral où le basculement d’Etats clés pèse davantage que le nombre de voix… Dès lors un second mandat Trump est plausible. Nouveau vertige…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 19 décembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Pollueurs payeurs

  C’est une scène que malheureusement chacun d’entre nous a un jour vécue. Une promenade dans la nature et l’on tombe sur des monticules de déchets entassés là en toute illégalité : au mieux des déchets verts, au pire des gravats de chantiers, des appareils électroménagers ou tout simplement des ordures ménagères. Ce fléau des décharges sauvages a pris des proportions considérables et inquiétantes pour la pollution des sols qu’elles engendrent, alors même que les Français, paradoxalement, mettent l’environnement aux premiers rangs de leurs préoccupations. En 2020 en France, 80 000 tonnes de déchets ont ainsi échoué dans la nature dans quelque 600 dépôts illégaux. Et il est toujours aussi difficile pour les élus locaux de lutter contre ce phénomène qui recouvre de multiples pratiques. Chacun d’ailleurs garde en mémoire le décès du maire de Signes (Var), renversé le 5 août 2019 par une camionnette dont les occupants, que l’élu voulait verbaliser, avaient jeté des gravats en bord de route

Avant/Après

La pandémie de Covid-19 aura profondément bouleversé le marché de l’immobilier comme le secteur du BTP. Certes, avant l’arrivée du coronavirus fin 2019, l’immobilier était déjà au ralenti depuis quelques mois avec notamment le durcissement des conditions de crédit, mais l’irruption de la pandémie l’avait stoppé net avec le brutal et totalement inédit confinement du printemps : chantiers de construction à l’arrêt, agences fermées faute de pouvoir organiser des visites, crédits immobiliers mis sur pause, etc. Le second confinement dont nous venons tout juste de sortir aura été beaucoup moins paralysant. Les états des lieux, les signatures de compromis et d’actes de vente ont pu se faire. Le marché immobilier a ainsi mieux résisté et on assiste à une stabilisation des prix dans les dix plus grandes villes de France. Pour autant, on ne reviendra pas à la situation du monde d’avant car les deux confinements ont sensiblement modifié l’appréhension de l’immobilier par les Français. L’assignat

Kafka va au ski

La station La Molina en Espagne Mi-novembre, un article du grand journal allemand Die Zeit ironisait sur l’« Absurdistan autoritaire » imposé, selon lui, par le gouvernement français à ses concitoyens. « Le verrouillage de la France est si répressif que même les règles sensées tombent en discrédit », écrivait Annika Joeres.Auto-attestations de sortie obligatoires uniques en Europe, contradictions dans les autorisations ou interdictions de vente de certains produits comme les livres dans les supermarchés ou les sapins de Noël, décisions de santé publique prises de façon monarchique par le président de la République en Conseil de défense, Etat d’urgence sanitaire sans cesse prolongé, etc. La charge était sévère et sans doute un peu injuste puisque le confinement à la française a eu au final des effets bien réels pour freiner la circulation du virus et diminuer les hospitalisations… alors que l’Allemagne est en plus mauvaise posture actuellement. C’est dans ce contexte que le chef de l’E