Accéder au contenu principal

Les nouveaux barbares

civelle


Lorsque l’on pense au braconnage d’espèces menacées, on se projette en Afrique, on visualise les grands fauves ou des éléphants pourchassés. Mais le braconnage international se niche aussi au plus près de nous. Le trafic des alevins d’anguille, connus aussi sous l’appellation civelles ou pibales, se déroule bel et bien dans notre Grand Sud, sous nos yeux. L’espèce est aujourd’hui classée en danger critique d’extinction sur la liste rouge de l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN). Et sa commercialisation en dehors de l’Europe est interdite depuis 2009 par la convention de Washington. Mais la civelle – dont la population a très fortement chuté, – 75 % en 30 ans en France – est au centre d’un trafic international qu’Europol chiffre à plusieurs milliards d’euros. De fait, elle se revend à prix d’or en Asie : entre 4 000 et 6 000 € le kg, contre 200 à 400 € en France, soit aussi cher que de la drogue… De quoi attirer de nouveaux barbares sur ce juteux marché.

Face à ce fléau, la France a plus sévèrement encadré la pêche et conduit un vaste programme de protection des anguilles, validé par l’Union européenne. Et surtout a intensifié la lutte contre les trafics avec de consistants résultats.

Cette lutte montre d’ailleurs que les Etats ne restent pas sans rien faire face aux trafics d’espèces menacées d’extinction. En juin dernier, une opération coordonnée par Interpol et l’Organisation mondiale des douanes (WCO) dans 109 pays a ainsi permis d’interpeller 582 suspects. Défenses d’éléphant, bois, plantes, primates, fauves, oiseaux, animaux marins dont du corail, hippocampes, dauphins, requins, tortues, reptiles... : la liste des saisies donne le tournis et souligne l’ampleur du phénomène.

Mais ce braconnage mondial n’est hélas pas le seul responsable des atteintes aux espèces menacées. Chaque année, des milliers disparaissent à cause des activités humaines, au point que les scientifiques évoquent désormais l’avènement d’une sixième extinction de masse qui bouleversera nos écosystèmes. "En 40 ans, notre planète a perdu 60 % des populations d’animaux sauvages", déplore le WWF, le fonds mondial pour la nature, qui vient de lancer une campagne #stopextinction. En France, l’Observatoire national de la biodiversité a récemment estimé à 30 % le déclin des oiseaux des champs entre 1989 et 2017…

Il n’est toutefois pas encore trop tard pour agir. Mais cela suppose des décisions fortes, économiques, financières, intellectuelles, morales, institutionnelles. En serons-nous collectivement capables pour préserver notre nature si fragile ?

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 7 décembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…