Accéder au contenu principal

Comment trouver le point d’équilibre ?

Macron
Emmanuel Macron. Photo Kremlin


Le bras de fer entre les opposants à la future réforme des retraites et le gouvernement d’Emmanuel Macron connaîtra-t-il un épilogue mercredi 11 décembre, date de l’annonce par Edouard Philippe de " l’intégralité du projet" ? Ou installera-t-il un blocage durable similaire à celui de 1995 voire à celui de Mai-68 comme l’évoquent certains ?

Pour l’heure la seule certitude est que les trois journées qui s’annoncent vont être cruciales. Et, depuis les Trois Glorieuses de 1830, l’histoire de France montre que tout peut basculer en trois petits jours… D’ici mercredi chaque partie va donc pousser ses pions au maximum.

Pour les syndicats – et en premier lieu la CGT – ce conflit autour des retraites sonne comme une revanche, celle de mobiliser avec succès contre une réforme de l’exécutif, ce qu’ils n’avaient su et pu faire lors des ordonnances travail ou lors de la réforme de la SNCF. Leur opposition à cette réforme des retraites les remet en selle comme interlocuteurs incontournables et fers de lance des corps intermédiaires longtemps boudés par Emmanuel Macron. Forts du succès de la mobilisation de jeudi dernier, les syndicats ne veulent rien lâcher de leurs revendications et entendent bien tenir "jusqu’au retrait" du projet.

Pour le gouvernement, cette réforme des retraites devient jour après jour un véritable chemin de croix. Tout avait pourtant bien commencé avec de longues concertations débouchant sur le rapport Delevoye. Mais depuis l’été, le gouvernement a sous-estimé la défiance sur sa réforme-phare et, surtout, a multiplié les erreurs de communication, les couacs entre ministres laissant un sentiment d’impréparation. Cette cacophonie inédite a entretenu un véritable flou suscitant l’anxiété des Français. Surpris par l’ampleur des manifestations, l’exécutif a accéléré son calendrier. Edouard Philippe, qui n’a pas la raideur de son mentor Alain Juppé, semble prêt à faire des concessions sur certains points de la réforme tout en en conservant deux lignes rouges : la fin des régimes spéciaux et l’instauration d’un système à point. Soit les deux casus belli pour les syndicats…

Il y a fort à parier que tôt ou tard Emmanuel Macron devra intervenir en personne car au-delà des retraites, c’est bien sa politique globale qui est ciblée par la coagulation de nombreuses colères. Céder sur le dossier des retraites et sa crédibilité de réformateur en serait durablement entamée, handicapant la suite du quinquennat et une future candidature pour 2022. S’obstiner et ce serait prendre le risque d’un blocage long aux conséquences économiques, sociales et politiques dangereuses. Pour le chef de l’Etat, il n’y a sans doute qu’un chemin, une ligne de crête étroite mais tangible : une remise à plat de la réforme avec l’esprit de rassemblement, le fameux "en même temps" qui avait prévalu lors de sa campagne présidentielle. Bref, arriver au point d’équilibre qui semble aujourd’hui introuvable...

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 9 décembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…