Accéder au contenu principal

Comment trouver le point d’équilibre ?

Macron
Emmanuel Macron. Photo Kremlin


Le bras de fer entre les opposants à la future réforme des retraites et le gouvernement d’Emmanuel Macron connaîtra-t-il un épilogue mercredi 11 décembre, date de l’annonce par Edouard Philippe de " l’intégralité du projet" ? Ou installera-t-il un blocage durable similaire à celui de 1995 voire à celui de Mai-68 comme l’évoquent certains ?

Pour l’heure la seule certitude est que les trois journées qui s’annoncent vont être cruciales. Et, depuis les Trois Glorieuses de 1830, l’histoire de France montre que tout peut basculer en trois petits jours… D’ici mercredi chaque partie va donc pousser ses pions au maximum.

Pour les syndicats – et en premier lieu la CGT – ce conflit autour des retraites sonne comme une revanche, celle de mobiliser avec succès contre une réforme de l’exécutif, ce qu’ils n’avaient su et pu faire lors des ordonnances travail ou lors de la réforme de la SNCF. Leur opposition à cette réforme des retraites les remet en selle comme interlocuteurs incontournables et fers de lance des corps intermédiaires longtemps boudés par Emmanuel Macron. Forts du succès de la mobilisation de jeudi dernier, les syndicats ne veulent rien lâcher de leurs revendications et entendent bien tenir "jusqu’au retrait" du projet.

Pour le gouvernement, cette réforme des retraites devient jour après jour un véritable chemin de croix. Tout avait pourtant bien commencé avec de longues concertations débouchant sur le rapport Delevoye. Mais depuis l’été, le gouvernement a sous-estimé la défiance sur sa réforme-phare et, surtout, a multiplié les erreurs de communication, les couacs entre ministres laissant un sentiment d’impréparation. Cette cacophonie inédite a entretenu un véritable flou suscitant l’anxiété des Français. Surpris par l’ampleur des manifestations, l’exécutif a accéléré son calendrier. Edouard Philippe, qui n’a pas la raideur de son mentor Alain Juppé, semble prêt à faire des concessions sur certains points de la réforme tout en en conservant deux lignes rouges : la fin des régimes spéciaux et l’instauration d’un système à point. Soit les deux casus belli pour les syndicats…

Il y a fort à parier que tôt ou tard Emmanuel Macron devra intervenir en personne car au-delà des retraites, c’est bien sa politique globale qui est ciblée par la coagulation de nombreuses colères. Céder sur le dossier des retraites et sa crédibilité de réformateur en serait durablement entamée, handicapant la suite du quinquennat et une future candidature pour 2022. S’obstiner et ce serait prendre le risque d’un blocage long aux conséquences économiques, sociales et politiques dangereuses. Pour le chef de l’Etat, il n’y a sans doute qu’un chemin, une ligne de crête étroite mais tangible : une remise à plat de la réforme avec l’esprit de rassemblement, le fameux "en même temps" qui avait prévalu lors de sa campagne présidentielle. Bref, arriver au point d’équilibre qui semble aujourd’hui introuvable...

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 9 décembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Sortir du déni

Des professeurs qui ne peuvent plus enseigner correctement l’histoire de la Shoah, de l’Antiquité ou certaines œuvres littéraires, dont les cours sur la liberté d’expression ou la laïcité sont contestés par certains de leurs élèves qui y voient des blasphèmes, des matières scientifiques auxquelles des élèves opposent les dogmes religieux ou les pires théories complotistes, des cours de sport ou de musique qui sont perturbés ou contournés au nom de pratiques religieuses ou en raison d’un sexisme d’un autre âge. Et des parents d’élèves qui s’immiscent de plus en plus pour contester le programme des enseignements et le fonctionnement des établissements, afin de soutenir leur progéniture contre leurs professeurs, réclamant bruyamment des sanctions disciplinaires ici, criant là à l’offense, aux discriminations, à l’islamophobie ou au racisme sur les réseaux sociaux et parfois devant de complaisantes caméras de télévision. Et n’hésitant pas à diffuser des messages haineux à l’encontre des en

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan