Accéder au contenu principal

Devoir de compromis

CGT
Photo CGT

Ce jeudi de mobilisation contre la future réforme des retraites a connu hier un incontestable succès avec des centaines de milliers de manifestants. Pari réussi donc pour les syndicats qui avaient clairement placé la journée comme un remake de celle du 5 décembre 1995, commencement d’un blocage qui avait fini par faire céder le gouvernement Juppé.

Mais comparaison n’est pas raison et entre Alain Juppé et Edouard Philippe, la situation est toutefois bien différente. Il y a 24 ans la protestation ciblait un texte précis de réforme globale de l’assurance-maladie, qui n’était nullement au programme du candidat de la «frcture sociale» Jacques Chirac et dont les syndicats , puissants, demandaient le retrait pur et simple. Ce qu’ils ont finalement obtenu après un mois de conflit. Aujourd’hui, la rue dénonce un projet de réforme dont les contours sont aussi flous que changeants – entre âge-pivot, pénibilité ou clause du grand-père tour à tour proposés et annulés – , un projet qui figurait bel et bien dans le programme du candidat Macron, et sur lequel des syndicats, moins puissants qu’autrefois, affichent malgré tout quelques divergences d’appréciation.

Par ailleurs, la mobilisation d’hier s’est , d’évidence, nourrie de colères qui n’ont rien à voir avec la future réforme. Car à la moitié du quinquennat, les opposants d’Emmanuel Macron – politiques, syndicaux, associatifs ou Gilets jaunes – ont saisi l’occasion de ce «jeudi noir» pour dire leur rejet de réformes libérales menées jusqu’ici tambour battant par un Emmanuel Macron qui a souvent cru pouvoir se passer des corps intermédiaires. La retraite constitue ainsi le catalyseur de colères qui grondent dans plusieurs secteurs : urgences puis hôpitaux, étudiants, policiers, sapeurs-pompiers, enseignants, agriculteurs, avocats, etc. Ce climat social éruptif, cette perte de confiance entre les citoyens et le gouvernement est évidemment le plus mauvais des contextes pour mettre en œuvre une réforme des retraites d’une aussi grande ampleur.

Il devient dès lors urgent de retrouver le sens du compromis, du consensus, de l’écoute, de la co-construction.

Pour les syndicats revigorés, il s’agit d’admettre que le statu quo est tôt ou tard contreproductif, que notre système de retraite, à force de rafistolages à chaque réforme, pourrait être plus efficace, plus juste et même plus généreux si on s’inspirait de ce qui existe dans certains autres pays européens...

Pour le gouvernement et Emmanuel Macron au premierchef, qui ont reçu hier un coup de semonce, cela suppose un exercice d’humilité auquel ils sont peu coutumiers. Regarder la réalité en face, en finir avec les éléments de langage qui sonnent creux et les couacs de communication, sortir enfin de l’ambiguïté pour afficher clairement les lignes d’une réforme qui suscite de l’anxiété, apporter des garanties suffisantes aux fonctionnaires ou sur la fixation de la valeur du point. Bref, ouvrir de vraies négociations plutôt que des consultations sans fin.

Edouard Philippe dévoilera l’architecture de la réforme... la semaine prochaine. Les syndicats ont annoncé que grèves et manifestations allaient se poursuivre. Comme si chaque partie espérait emporter le bras de fer sur le mode «tout ou rien.» L’Histoire montre pourtant qu’on a rarement raison tout seul et que la seule issue reste bien celle du compromis.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 6 décembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…