Accéder au contenu principal

Devoir de compromis

CGT
Photo CGT

Ce jeudi de mobilisation contre la future réforme des retraites a connu hier un incontestable succès avec des centaines de milliers de manifestants. Pari réussi donc pour les syndicats qui avaient clairement placé la journée comme un remake de celle du 5 décembre 1995, commencement d’un blocage qui avait fini par faire céder le gouvernement Juppé.

Mais comparaison n’est pas raison et entre Alain Juppé et Edouard Philippe, la situation est toutefois bien différente. Il y a 24 ans la protestation ciblait un texte précis de réforme globale de l’assurance-maladie, qui n’était nullement au programme du candidat de la «frcture sociale» Jacques Chirac et dont les syndicats , puissants, demandaient le retrait pur et simple. Ce qu’ils ont finalement obtenu après un mois de conflit. Aujourd’hui, la rue dénonce un projet de réforme dont les contours sont aussi flous que changeants – entre âge-pivot, pénibilité ou clause du grand-père tour à tour proposés et annulés – , un projet qui figurait bel et bien dans le programme du candidat Macron, et sur lequel des syndicats, moins puissants qu’autrefois, affichent malgré tout quelques divergences d’appréciation.

Par ailleurs, la mobilisation d’hier s’est , d’évidence, nourrie de colères qui n’ont rien à voir avec la future réforme. Car à la moitié du quinquennat, les opposants d’Emmanuel Macron – politiques, syndicaux, associatifs ou Gilets jaunes – ont saisi l’occasion de ce «jeudi noir» pour dire leur rejet de réformes libérales menées jusqu’ici tambour battant par un Emmanuel Macron qui a souvent cru pouvoir se passer des corps intermédiaires. La retraite constitue ainsi le catalyseur de colères qui grondent dans plusieurs secteurs : urgences puis hôpitaux, étudiants, policiers, sapeurs-pompiers, enseignants, agriculteurs, avocats, etc. Ce climat social éruptif, cette perte de confiance entre les citoyens et le gouvernement est évidemment le plus mauvais des contextes pour mettre en œuvre une réforme des retraites d’une aussi grande ampleur.

Il devient dès lors urgent de retrouver le sens du compromis, du consensus, de l’écoute, de la co-construction.

Pour les syndicats revigorés, il s’agit d’admettre que le statu quo est tôt ou tard contreproductif, que notre système de retraite, à force de rafistolages à chaque réforme, pourrait être plus efficace, plus juste et même plus généreux si on s’inspirait de ce qui existe dans certains autres pays européens...

Pour le gouvernement et Emmanuel Macron au premierchef, qui ont reçu hier un coup de semonce, cela suppose un exercice d’humilité auquel ils sont peu coutumiers. Regarder la réalité en face, en finir avec les éléments de langage qui sonnent creux et les couacs de communication, sortir enfin de l’ambiguïté pour afficher clairement les lignes d’une réforme qui suscite de l’anxiété, apporter des garanties suffisantes aux fonctionnaires ou sur la fixation de la valeur du point. Bref, ouvrir de vraies négociations plutôt que des consultations sans fin.

Edouard Philippe dévoilera l’architecture de la réforme... la semaine prochaine. Les syndicats ont annoncé que grèves et manifestations allaient se poursuivre. Comme si chaque partie espérait emporter le bras de fer sur le mode «tout ou rien.» L’Histoire montre pourtant qu’on a rarement raison tout seul et que la seule issue reste bien celle du compromis.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 6 décembre 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio