Accéder au contenu principal

Petits princes du rap

bigfloetoli


Il est toujours émouvant de voir se concrétiser un rêve de gosse. Pour Florian et Olivio Ordonez, alias Bigflo & Oli, 26 et 23 ans, c'est vendredi et samedi que le «miracle» aura lieu au Stadium de Toulouse. Pour les deux frangins de la Ville rose, ce qui n'était qu'une boutade va se transformer en deux concerts événements. Deux concerts qui couronnent – provisoirement bien sûr – une carrière fulgurante d'à peine huit ans dont les titres des albums – tous disques de platine – semblent marquer leur marche vers le succès : «La cour des grands», puis «La vraie vie», et l'an passé «La vie de rêve».

Durant ces deux jours, ce sont d'abord les enfants du pays que l'on va célébrer, les pitchouns des Minimes qui, d'évidence, mettent leurs pas dans ceux de leur illustre prédécesseur Claude Nougaro dont ils ont d'ailleurs participé au Prix éponyme. Eux aussi castagnent avec les mots, avec les rimes, avec des flows.

On fêtera aussi deux artistes désormais accomplis qui multiplient les collaborations : Orelsan, Joey Star, Petit Biscuit, Black M, Soprano, IAM, etc. On s'arrache ces Toulousains qui donnent du rap une tout autre image que celle, violente et provocatrice, affichée par un Booba ou un Kaaris musculeux. Aux coups de poing, Bigflo & Oli préfèrent les coups au cœur, aux coups de sang, les coups de foudre.

C'est sans doute cette bienveillance alliée au talent qui séduit un large public. Un public avec lequel le duo s'est toujours montré aussi reconnaissant que proche, via les réseaux sociaux comme sur scène, lorsqu'il s'agit de lui dédier leurs Victoires de la musique.

Un public qui sera présent en masse demain et vendredi pour célébrer nos petits princes du rap.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 23 mai 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio