Accéder au contenu principal

Vitesse et précipitation

80kmh


S'il est un domaine où la moindre décision déclenche des débats sans fin et doit impérativement s'accompagner d'un patient travail de pédagogie auprès des Français, c'est bien celui de la sécurité routière. En oubliant cela et en confondant vitesse et précipitation pour la mise en œuvre, le 1er juillet 2018, de l'abaissement à 80 km/h de la limitation de vitesse sur les routes secondaires, le Premier ministre Edouard Philippe – pourtant élu de terrain madré – a sans doute commis une erreur. En envisageant dimanche des « aménagements » sur « la manière dont on peut faire en sorte qu'il n'y ait pas une application brutale, uniforme », selon l'expression de Sibeth Ndiaye, le gouvernement a fini par reconnaître l'évidence : la limitation à 80 km/h est une affaire autant politique que de sécurité routière.

Politique évidemment. Si la mesure, voulue par Edouard Philippe – qui a contraint Emmanuel Macron à l'endosser – est devenue très vite impopulaire au-delà du seul cercle du lobby automobile, c'est parce qu'elle a illustré ces décisions prises d'en haut par Paris et imposées en bas sur tout le territoire sans la moindre concertation. Non seulement elle a froissé les élus locaux déjà chagrinés d'être boudés par l'exécutif depuis mai 2017, mais elle a aussi mis en évidence les écarts considérables des territoires en termes d'aménagement et de mobilités, soulignés d'ailleurs au début du mouvement des Gilets jaunes. Vivre à 80 km/h en Ile-de-France quand l'offre de transport est pléthorique est une chose ; la situation est bien différente lorsque l'on habite dans les départements ruraux, isolés, aux routes parfois vieillissantes, aux transports en commun rares et où la voiture reste le seul moyen de locomotion et souvent l'outil indispensable pour travailler.

Sécurité routière, assurément. Autant la décision imposée des 80 km/h a été maladroitement décidée, autant elle n'est pas dépourvue de sens. Il serait injuste, en effet, d'accuser le Premier ministre d'avoir voulu abaisser la limitation de vitesse dans le seul but de remplir les caisses de l'Etat ou d'embêter les Français et les collectivités locales. Si Edouard Philippe s'est engagé sur les 80 km/h, c'est parce que le nombre d'accidents sur les routes était reparti à la hausse pour la première fois depuis un demi-siècle, que plus de la moitié des accidents mortels ont justement lieu sur ces routes secondaires et que la lutte contre les excès de vitesse – l'un des facteurs principaux de la mortalité routière – a démontré son efficacité, notamment depuis l'installation des radars automatiques il y a plus de dix ans.

Au cours du grand débat, Emmanuel Macron a reconnu qu'il fallait « faire quelque chose qui soit mieux accepté et plus intelligent », ouvrant de fait la voie à des aménagements, par exemple le transfert des décisions de la limitation aux Départements. Le gouvernement doit toutefois se garder de tout recul et trouver un « en même temps » entre le nécessaire renforcement de la sécurité routière et la tout aussi nécessaire prise en compte des difficultés et des particularités des territoires.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 3 mai 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

La clé du conflit

L’ « opération spéciale » lancée par Vladimir Poutine le 24 février pour « libérer » les Ukrainiens du Donbass et au-delà, et « dénazifier » un pays prétendument aux mains de dirigeants corrompus devait être une Blitzkrieg rondement menée : en trois jours le pays devait tomber. Las ! Trois mois plus tard, la guerre qu’a déclenchée le maître du Kremlin est toujours bien présente avec son cortège d’horreurs et de malheurs, de crimes de guerre et de destructions de villes entières, véritablement rasées, de millions de réfugiés jetés sur les routes de l’exil et de morts par centaines. Vladimir Poutine pensait pouvoir réitérer ce qu’il avait fait en Crimée en 2014, une invasion militaire express sans résistance et la mise devant le fait accompli de la communauté internationale, qui n’avait alors que mollement protesté avec des sanctions économiques et financières quasiment indolores. Mais le président russe a sans doute préjugé de ses forces et mal compris que le monde qu’il rêve depuis lon

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio