Accéder au contenu principal

Vitesse et précipitation

80kmh


S'il est un domaine où la moindre décision déclenche des débats sans fin et doit impérativement s'accompagner d'un patient travail de pédagogie auprès des Français, c'est bien celui de la sécurité routière. En oubliant cela et en confondant vitesse et précipitation pour la mise en œuvre, le 1er juillet 2018, de l'abaissement à 80 km/h de la limitation de vitesse sur les routes secondaires, le Premier ministre Edouard Philippe – pourtant élu de terrain madré – a sans doute commis une erreur. En envisageant dimanche des « aménagements » sur « la manière dont on peut faire en sorte qu'il n'y ait pas une application brutale, uniforme », selon l'expression de Sibeth Ndiaye, le gouvernement a fini par reconnaître l'évidence : la limitation à 80 km/h est une affaire autant politique que de sécurité routière.

Politique évidemment. Si la mesure, voulue par Edouard Philippe – qui a contraint Emmanuel Macron à l'endosser – est devenue très vite impopulaire au-delà du seul cercle du lobby automobile, c'est parce qu'elle a illustré ces décisions prises d'en haut par Paris et imposées en bas sur tout le territoire sans la moindre concertation. Non seulement elle a froissé les élus locaux déjà chagrinés d'être boudés par l'exécutif depuis mai 2017, mais elle a aussi mis en évidence les écarts considérables des territoires en termes d'aménagement et de mobilités, soulignés d'ailleurs au début du mouvement des Gilets jaunes. Vivre à 80 km/h en Ile-de-France quand l'offre de transport est pléthorique est une chose ; la situation est bien différente lorsque l'on habite dans les départements ruraux, isolés, aux routes parfois vieillissantes, aux transports en commun rares et où la voiture reste le seul moyen de locomotion et souvent l'outil indispensable pour travailler.

Sécurité routière, assurément. Autant la décision imposée des 80 km/h a été maladroitement décidée, autant elle n'est pas dépourvue de sens. Il serait injuste, en effet, d'accuser le Premier ministre d'avoir voulu abaisser la limitation de vitesse dans le seul but de remplir les caisses de l'Etat ou d'embêter les Français et les collectivités locales. Si Edouard Philippe s'est engagé sur les 80 km/h, c'est parce que le nombre d'accidents sur les routes était reparti à la hausse pour la première fois depuis un demi-siècle, que plus de la moitié des accidents mortels ont justement lieu sur ces routes secondaires et que la lutte contre les excès de vitesse – l'un des facteurs principaux de la mortalité routière – a démontré son efficacité, notamment depuis l'installation des radars automatiques il y a plus de dix ans.

Au cours du grand débat, Emmanuel Macron a reconnu qu'il fallait « faire quelque chose qui soit mieux accepté et plus intelligent », ouvrant de fait la voie à des aménagements, par exemple le transfert des décisions de la limitation aux Départements. Le gouvernement doit toutefois se garder de tout recul et trouver un « en même temps » entre le nécessaire renforcement de la sécurité routière et la tout aussi nécessaire prise en compte des difficultés et des particularités des territoires.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 3 mai 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L’enfer de Matignon

Tout remonte-t-il à Matignon ? "Non, seulement les emmerdes", avait répondu un rien désabusé Édouard Philippe, ce qui lui avait valu de décrocher le Grand Prix de l’humour politique il y a tout juste un an. Depuis, les "emmerdes" – qui, comme chacun sait, "volent en escadrille" selon la formule de Jacques Chirac – se sont accumulées pour le Premier ministre. Après le mouvement des Gilets jaunes et la contestation de la réforme des retraites, le locataire de Matignon fait face à une crise autrement plus corsée : celle du coronavirus. Rarement un chef de gouvernement aura eu à gérer un dossier aussi complexe et tentaculaire, dont les conséquences à venir sur la vie du pays – sanitaires, économiques, sociales, politiques, sociétales… – sans doute encore mal estimées, vont être considérables. Rarement aussi un Premier ministre ne se sera senti aussi seul et sans doute sur la sellette…

Au contraire de nombre de ses prédécesseurs qui ont souvent été à la tête …

Question de dignité

Les autorités françaises doivent mettre fin au problème de surpopulation dans les prisons et aux conditions de détention dégradantes". Les mots sont cinglants pour la patrie des Droits de l’Homme, mais ils ont été, d’évidence, largement sous-pesés par la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) qui vient de rendre cette semaine un arrêt sévère contre la France. Saisie par 32 détenus des centres pénitentiaires de Ducos (Martinique), Faa’a Nuutania (Polynésie française), Baie-Mahault (Guadeloupe) ainsi que des maisons d’arrêt de Nîmes, Nice et Fresnes, l’instance européenne n’a pu que constater que les détenus "ont, pour la majorité d’entre eux, disposé d’un espace personnel inférieur à la norme minimale requise de 3 m2 pendant l’intégralité de leur détention, situation aggravée par l’absence d’intimité dans l’utilisation des toilettes." Certes, la CEDH n’entend pas dicter la politique pénale de la France, mais elle suggère "la refonte du mode de calcul de la ca…

Jospinisation

Les quelque 17 milliards de mesures en faveur du pouvoir d’achat débloqués par Emmanuel Macron pour éteindre la crise des Gilets jaunes n’auront donc pas suffi à décoller l’étiquette de « Président des riches» qui colle à la peau du locataire de l’Elysée depuis le début du quinquennat, lorsque la majorité avait baissé les aides aux logements et supprimé le très symbolique impôt de solidarité sur la fortune (ISF). Non seulement, le mouvement de grogne sociale inédit perdure de samedi en samedi, mais les Français n’ont pas perçu d’amélioration tangible de leur pouvoir d’achat. Une perception sur laquelle l’OFCE vient de mettre des chiffres dans sa dernière étude sur l’impact des mesures du budget 2020. Certes, 70% des ménages devraient voir leur pouvoir d’achat augmenter cette année, mais les grands gagnants, qui vont profiter le plus des réformes menées par le gouvernement, sont bel et bien les classes moyennes supérieures. Pire, 5% des ménages les plus modestes vont voir leur niveau …