Accéder au contenu principal

Le chemin de l'alternative



Une rapide analyse des résultats des élections européennes dimanche soir ne prêtait guère à la confusion : le Rassemblement national de Marine Le Pen et La République en marche d'Emmanuel Macron imposent leur domination sur le paysage politique français. À moins d'un point d'écart, les deux formations ont fait le vide autour d'elles. Comme une réplique de l'élection présidentielle qui avait laminé la gauche en 2017, le scrutin européen a lessivé cette fois la droite républicaine. Déjà absente du second tour de la présidentielle, la voilà dans les limbes d'un score à un chiffre historiquement bas, ses électeurs ayant fui vers LREM ou vers le RN. Les Républicains rejoignent ainsi un champ de ruines où l'on trouve désormais toutes les autres formations, y compris La France insoumise. Quant au bon score des Verts, on pouvait l'attribuer à la nature de cette élection européenne qui leur est traditionnellement favorable. Bref, pour les années à venir, la polarisation de la vie politique entre Macron et Le Pen allait être notre quotidien.

Et pourtant, en analysant plus finement les résultats de ces élections comme le fait aujourd'hui notre sondage Odoxa-La Dépêche, ce ne sont pas deux mais trois France qui se dessinent.

La première est donc celle de La République en marche, formation centrale et centriste qui a attiré les électeurs de droite modérée ne se reconnaissant plus dans la ligne clivante et identitaire de Laurent Wauquiez. En séduisant les cadres, les plus de 65 ans, les diplômés et les revenus moyens-supérieurs, le parti d'Emmanuel Macron couvre le spectre politique occupé jadis par l'UMP, en y intégrant la gauche réformiste qui s'apprête d'ailleurs à créer un parti intégré à la majorité.

La seconde force est donc celle du Rassemblement national. Marine Le Pen a remporté une victoire personnelle en surmontant sa défaite de 2017 et en marginalisant les autres formations souverainistes de Dupont-Aignan ou Philippot. Elle a su capter la colère des Gilets jaunes et s'est attiré les faveurs des électeurs populaires aux revenus les plus modestes.

On pourrait dès lors presque parler d'un « vote de classe » comme jadis celui opposant les gaullistes aux communistes s'il n'y avait cette troisième force apparue dimanche : EELV, qui, selon notre sondage, a su attirer massivement les jeunes et s'inscrit dans un vaste mouvement européen qui veut faire de l'écologie l'axe central des politiques à mener. Cette force aujourd'hui se retrouve en tête des partis de gauche et face à la responsabilité de créer l'union pour imaginer un désir d'avenir commun – en se gardant des ego et en préservant les susceptibilités des uns et des autres. Pas simple. Les Verts, qui nous ont souvent habitués à des débats internes byzantins et des guerres picrocholines ubuesques peuvent-ils être à la hauteur de la tâche pour faire émerger, avec d'autres, une telle alternative politique ?

Le chemin est étroit, mais il existe…

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du jeudi 30 mai 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

L'indécence et la dignité

C’est sans doute parce qu’elle avait le souriant visage de l’enfance, cheveux blonds et yeux bleus, parce qu’elle aurait pu être notre fille ou notre nièce, notre petite sœur ou notre cousine, une camarade ou la petite voisine. C’est pour toutes ces raisons que le meurtre barbare de la petite Lola a ému à ce point la France. Voir le destin tragique de cette bientôt adolescente qui avait la vie devant elle basculer à 12 ans dans l’horreur inimaginable d’un crime gratuit a soulevé le cœur de chacune et chacun d’entre nous. Et nous avons tous pensé à ses parents, à sa famille, à ses proches, à ses camarades de classe, à leur incommensurable douleur que notre solidarité bienveillante réconfortera mais n’éteindra pas. Tous ? Non, hélas. Dans les heures qui ont suivi le drame, certains ont instrumentalisé de façon odieuse la mort de cette enfant pour une basse récupération politique au prétexte que la suspecte du meurtre était de nationalité étrangère et visée par une obligation de quitter l

Nouveaux obscurantismes

Fin 2019, le transfert de la Mission interministérielle de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes) de Matignon vers le ministère de l’Intérieur, au sein d’un secrétariat spécialisé dans la radicalisation (le CIPDR, Comité Interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation), avait provoqué émoi et inquiétude chez les associations d’aides aux victimes des sectes. L’éventualité d’une suppression des archives et du site internet de la Miviludes, dont le travail était unanimement reconnu depuis 17 ans, avait ajouté aux craintes de voir amoindris les moyens d’un service de l’État, d’évidence, indispensable. Tout est ensuite rentré dans l’ordre et ce retour à la normale est sans doute dû à l’épidémie de Covid-19. Car la pandémie historique a suscité de la peur et des inquiétudes évidemment légitimes dans la population effrayée par ce coronavirus dont on ne connaissait pas encore toutes les conséquences sur la santé et contre lequel on n’avait pas e

La tactique de TikTok

À trop se concentrer sur les GAFAM, les géants Américains de la Silicon Valley que sont Google, Amazon, Facebook et dans une moindre mesure Apple et Microsoft, autant de sociétés aux PDG stars, on en a presque oublié que le monde recelait aussi d’autres géants du numérique, et notamment en Chine. Dans l’empire du milieu où internet est placé sous l’implacable contrôle du régime communiste qui manie surveillance et censure, on les appelle les BATX pour Baidu, Alibaba, Tencent et Xiaomi. Quatre des plus grandes entreprises technologiques mondiales qui sont bien moins connues du grand public que leurs équivalents américains. Mais ça, c’était avant que ne débarque TikTok. Le réseau social de partage de vidéos courtes, adapté d’un réseau 100 % chinois, a, d’évidence, changé la donne. En six ans, il a conquis la planète et particulièrement la planète ado, les jeunes répondant du tac-au-tac à TikTok pour relever ses challenges, danser et chanter. Une tactique payante construite sur de puissan