Accéder au contenu principal

Mobilité durable

voiture


Bis repetita, retour à la case départ : les prix des carburants à la pompe atteignent en ce moment de nouveaux records, plus élevés encore qu'en novembre dernier, où la flambée des prix avait alors déclenché le mouvement des Gilets jaunes. Une hausse qui tombe évidemment très mal pour le gouvernement même si, comme l'avait dit trivialement Emmanuel Macron, «c'est pas Bibi» qui en est responsable. De fait, cette hausse est avant tout due aux nombreuses tensions géopolitiques en Iran, en Libye, ou encore au Venezuela. Des tensions avivées par la politique étrangère de Donald Trump – le président américain profitant de voir les Etats-Unis et leur dollar fort redevenir premier producteur mondial de pétrole – et par les choix des pays de l'Opep qui réduisent leur production pour faire grimper le prix du baril. Un prix qui pourrait d'ailleurs continuer à grimper selon les spécialistes.

Face à cette nouvelle donne, la France – où les taxes représentent plus de 60 % du prix – et plus largement l'Europe, peuvent avoir trois attitudes.

La première consiste à mettre en place des mécanismes régulateurs qui conduisent à amoindrir les taxes, mais ils atteignent vite leurs limites. La taxe flottante qu'avait mise en place le gouvernement Jospin entre 2000 et 2002 avait coûté près d'1,3 milliards à l'Etat pour une baisse très modeste de 2,2 centimes par litre. Emmanuel Macron, qui a déjà annulé fin 2018 la hausse de la taxe carbone prévue pour cette année, n'entend pas prendre de «mesure d'exception» cette fois.

D'où la seconde option : il faut réduire notre dépendance au pétrole et inciter les Français à changer de voiture. Imparable sur le papier. Mais cette simple évidence se révèle être pernicieuse lorsqu'il s'agit de dégager des aides à la conversion pour des Français qui ont longtemps été incités à rouler gazole et pour des constructeurs d'automobiles qui ont beaucoup misé sur le diesel. De fait, les aides gouvernementales pour acquérir un véhicule moins polluant profitent majoritairement à des véhicules d'occasion… diesel. Autant dire que la dépendance au pétrole reste toujours de mise.

Dès lors, seule la troisième solution – la plus difficile – apparaît être la bonne : des investissements massifs dans les véhicules électriques ou à hydrogène, et en même temps le développement de transports en communs efficaces. Cette solution suppose une vraie révolution autant psychologique qu'industrielle assortie d'un vrai volontarisme politique. Les Européens sont prêts à acquérir des véhicules électriques pour peu que les constructeurs proposent des modèles attractifs et au juste prix ; et que les infrastructures de recharge soient mises en place. Atteindre cette mobilité durable devrait être l'un des grands chantiers de l'Union européenne.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 13 mai 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Retrouver confiance

Une grande majorité de Français est sans doute en mesure de raconter une mauvaise expérience vécue avec un artisan – certains en ont même fait des livres comme le prix Goncourt Jean-Paul Dubois avec son savoureux "Vous plaisantez M. Tanner". Un devis où des prestations connexes ont été "oubliées", un montant final à payer qui a subitement gonflé, mais aussi des prestations qui ne sont pas à la hauteur et qui imposeront plus tard de refaire ce qui a été mal fait, etc. Le sentiment de s’être fait arnaquer est d’autant plus fort lorsque l’appel à l’artisan s’est fait dans une situation d’urgence ou de faiblesse : une fuite d’eau qui menace d’importants dégâts un appartement, un accident qui prive l’usage de sa voiture, et bien sûr un problème de serrure qui vous bloque à l’extérieur de votre logement ou vous empêche de bien le fermer… Ces comportements ne sont bien évidemment pas ceux de tous les artisans, mais les agissements de quelques brebis galeuses nuisent à

Question d'éthique

  Photo Pierre Challier Un scandale est parfois nécessaire pour qu’éclate au grand jour une vérité jusqu’alors tue, fût-elle bien connue d’un grand nombre d’acteurs, et que de salutaires changements s’opèrent, des réformes trop longtemps repoussées ne voient enfin le jour. Celui qui a touché le Centre du don des corps de l’Université Paris-Descartes en novembre 2019, lorsqu’un charnier a été découvert en son sein, est incontestablement de ceux-là. Pendant des années – l’instruction judiciaire déterminera depuis quand – les corps de défunts qui avaient choisi de leur vivant de se donner à la science ont été maltraités. Plusieurs documents, notamment photographiques, ont montré que cette maltraitance était devenue au fil des ans normalisée, voire institutionnalisée, au mépris de toutes les exigences éthiques et juridiques, au mépris, surtout, de la dignité que l’on se fait du corps humain et du respect que l’on doit à tout homme, y compris après sa mort. L’affaire a profondément choqué l

Artificiel

Le propre des crises est qu’elles sont autant des moments de bascule que de vérité et qu’elles révèlent que ce qui apparaissait impensable, incongru ou impossible ne l’était pas forcément. Ainsi lors de la crise du Covid-19, on a vu les 27 pays membres de l’Union européenne mettre de côté les sacro-saintes règles du traité de Maastricht – pas plus de 3 % de déficit public et 60 % d’endettement des États – pour permettre de surmonter la pandémie. Sous l’impulsion notamment de la France, les dogmes budgétaires ont été mis en pause afin de mutualiser de la dette au niveau européen et de bâtir un plan d’aides et de relance pour préserver les économies européennes. En sera-t-il de même avec un autre dogme européen, celui de la concurrence libre et non faussée, à l’occasion de la crise énergétique déclenchée par la guerre en Ukraine ? La question se pose à l’heure où les États doivent à la fois repenser leur mix énergétique en se passant des énergies fossiles russes et accélérer la transitio