Accéder au contenu principal

Mobilité durable

voiture


Bis repetita, retour à la case départ : les prix des carburants à la pompe atteignent en ce moment de nouveaux records, plus élevés encore qu'en novembre dernier, où la flambée des prix avait alors déclenché le mouvement des Gilets jaunes. Une hausse qui tombe évidemment très mal pour le gouvernement même si, comme l'avait dit trivialement Emmanuel Macron, «c'est pas Bibi» qui en est responsable. De fait, cette hausse est avant tout due aux nombreuses tensions géopolitiques en Iran, en Libye, ou encore au Venezuela. Des tensions avivées par la politique étrangère de Donald Trump – le président américain profitant de voir les Etats-Unis et leur dollar fort redevenir premier producteur mondial de pétrole – et par les choix des pays de l'Opep qui réduisent leur production pour faire grimper le prix du baril. Un prix qui pourrait d'ailleurs continuer à grimper selon les spécialistes.

Face à cette nouvelle donne, la France – où les taxes représentent plus de 60 % du prix – et plus largement l'Europe, peuvent avoir trois attitudes.

La première consiste à mettre en place des mécanismes régulateurs qui conduisent à amoindrir les taxes, mais ils atteignent vite leurs limites. La taxe flottante qu'avait mise en place le gouvernement Jospin entre 2000 et 2002 avait coûté près d'1,3 milliards à l'Etat pour une baisse très modeste de 2,2 centimes par litre. Emmanuel Macron, qui a déjà annulé fin 2018 la hausse de la taxe carbone prévue pour cette année, n'entend pas prendre de «mesure d'exception» cette fois.

D'où la seconde option : il faut réduire notre dépendance au pétrole et inciter les Français à changer de voiture. Imparable sur le papier. Mais cette simple évidence se révèle être pernicieuse lorsqu'il s'agit de dégager des aides à la conversion pour des Français qui ont longtemps été incités à rouler gazole et pour des constructeurs d'automobiles qui ont beaucoup misé sur le diesel. De fait, les aides gouvernementales pour acquérir un véhicule moins polluant profitent majoritairement à des véhicules d'occasion… diesel. Autant dire que la dépendance au pétrole reste toujours de mise.

Dès lors, seule la troisième solution – la plus difficile – apparaît être la bonne : des investissements massifs dans les véhicules électriques ou à hydrogène, et en même temps le développement de transports en communs efficaces. Cette solution suppose une vraie révolution autant psychologique qu'industrielle assortie d'un vrai volontarisme politique. Les Européens sont prêts à acquérir des véhicules électriques pour peu que les constructeurs proposent des modèles attractifs et au juste prix ; et que les infrastructures de recharge soient mises en place. Atteindre cette mobilité durable devrait être l'un des grands chantiers de l'Union européenne.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 13 mai 2019)

Posts les plus consultés de ce blog

Champs de batailles

L'agriculture est-elle devenue un champ de bataille ? En tout cas, le débat houleux sur les pesticides, et plus particulièrement le glyphosate, concentre – au détriment souvent d'autres thématiques – tous les enjeux et les contradictions de notre époque autour de l'alimentation, de la lutte contre le réchauffement climatique et de la préservation de la biodiversité. Et le moins que l'on puisse dire est que les positions sont tranchées, frontales, quasi irréconciliables entre les défenseurs de l'environnement et de la santé publique d'un côté, les agriculteurs et les industriels de l'autre, et les agences sanitaires au milieu dont l'impartialité et l'indépendance ne sont pas au plus haut… Le débat est d'autant plus vif que les avis scientifiques autour desquels toutes les parties auraient pu logiquement se retrouver peinent à se frayer un chemin dans un débat public où les opinions surpassent les faits et où les infox des réseaux sociaux et les …

Le revers de la médaille

Les gagnants de la seconde édition du Loto du patrimoine ont été dévoilés mardi par le ministre de la Culture Franck Riester. 103 projets ont ainsi été retenus sur 835 candidats, et s'ajoutent aux dix-huit déjà annoncés en mars dernier. Cette multiplication de candidatures, cet engouement populaire souligne, si besoin en était, l'attachement des Français à leur patrimoine. Un attachement que l'on mesure d'ailleurs chaque année en septembre lors des Journées du patrimoine – initiative française lancée en 1984 et devenue depuis européenne – qui battent à chaque édition des records de fréquentation. Attachement au patrimoine que l'on retrouve de la même façon lors des émissions de radio ou de télévision consacrées à l'histoire et aux monuments, qui apportent régulièrement de très belles audiences aux chaînes.

Enfin, l'attachement des Français au patrimoine a connu un retentissant éclat lors de l'incendie du toit de Notre-Dame de Paris. L'élan de génér…

Les armes dans la peau

Coup sur coup deux nouvelles fusillades ont été perpétrées ce week-end aux états-Unis. Deux tueries de masse qui ont fait des dizaines de morts et de blessés et qui portent leur nombre, terrible, à 251 depuis le début de l'année 2019, selon un décompte de l'association Gun Violence Archive. Autrement dit, peu ou prou, il ne se passe pas un jour outre-Atlantique sans que des innocents, hommes, femmes, enfants, ne soient tués par balle, que ce soit par des déséquilibrés, des militants suprémacistes blancs, des adeptes de l'état islamique ou tout simplement des citoyens lambda qui décident de régler leurs problèmes par arme à feu. Dans n'importe quel pays au monde, la répétition de tels drames déboucherait sur une prise de conscience collective et, surtout, sur des changements législatifs profonds pour que cela ne se reproduise plus. Pas aux états-Unis.

Ce grand pays a, d'évidence, les armes dans la peau, d'autant plus que leur usage est inscrit noir sur blanc da…