Accéder au contenu principal

Fleuron à préserver

meteo

S’il est bien un sujet qui passionne les Homme depuis l’Antiquité, c’est bien le temps qu’il fait et tenter de savoir celui qu’il fera demain. Mais depuis la publication des Météorologiques d’Aristote trois siècles avant notre ère, que de chemin parcouru pour comprendre comment fonctionne le ciel et que de progrès réalisés depuis le XVIIe siècle où la démarche scientifique entama sa longue marche. L’invention du baromètre et du thermomètre, l’exploration verticale de l’atmosphère à l’aide de montgolfières, la création de l’Observatoire de Paris en 1863, l’invention du ballon-sonde embarquant des instruments enregistreurs, la création à Paris de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) en 1951, l’arrivée des ordinateurs, puis des satellites. Assurément l’histoire de la météo – dans laquelle la France a toujours joué un rôle moteur – est une véritable épopée à la fois scientifique, technologique et populaire.

Sans forcément connaître les coulisses scientifiques qui permettent les prévisions météo, les Français sont, en effet, toujours aussi en demande de connaître et comprendre le temps qu’il va faire, demain, après-demain, dans dix jours ou dans trois mois. Et s’ils se sont contentés pendant longtemps de lire les prévisions dans leur quotidien préféré ou de suivre les bulletins à la radio ou à la télé, ils sont de plus en plus nombreux à scruter le temps à venir sur internet ou directement sur leur smartphone. Un rapport de Médiamétrie l’été dernier montrait d’ailleurs que nous sommes au quotidien quelque 7,9 millions à consulter les prévisions météo en ligne, soit 12,4 % de la population.

Dès lors on comprend mieux la panique et la colère des Français lorsque, ces dernières semaines, l’application de Météo-France, pourtant la première en France, a délivré des prévisions totalement fantaisistes, annonçant de la pluie quand il ne pleut pas, de la neige par 9 °C ou en ne l’anticipant pas lorsqu’elle paralyse des autoroutes franciliennes. Ce pataquès est imputé par les syndicats de Météo-France à un nouveau système qui, depuis novembre, délivre ses prévisions de façon automatique. Ces erreurs manifestent constituent un coup dur pour la réputation de la vénérable institution et un coup au moral pour les personnels qui alertent de longue date sur la dangereuse baisse des effectifs – quelque 1 500 postes supprimés en 15 ans – et des budgets.

Une situation à laquelle l’État – dont le ministère de la Transition écologique supervise Météo-France – serait bien inspiré d’apporter des réponses. Car on ne peut d’un côté se faire l’apôtre fanfaronnant de la souveraineté technologique française et en même temps ne pas donner les moyens, humains et financiers, au fleuron qu’est Météo-France d’exercer ses missions. À l’heure où le gouvernement se lance dans des coupes budgétaires pour faire face à la dégradation des comptes publics – 10 milliards en 2024 dont 2 sur le budget « écologie, développement et mobilité durable » – il y a de quoi s’inquiéter.

Pour que la France continue à jouer un rôle majeur dans la météorologie mondiale, intègre pleinement les bouleversements que provoque l’irruption de l’intelligence artificielle et apporte des données fiables pour se préparer aux conséquences du changement climatique, il convient de ne pas affaiblir Météo-France ni plus généralement le travail des scientifiques qui préparent la France aux défis de demain.

(Editorial publié dans La Dépêcher du dimanche 24 mars 2024)



Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a