Accéder au contenu principal

Se préparer

eau

À quoi doit-on nous attendre cet été quant à la disponibilité de l’eau ? Cette question est devenue aujourd’hui cruciale et plus seulement pour les agriculteurs. La hausse de l’intensité des sécheresses que l’on observe depuis plusieurs années sous le coup du réchauffement climatique inquiète à juste titre les Français qui s’interrogent : les pluies des dernières semaines, qui ont parfois provoqué de violentes inondations dans le nord de la France, sont-elles suffisantes pour recharger les nappes phréatiques et nous assurer des réserves pour l’été ? Pour l’heure, le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) qui surveille le niveau des nappes, se montre mesuré. Si, en janvier, l’intensité de la recharge des nappes phréatiques a diminué, la situation reste généralement satisfaisante par rapport à l’année dernière mais se dégrade légèrement avec 46 % des niveaux au-dessus des normales mensuelles. Les niveaux des nappes étaient en hausse pour 51 % des points d’observation en janvier, contre 69 % en décembre.

Mais tout le monde n’est pas logé à la même enseigne. Dans notre région, les niveaux sont satisfaisants, de modérément hauts à très hauts en Haute-Garonne, en Ariège, dans le Tarn et le Tarn-et-Garonne. Et en même temps, nous avons observé des niveaux très bas en Lozère, dans l’Hérault, dans l’Aude et, surtout, dans les Pyrénées-Orientales. Ce dernier département, marqué l’été dernier par une sécheresse historique et de nombreuses restrictions d’eau, a connu des températures élevées cet hiver sans précipitations notables et une sécheresse des sols digne d’un plein été. L’hiver 2023-2024 – qui est déjà le troisième plus chaud jamais mesuré dans le pays d’après Météo-France – est le septième le plus sec enregistré depuis le début des données en 1959 dans les Pyrénées-Orientales. Et le BRGM alerte : certains points des nappes du Roussillon et du massif des Corbières observent des niveaux en baisse continue depuis mai 2022 et atteignent des niveaux historiquement bas.

Ce manque d’eau déjà présent ou envisagé pour l’été prochain impose à tous les acteurs de l’eau d’anticiper et de se préparer à tous les scénarios, même les pires. Au-delà des compensations financières pour les agriculteurs c’est bien le partage de l’eau qui reviendra, à nouveau, sur la table dans un contexte de rareté. À la faveur de la colère paysanne qui s’est levée fin janvier depuis l’Occitanie, le gouvernement a dégainé 62 engagements dont certains concernent l’eau. Ainsi, le projet de loi pour une agriculture souveraine devrait comprendre une réduction des délais de contentieux des projets relatifs à la gestion de l’eau par la suppression d’un niveau de juridiction et par l’application de la présomption d’urgence qui permet de réduire les délais à 10 mois.

Mais ces mesures d’urgence, aussi nécessaires soient-elles, seront-elles suffisantes pour le futur ? Pour réussir la souveraineté alimentaire que tous les Européens souhaitent, il va falloir inventer une nouvelle agriculture ; pour s’assurer d’un partage équitable de l’eau, il va falloir trouver un consensus et, chacun à son niveau, faire des compromis. Contre l’avancée inéluctable du réchauffement climatique, le temps presse...

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 9 mars 2024)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a