Accéder au contenu principal

D'une guerre à l'autre

caesar

Deux guerres mais un même constat. Lorsqu’Emmanuel Macron apparaît le 16 mars 2020 à la télévision pour une allocution solennelle alors que les contaminations au coronavirus sont exponentielles, il lance un martial « Nous sommes en guerre » face à ce virus ennemi, face à cette épidémie de Covid-19 dont on ne sait pas encore qu’elle va mettre l’économie mondiale à genoux et éprouver nos sociétés avec d’épuisants confinements. Dans cette guerre-là, nous sommes alors apparus bien démunis, en manque de masques chirurgicaux, de blouses ou de médicaments basiques, produits depuis des années en Asie et particulièrement en Chine.

C’est que la France, comme de nombreux pays, s’est reposée sur une économie en flux tendu permise par la globalisation, où l’efficacité et la réduction des coûts étaient privilégiées au détriment de la capacité de réaction rapide en cas d’urgence. La mondialisation a permis des économies d’échelle, mais elle nous a aussi rendus vulnérables à des ruptures de stock critiques en période de crise. Cette prise de conscience a fait émerger des projets de relocalisation industrielle, en France comme en Europe, et cette « guerre au virus » a montré que lorsque l’UE est unie, elle peut relever tous les défis.

Avec la guerre en Ukraine, le constat est le même pour les Européens que celui fait au début de l’épidémie de Covid. Vivant en paix depuis plus de sept décennies après une meurtrière Seconde guerre mondiale et incapables d’imaginer voir revenir une guerre sur le Vieux continent, nous avons toujours procrastiné pour mettre en œuvre une défense commune européenne, devenue une véritable Arlésienne. Le parapluie protecteur de l’Otan, les coûts faramineux pour construire cette défense commune mais aussi les divergences de vues sur ce qu’elle doit être et quelle doit être la participation de chacun a achevé de gripper le projet.

La survenue de la guerre en Ukraine, aux portes de l’Europe, à moins de 1 500 km de Strasbourg, a révélé nos fragilités et notre impréparation à faire face à une guerre conventionnelle ou – pire – de haute intensité. Plusieurs rapports parlementaires et études ont montré que la France, seule puissance nucléaire de l’UE et seule à disposer d’une armée complète, tiendrait à peine quelques jours un front limité en cas d’attaque.

Redémarrer une production d’armes et de munitions pour aider l’Ukraine à se défendre, mais aussi pour muscler nos propres armées pour faire face à de potentiels combats est apparu évident, mais bien sûr plus simple à dire qu’à faire. Emmanuel Macron a appelé à mettre la France en mode « économie de guerre » il y a deux ans, mais retrouver les outils de production, les savoir-faire de jadis pour « produire plus vite et en plus grandes quantités » prend du temps. La prise de conscience en tout cas est là que ce soit en France – où la loi de programmation militaire 2024-2030 permet un budget en forte hausse avec près de 400 milliards d’euros de dépenses sur 7 ans – qu’en Europe.

Car comme pour le Covid, la meilleure défense sera européenne. La présentation début mars par l’Europe de la première stratégie industrielle de défense et d’un nouveau programme pour l’industrie de la défense est un premier pas qui nous permettra d’affronter les défis de demain.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 29 mars 2024)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a