Accéder au contenu principal

La tenaille et le dogme

 bercy



Voilà un « en même temps » administré par la Cour des comptes dans son rapport annuel dont Emmanuel Macron se serait sans doute bien passé… D’un côté, une montagne de dettes qu’il faut absolument faire diminuer ; de l’autre un mur d’investissements pour adapter la France au réchauffement climatique qu’il faut urgemment réaliser.

Ce constat en forme de casse-tête pour l’exécutif se double d’une sévère alerte des magistrats de la rue Cambon qui met à mal le "sérieux budgétaire" – cette « rigueur » qui ne dit pas son nom – dont se targue sans cesse le gouvernement. La Cour des comptes déplore ainsi le trop grand optimisme du gouvernement tant pour sa prévision de croissance que pour la trajectoire pluriannuelle 2023-2027 des finances publiques. "Nous venons de passer une année blanche sur la réduction du déficit", s’agace Pierre Moscovici, premier président de la Cour des comptes, qui évoque 50 milliards d’économies nouvelles entre 2025 et 2027.

Certes, on pourra toujours objecter que la France reste convalescente de la période du Covid-19, que le très dispendieux "quoi qu’il en coûte" a permis au pays de plutôt bien traverser la pandémie en limitant la casse et que le gouvernement s’est engagé à sortir de la politique des chèques, même si c’est évidemment difficile, on l’a encore vu avec les mesures – légitimes mais onéreuses – prises pour répondre à la colère agricole. Mais la France reste à la traîne des autres pays européens dans sa maîtrise des comptes publics. François Fillon avait évoqué un « État en faillite » en 2007 alors que la dette atteignait plus de 1 000 milliards d’euros ; elle a désormais franchi le seuil des 3 000 milliards… Ce qui a fait dire à Edouard Philippe qu’ "aujourd’hui, le problème, c’est qu’on ne réforme pas grand-chose."

Aux rodomontades – attendues – sur la dette et les déficits, la Cour des comptes ajoute cette fois un volet inédit sur l’action publique en faveur de l’adaptation au changement climatique. En 16 chapitres – des transports à l’agriculture, de l’énergie au rôle des banques – les magistrats constatent que s’il y a une "prise de conscience" de l’urgence, il manque à l’État une stratégie et un chiffrage clair des efforts budgétaires nécessaires. Si la Cour se refuse à donner des chiffres des investissements pour cette transition écologique, on sait qu’ils seront colossaux. L’Institut de l’économie pour le climat (I4CE) estime ainsi à au moins 2,3 milliards par an les quelques mesures d’adaptation "incontournables" et "mûres" à prendre dès maintenant, sachant qu’il y aura ensuite d’autres besoins au coût "potentiellement bien plus important". Selon les études la France devrait investir entre 20 et… 100 milliards d’euros par an.

C’est peu dire que pour franchir ce mur d’investissements, le gouvernement ne pourra pas compter que sur la seule baisse des dépenses publiques ; il va devoir trouver de nouvelles recettes et donc se défaire d’un dogme érigé en tabou absolu : créer un impôt ponctuel qui cible les plus riches. En mai dernier, à la faveur d’un rapport sur "les incidences économiques de l’action pour le climat", Selma Mahfouz et Jean Pisani-Ferry – qui fut le rédacteur du programme économique d’Emmanuel Macron en 2017 – ne disaient pas autre chose. Pour financer quelque 66 milliards d’euros par an pour la transition écologique, ils préconisaient un "prélèvement exceptionnel et non récurrent sur le patrimoine financier des ménages les mieux dotés". Après la crise financière de 2008, Nicolas Sarkozy s’était résolu à augmenter les impôts. Pris en tenaille par la maîtrise des comptes publics et la nécessité d’investir pour la crise climatique qui est foncièrement inégalitaire, Emmanuel Macron pourra-t-il refuser longtemps une contribution exceptionnelle des plus aisés ?

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 13 mars 2024)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a