Accéder au contenu principal

Turbulences sans fin

Boeing

Des mécaniciens de Spirit Aerosystems utilisant une carte-clé d’hôtel pour vérifier le joint d’une porte, d’autres appliquant du savon liquide Dawn sur un joint de porte « comme lubrifiant dans le processus d’installation ». Voilà deux exemples stupéfiants que l’on peut lire dans le rapport de la Federal Aviation Administration (FAA), l’agence gouvernementale chargée des réglementations et des contrôles de l’aviation civile aux États-Unis, déclenché après qu’un Boeing 737 Max de la compagnie Alaska Airlines a perdu une porte en plein vol le 5 janvier. Ce rapport accablant a mobilisé pendant six semaines jusqu’à 32 auditeurs de la FAA dans l’usine de Boeing à Renton (Washington), où est fabriqué le B737 Max, et chez les sous-traitants de l’avionneur américain.

Le rapport, qui a révélé des dizaines de problèmes tout au long du processus de fabrication chez Boeing et donc chez Spirit Aerosystems, est un nouvel épisode des déboires que rencontre le B737 Max. Cet avion, dérivé du Boeing 737 Next Generation, devait concurrencer l’avion star d’Airbus, l’A320 Neo, mais deux crashs successifs, celui du vol Lion Air 610 le 29 octobre 2018 (189 morts) et celui du vol Ethiopian Airlines 302 le 10 mars 2019 (157 morts) ont précipité Boeing dans une tempête dont il n’est toujours pas sorti. Après la longue immobilisation de dizaines d’avions – on se rappelle des spectaculaires images de B737 Max alignés sur les tarmacs – Boeing a repris l’exploitation de son avion maudit mais accumule toujours les incidents au point que ces difficultés incessantes posent la question de savoir s'il va pouvoir redresser la barre et si tous ses malheurs ne vont pas profiter à Airbus.

Pour l’avionneur de Seattle, par ailleurs confronté à des retards sur les programmes 777X et MAX-10, la route de la rédemption va être encore longue car elle passe par une refonte complète de ses méthodes : remplacer les processus défaillants, restructurer la gouvernance interne, redévelopper les technologies de sécurité et, surtout, rebâtir une image de marque écornée, auprès des compagnies aériennes – qui conservent leur confiance à Boeing – et auprès du grand public, troublé et inquiet. Une tâche herculéenne…

Pour autant, les malheurs de Boeing ne font pas forcément le bonheur d’Airbus, qui observe la situation sans triomphalisme. Confronté à un carnet de commandes saturé, l’avionneur européen pourrait voir dans les déboires de son éternel rival l’opportunité de renforcer sa position sur le marché, mais il rencontre lui aussi des difficultés – certes moins préoccupantes – pour tenir sa cadence, entre la pénurie de pain d’œuvre et les problèmes d’approvisionnement. De plus certains de ses sous-traitants travaillent aussi pour Boeing et pourraient donc être impactés par les turbulences que rencontre Boeing. Des turbulences qui affectent l’aéronautique mondiale et qui ne sont pas encore derrière Boeing. Vendredi, un 737 d’United Airlines a été obligé d’atterrir en urgence. Il avait perdu une pièce en plein vol…

Le gouvernement américain ne laissera bien sûr jamais tomber son fleuron aéronautique, mais pour Boeing il y a urgence à établir un solide plan d’action – où les exigences industrielles et de sécurité passent avant la course à la rentabilité maximale – pour retrouver enfin des cieux plus cléments.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du lundi 18 mars 2024)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a