Accéder au contenu principal

Dépister et guérir

 

cancer

Il suffit parfois que la parole se libère pour que ce qui était tu soit mis en pleine lumière, pour que ce qui était tabou reçoive l’attention méritée, pour que ceux qui vivaient dans la peur du regard des autres redressent la tête pour mieux faire front. En prenant la parole le 22 mars dernier pour annoncer publiquement qu’elle souffrait d’un cancer, qu’elle avait entamé une chimiothérapie et qu’elle allait se battre contre la maladie, la princesse de Galles, Kate Middleton, sous pression des tabloïds et des réseaux sociaux depuis des semaines, a eu le courage de parler. Avant elles son beau-père le roi Charles III, avait lui aussi communiqué sur son cancer. D’autres personnalités, chanteurs, acteurs, artistes, au Royaume-Uni, aux États-Unis, en France ont pris la parole ces dernières années pour annoncer leur maladie, parfois raconter leur vie bouleversée puis leur rémission.

Si la déclaration de la princesse a autant marqué les esprits, c’est bien sûr parce qu’elle a été très médiatisée, comme toujours lorsqu’il s’agit de la couronne britannique, mais aussi parce qu’elle n’a que 42 ans. À cet égard, elle a battu en brèche la tenace idée reçue selon laquelle on ne contracterait un cancer qu’après le mitan de sa vie, pas avant 50, 60, 70 ou 80 ans. Il n’en est rien, le cancer frappe tout le monde, hommes et femmes, et même ceux de moins de 50 ans comme l’a montré l’année dernière une étude préoccupante publiée le BMJ Oncology. Ces trente dernières années, le nombre de personnes de moins de 50 ans chez qui un cancer a été diagnostiqué a augmenté d’environ 80 %, expliquait l’étude qui s’est focalisée sur la trentaine de cancers les plus répandus. D’autres travaux plus anciens avaient aussi montré qu’on observait chez les sujets plus jeunes une recrudescence de cancers (intestin, estomac, sein, utérus, pancréas) que l’on considérait jusqu’alors comme spécifiques à des groupes plus âgés. Pour l’heure, les scientifiques n’avancent pas d’explication unique à l’augmentation du nombre de cancers chez les moins de 50 ans. La génétique, le mode vie peuvent jouer dans ces apparitions précoces.

« Les cancers constituent un ensemble de pathologies dont la fréquence, le pronostic et l’évolution sont très variables » relevait en juillet dernier Santé publique France, qui estimait que « tous cancers confondus, les évolutions du taux d’incidence combinées aux évolutions démographiques ont conduit à un doublement du nombre de nouveaux cas de cancers depuis 1990 chez l’homme et la femme. » L’Organisation mondiale de la Santé estimait début février que « plus de 35 millions de nouveaux cas de cancer devraient être enregistrés en 2050, soit une augmentation de 77 % par rapport aux 20 millions de cas estimés en 2022. »

Face à ce défi mondial, face à ces cancers qui brisent des familles, la réponse doit être double. D’un côté faire progresser la recherche qui a fait des bonds spectaculaires ces dernières années entre radiothérapie plus ciblée et moins invasive, immunothérapies, nouveaux traitements et vaccins. Dans cette bataille, la France est incontestablement en pointe. De l’autre côté, il faut muscler la prévention, sensibiliser les plus jeunes, améliorer les diagnostics et pour cela simplifier et rassurer.

La Fance doit mieux penser ses campagnes de prévention et mieux alerter sur les facteurs de risque connus (tabac, alcool, alimentation trop salée, sucrée et grasse). Il n’y a pas de fatalité, on peut réduire les cancers évitables (40 %) et au final faire baisser les 150 000 décès annuels.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du samedi 30 mars 2024)


Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a