Accéder au contenu principal

Esprit européen

  

Parlement européen



Dans 100 jours, les citoyens des 27 pays membres de l’Union européenne vont être appelés à renouveler les membres du Parlement européen, qui installeront ensuite une nouvelle Commission et c’est peu dire que ce scrutin est plus capital que jamais pour l’avenir de l’UE. La construction européenne se poursuivra-t-elle ou va-t-elle se gripper, enrayée par des élus nationalistes europhobes qui n’ont cessé de gagner du terrain ces cinq dernières années ? Cette poussée des partis d’extrême droite devrait sérieusement bousculer les trois grands groupes, Parti populaire européen (PPE), Alliance progressiste des socialistes et démocrates (S&D) et Renew. Reste à savoir jusqu’où…

Selon l’European Council on Foreign Relations (ECFR), qui a compilé les sondages dans les 27 pays de l’Union, 33 des 40 partis d’extrême droite recensés vont améliorer leur score par rapport au précédent scrutin de 2019. Neuf arriveront même en tête dans leur pays, notamment en France – où le Rassemblement national est désormais crédité de 30 % d’intentions de vote loin devant la liste macroniste – mais aussi en Autriche, Belgique, République tchèque, Hongrie, Italie, Pays-Bas, Pologne et Slovaquie. Une coalition populiste de droite et d’extrême droite pourrait ainsi émerger pour la première fois dans l’histoire du Parlement. Un scénario encore hypothétique qui aurait évidemment des conséquences sur les politiques européennes, notamment celles sur l’environnement ou la défense.

Au repli nationaliste, à la remise en cause des règles de l’État de droit et des valeurs démocratiques, au chacun pour soi et finalement à « moins d’Europe » que propose une extrême droite obsédée par l’immigration, il faudrait au contraire opposer les vertus de la solidarité, les avantages de la coopération, la démonstration que l’union fait toujours la force et qu’on peut être « unis dans la diversité » selon la devise de l’UE. Bref opposer aux europhobes que le continent a besoin de « plus d’Europe ». Hier, l’UE a permis le marché commun, la monnaie unique, des programmes scientifiques, éducatifs (Erasmus), industriels (Airbus, Ariane), la Politique agricole commune aussi décriée soit-elle aujourd’hui, la citoyenneté européenne, etc. : autant de réalisations qui ont profité à tous et dont on ne se passerait plus. Et depuis 2019, seule l’Europe a permis aux 27 États membres de faire face à la pandémie de Covid-19 en obtenant suffisamment de vaccins, de surmonter la crise économique en dérogeant aux sacro-saintes règles budgétaires de Maastricht pour lancer de vastes plans d’aides et d’investissements, de faire face à la crise énergétique et au retour de l’inflation consécutifs au déclenchement de la guerre en Ukraine.

Demain, d’autres défis attendent les Européens : la crise climatique qui s’accélère pour laquelle il faudra réussir une transition écologique qui ne laisse personne de côté, la souveraineté industrielle et alimentaire qu’il faut retrouver et conforter, l’intelligence artificielle, la construction d’une défense commune à l’heure où le devenir de l’Otan est incertain et où l’Europe est la cible de campagnes massives de cyberattaques et de déstabilisation tandis qu’une guerre est à ses portes en Ukraine.

Certes l’Europe n’est pas n’est pas exempte de défauts. Son fonctionnement technocratique, sa complexité bureaucratique, ses dispositifs insuffisamment démocratiques et le poids de politiques économiques libérales méritent une sérieuse mise à jour. Mais face au repli nationaliste et aux solutions simplistes et mensongères que proposent les populistes – dont on a vu le résultat avec le Brexit – il est temps de retrouver et préserver l’esprit européen, celui porté par Victor Hugo qui imaginait des États-Unis d’Europe ou Jean Monnet qui voulait « unir les hommes. »

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du vendredi 1er mars 2024)

 

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a