Accéder au contenu principal

Duel de mal-aimés

usa2024
 

À l’issue des primaires du Super Tuesday hier, il ne devrait plus faire de doutes que Donald Trump et Joe Biden s’affronteront bien pour l’élection présidentielle américaine de novembre 2024. S’il était attendu, ce match retour entre le président sortant démocrate et son rival républicain battu en 2020 ne satisfait ni les électeurs ni les observateurs, tant il révèle le manque de renouvellement politique dans les deux grands partis. Avec Joe Biden, 81 ans, et Donald Trump, 77 ans, les Américains se retrouvent en tout cas à choisir entre deux hommes âgés, qui incarnent davantage le passé que l’avenir.

Une situation paradoxale pour un pays qui a souvent misé sur la jeunesse et le renouveau, comme avec John Fitzgerald Kennedy en 1960, Bill Clinton en 1992 ou Barack Obama en 2008. Voir se transformer un peu plus la démocratie américaine en une gérontocratie pourrait décourager la participation électorale, notamment chez les jeunes et les minorités, qui peuvent se sentir exclus d’un système politique aujourd’hui plus polarisé que jamais. Sauf accident, Trump et Biden les mal-aimés devraient être investis cet été et, plus encore qu’il y a quatre ans, portent la vision de deux Amériques aux antipodes, quasiment irréconciliables et dont on se demande comment elles pourront encore faire nation après l’élection de novembre, quel que soit le vainqueur.

D’un côté, Donald Trump a réussi à écarter tous ses rivaux potentiels au sein du parti républicain, qu’il domine désormais de sa personnalité autoritaire et clivante. Malgré les scandales, les mensonges, les provocations et une kyrielle d’affaires judiciaires dont celle concernant son implication dans la tentative de coup d’État du 6 janvier 2021, l’ex-président semble insubmersible, soutenu par une base de fidèles qui le suivent depuis 2016 et le voient comme le seul défenseur des valeurs conservatrices et du rêve américain, quitte à verser dans le culte de sa personnalité.

Trump ne s’encombre d’ailleurs pas de bâtir un programme électoral et enchaîne les meetings avec un seul objectif : prendre sa revanche sur Joe Biden qui, selon lui et sans avoir jamais avancé la moindre preuve, lui a volé sa réélection en 2020. À la promesse de procéder à une vaste purge de tous ceux qui ne l’ont pas soutenu, Donald Trump envisage son nouveau mandat sous le signe d’un néo-isolationnisme dont il a donné un aperçu récemment en expliquant qu’il ne défendrait pas les pays membres de l’Otan…

De l’autre, Joe Biden, 82 ans, tente de se faire réélire après avoir rompu sa promesse de ne faire qu’un seul mandat. Le vétéran de la politique a lui aussi écarté ses rivaux presque sans coup férir, car dans un parti démocrate très divisé entre une aile gauche radicale et une aile plus modérée, il est apparu comme le plus petit dénominateur commun. Se rappelant combien la division avait été délétère par le passé, les démocrates ont préféré se ranger derrière Biden en dépit des questions qui se posent sur son état de santé en raison des bourdes récurrentes du président sortant.

En retard dans les sondages, Biden, qui reste le tenant d’une Amérique défenseure du multilatéralisme et du libre-échange, compte sur son bilan économique plutôt bon et les premiers effets de son vaste plan d’investissements. Mais si autrefois cela aurait suffi pour emporter l’adhésion, cette fois-ci, l’élection – qui n’est pas à l’abri de manipulations numériques ou d’ingérences étrangères – se jouera sur autre registre marqué par l’irrationnel.

Au final tout dépendra de la mobilisation des Américains – et notamment des jeunes – dans cette élection surveillée par le monde entier.

(Editorial publié dans La Dépêche du Midi du mercredi 6 mars 2024)

Posts les plus consultés de ce blog

Se préparer

Voilà un type de courbe que l’on n’avait pas vu depuis longtemps concernant le Covid-19 : une hausse, celle du nouveau variant du coronavirus EG.5. Baptisé Eris, ce cousin d’Omicron croît de façon vertigineuse dans le séquençage de cas positifs au Covid-19 en France comme dans d’autres pays. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, Eris pourrait ainsi s’imposer et devenir majoritaire. Au point de relancer une pandémie mondiale que nous pensions derrière nous ? Nous n’en sommes évidemment pas là, mais l’apparition de ce nouveau variant, tout comme la possibilité de voir survenir des clusters de contamination comme cela vient de se produire aux fêtes de Bayonne, nous interroge légitimement. Même si la couverture vaccinale est bonne en France, la crainte de devoir revivre les conséquences sanitaires et socio-économiques d’un retour de la pandémie est bien dans les esprits. Peut-être aurions-nous dû écouter plus attentivement les spécialistes comme le directeur général de l’Organisa

Entaché

Dix ans après son départ du gouvernement Ayrault, Jérôme Cahuzac, l’ancien ministre du Budget de François Hollande, envisage-t-il son retour en politique ? En tout cas l’intéressé, condamné en appel à deux ans de prison pour fraude fiscale et blanchiment de fraude fiscale, et frappé de cinq années d’inéligibilité, était hier sur le marché de Monsempron-Libos, non loin de Villeneuve-sur-Lot, la ville dont il a été le député et le maire.Fin octobre déjà il participait à une réunion, organisée à huis clos, quelques semaines après le lancement d’une association politique «Les amis de Jérôme Cahuzac». Récemment interrogé par Sud-Ouest pour savoir s’il préparait son retour politique, le septuagénaire, qui avait élu domicile en Corse où il pratiquait la médecine à l’hôpital de Bonifacio, s’est borné à répondre que «tout est une question de circonstances», faisant remarquer qu’ «on fait de la politique pour être élu et agir» et qu’il n’y avait pas d’élections avant 2026, date des prochaines m

Bien manger

C’est un petit logo qui nous est devenu familier lorsque nous faisons nos courses. Impulsé par un règlement européen (INCO) de 2014, établissant des règles pour informer les consommateurs sur la déclaration nutritionnelle ou la liste des ingrédients d’un produit, le Nutri-Score, ses cinq lettres de A à E et ses cinq couleurs de vert à rouge, est désormais bien ancré dans le paysage. De plus en plus présent sur le devant des emballages, on peut même dire que c’est un succès européen puisqu’il est présent non seulement en France, qui l’a introduit en 2017, mais également en Belgique, en Allemagne, au Luxembourg, aux Pays-Bas, en Espagne et même en Suisse, qui ne fait pourtant pas partie de l’Union européenne. Face à des étiquettes qui livrent la composition des produits écrite en tout petits caractères difficilement lisibles, certains consommateurs s’étaient déjà tournés vers des applications comme Yuka. Avec un smartphone, il suffit alors de scanner le code-barres d’un produit pour en a